Israël en guerre - Jour 256

Rechercher
Les victimes depuis le 7 octobre

Sergente Danit Cohen, 19 ans : membre d’une fratrie de huit, elle se rêvait actrice

Assassinée en combattant l'invasion de la base militaire Urim par les terroristes du Hamas, le 7 octobre

Sergente Danit Cohen (Autorisation)
Sergente Danit Cohen (Autorisation)

La sergente Danit Cohen, 19 ans, soldat du Commandement Sud de Tsahal, originaire de Sderot, a été tuée le 7 octobre alors qu’elle luttait contre des terroristes du Hamas qui avaient pris d’assaut la base de Tsahal d’Urim, dans le sud d’Israël.

Danit et d’autres personnes présentes sur la base, dont la sergente Shir Shlomo, se sont dirigées vers la salle de crise de la base lorsque l’attaque a commencé, pensant que c’était l’endroit le plus sûr. Là, avec la capitaine Alina Pravosudova et le sergent-major Aharon Farash, ils ont tenté d’empêcher les terroristes de prendre d’assaut la salle de crise, mais en vain. Tous les soldats qui se trouvaient à l’intérieur, sauf deux, ont été tués. Les seuls survivants sont ceux qui ont été blessés, mais qui ont fait semblant d’être morts. Au total, huit soldats ont été tués à la base d’Urim le 7 octobre.

Danit laisse derrière elle ses parents, Yishai et Hana, et ses sept frères et sœurs, Tamar-Or, Shirel, Eliya, Lior, Taliya, Shenhav et Meshi. Elle a été enterrée le 9 octobre à Noga. Son oncle, le sergent-chef Shimon Barami, a été tué pendant son service dans la police des frontières en 2011.

Elle était diplômée de la prestigieuse école secondaire Mae Boyar à Jérusalem, où elle était interne. Dans un communiqué annonçant son décès, l’école a décrit Danit comme une « jeune fille courageuse, sensible, dotée d’une grande conscience de soi. Derrière sa silhouette tranquille se cachait une jeune femme dotée d’un riche monde intérieur, de grandes capacités et d’une aspiration à l’excellence ».

Un éloge funèbre publié sur le site du forum Dvorah, qui promeut l’intégration des femmes dans les postes de sécurité nationale, souligne que Danit excellait dans son rôle au sein de l’armée et que ses supérieurs lui avaient même demandé d’envisager de suivre un cours d’officier. Le site note qu’elle rêvait d’être un jour actrice et qu’elle avait toujours joué un rôle actif dans les pièces de théâtre de l’école, les concours de danse et qu’elle avait organisé ses propres numéros de stand-up pour ses amis dans les dortoirs. Elle aimait également cuisiner et faire des pâtisseries, en particulier avec sa mère, qui lui préparait toujours ses plats préférés lorsqu’elle rentrait de l’armée.

La sœur de Danit, Taliya, 14 ans, a écrit sur les réseaux que lorsque Danit rentrait de l’armée, « nous faisions tant de choses, elle adorait cuisiner, alors nous lui préparions toujours quelque chose de différent… J’aimais regarder de côté et la voir préparer des choses avec amour et joie, et savoir qu’à la fin, c’était pour moi aussi ».

« Lorsque Danit était avec nous pour les week-ends, il y avait toujours des rires, pas une minute sans rire », poursuit Taliya. « Elle était si drôle et riait de tout, même quand c’était elle qui était visée. Au sein de la famille nombreuse, Danit « était quelqu’un à qui l’on pouvait tout dire et qui était toujours de bon conseil… Avec tous les membres de la famille, elle partageait un langage unique et elle comprenait tout le monde, chacun d’entre nous ».

Sa mère, Hana, a déclaré au Yediot Aharonot que « Danit aimait l’armée et le travail qu’elle avait choisi… Je savais que son travail consistait à s’asseoir dans la salle de guerre et à faire un rapport en cas d’attaque ou d’autre chose. Elle ne m’a jamais rien dit de plus ». Au lieu de cela, raconte Hana, Danit envoyait des vidéos d’elle en train de travailler, avec de la musique joyeuse en arrière-plan, et écrivait : « Tu vois, j’écoute de la bonne musique et tout le monde est heureux. »

Danit, dit-elle, était extrêmement proche de Shir et du caporal Lior Levy, qui ont tous deux été tués sur la base ce jour-là : « Danit était celle qui unissait tout le monde. Même si elle avait terminé son service et que l’un de ses amis était encore en service, elle restait avec eux au lieu d’aller dormir ».

Elle se souvient avoir déposé Danit à sa base tous les mardis, après avoir « repassé et rangé son uniforme et sa valise. C’était notre moment privilégié – 25 minutes de Sderot à la base, nous mettions de la musique joyeuse… Une jeune fille de 19 ans, avec tant de rêves qui ont été brisés ».

Pour lire d’autres hommages sur les victimes des massacres du Hamas du 7/10/2023 et de la guerre qui s’en est suivie, cliquez ici.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.