Sharon Alroy-Preis pas convaincue du plan de réouverture de Netanyahu
Rechercher

Sharon Alroy-Preis pas convaincue du plan de réouverture de Netanyahu

La responsable doute de la réouverture de l’économie promise pour avril en citant l'augmentation du taux de reproduction du virus et la lente diminution du nombre de cas graves

Sharon Alroy-Preis, cheffe de la division de santé publique au sein du ministère de la Santé. (Porte-parole de la Knesset)
Sharon Alroy-Preis, cheffe de la division de santé publique au sein du ministère de la Santé. (Porte-parole de la Knesset)

Sharon Alroy-Preis, responsable de la Santé publique au sein du ministère de la Santé, a pris ses distances jeudi face aux intentions du Premier ministre Benjamin Netanyahu de rouvrir l’économie d’ici avril, après que tous les Israéliens de plus de 16 ans auront été vaccinés d’ici la fin mars.

Israël a assoupli cette semaine nombre de ses restrictions. Les magasins ont rouvert pour les vaccinés, ainsi que de nombreuses écoles et des lieux de loisirs.

Mercredi, un tiers de la population avait reçu les deux doses du vaccin, et la moitié avait reçu au moins une dose. Les taux d’infection à la COVID-19 restent cependant élevés – plus de 4 000 par jour.

Netanyahu a spécifié mercredi cinq étapes pour « sortir du coronavirus » : premièrement, traverser en toute sécurité la période de Pourim ; deuxièmement, ouvrir progressivement le système éducatif au cours de la deuxième semaine de mars ; troisièmement, élargir le système de « passeport vert » également au cours de la deuxième semaine de mars ; quatrièmement, vacciner tous les Israéliens de plus de 16 ans avant la fin du mois de mars ; et cinquièmement, « parvenir à une ouverture totale » du pays en avril – peu après les élections du 23 mars. Il n’a pas précisé ce qu’impliquerait une réouverture complète.

Alroy-Preis a cependant déclaré qu’elle ne pouvait pas approuver le plan présenté par le Premier ministre. « Je ne peux pas signer la réouverture dans quinze jours ou un mois. Tout dépendra de la contagion », a-t-elle déclaré à la Radio militaire. « Je ne valide que les choses que je sais, [et] je ne sais pas quelle sera [la situation] dans un mois ».

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu et le ministre de la Santé Yuli Edelstein (à droite) lors d’une conférence de presse à Ramat Gan, le 24 février 2021. (Crédit : Amos Ben Gershon / GPO)

« Je regarde avec inquiétude l’augmentation du taux de reproduction et le nombre de patients gravement malades qui diminue très lentement », a-t-elle poursuivi. « Si la fête à Tel Aviv est une indication de la façon dont les gens agissent, alors nous ne pourrons certainement pas revenir à la normale dans un mois. »

Le gouvernement imposera un couvre-feu nocturne jeudi, vendredi et samedi afin d’empêcher les grands rassemblements pendant les fêtes de Pourim. Selon la tradition, les villes fortifiées célèbrent la fête de Pourim un jour plus tard que les autres, et Jérusalem fait partie de ce groupe. Ainsi, des restrictions gouvernementales liées à Pourim devraient également être mises en place dimanche soir.

« Nous nous interrogeons sur la question de mettre en place des restrictions spécifiques », a déclaré Alroy-Preis. « Il ne semble pas justifié de mettre en place un couvre-feu nocturne dans tout le pays simplement parce que Jérusalem célèbre Pourim dimanche. Nous envisageons de limiter [cela à] Jérusalem seule et d’imposer des restrictions là où nous en avons besoin au lieu de les imposer dans l’ensemble du pays. »

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...