Netanyahu espère une réouverture complète du pays d’ici avril
Rechercher

Netanyahu espère une réouverture complète du pays d’ici avril

Le Premier ministre affirme vouloir vacciner tous les Israéliens de plus de 16 ans d'ici fin mars ; les responsables exhortent le public à suivre les règles pendant Pourim

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu et le ministre de la Santé Yuli Edelstein (à droite) lors d'une conférence de presse à Ramat Gan, le 24 février 2021. (Crédit : Amos Ben Gershon / GPO)
Le Premier ministre Benjamin Netanyahu et le ministre de la Santé Yuli Edelstein (à droite) lors d'une conférence de presse à Ramat Gan, le 24 février 2021. (Crédit : Amos Ben Gershon / GPO)

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu a déclaré mercredi qu’il espérait une réouverture complète du pays d’ici avril et que l’ensemble de la population adulte israélienne serait vaccinée d’ici fin mars.

Israël a assoupli cette semaine nombre de ses restrictions. Les magasins ont rouvert pour les vaccinés, ainsi que de nombreuses écoles et des lieux de loisirs. Mercredi, un tiers de la population avait reçu les deux doses du vaccin, et la moitié avait reçu au moins une dose.

Les taux d’infection à la COVID-19 restent cependant élevés – plus de 4 000 par jour.

Malgré sa projection optimiste, le Premier ministre a exhorté le public à ne pas violer les restrictions mises en place pour Pourim ce week-end.

À la suite des rassemblements de Pourim l’année dernière – au début de la pandémie de COVID-19 – le pays avait connu une hausse des cas de coronavirus. Pour éviter une nouvelle résurgence, les ministres ont approuvé un couvre-feu nocturne à l’échelle nationale pendant la fête, qui démarre jeudi soir et durera dans certains zones jusqu’à dimanche.

« Cela ne peut pas se répéter », a déclaré Netanyahu lors d’une conférence de presse mercredi, faisant référence à la hausse des infections après les célébrations de l’année dernière. « Nous pouvons être joyeux, nous pouvons nous déguiser, mais nous devons respecter les règles. »

« C’est particulièrement important alors que nous sommes sur le point de sortir de la pandémie », a-t-il ajouté.

Netanyahu a spécifié cinq étapes pour « sortir du coronavirus » : premièrement, traverser en toute sécurité la période de Pourim ; deuxièmement, ouvrir progressivement le système éducatif au cours de la deuxième semaine de mars ; troisièmement, élargir le système de « passeport vert » également au cours de la deuxième semaine de mars ; quatrièmement, vacciner tous les Israéliens de plus de 16 ans avant la fin du mois de mars ; et cinquièmement, « parvenir à une ouverture totale » du pays en avril – peu après les élections du 23 mars. Il n’a pas précisé ce qu’impliquerait une réouverture complète.

Le Premier ministre a également exhorté le million d’Israéliens éligibles à la vaccination – et qui ne se sont pas encore fait vacciner – à le faire.

« Avec l’aide de Dieu, nous passerons Pourim en toute sécurité afin de pouvoir célébrer Pessah ensemble », a-t-il dit.

Des Israéliens achètent des costumes dans un magasin de jouets Red Pirate à Kiryat Ekron, avant la fête juive de Pourim, le 14 février 2021. (Crédit : Yossi Aloni / Flash90)

De hauts responsables du ministère de la Santé ont déclaré à la Douzième chaîne qu’ils n’avaient pas été informés à l’avance du discours de Netanyahu, ajoutant qu’ils n’étaient pas au courant des détails de son plan de réouverture de l’économie.

S’exprimant après Netanyahu, le ministre de la Santé Yuli Edelstein a déclaré que Pourim cette année ne devait pas ressembler aux célébrations de l’année dernière.

« N’oubliez pas que les enfants ne sont pas encore vaccinés. Protégeons-les et évitons les défilés et les fêtes », a-t-il déclaré.

Pourim est généralement marqué par des fêtes costumées ainsi que de grands repas réunissant famille et amis. Depuis le début de l’épidémie dans le pays l’année dernière, le gouvernement a à plusieurs reprises ordonné des couvre-feux, en particulier pendant les grandes fêtes, dans un effort destiné à empêcher les rassemblements et une propagation inévitable du virus.

Des checkpoints pour faire appliquer le couvre-feu

Avant la conférence de presse, la police a déclaré que des checkpoints seraient mis en place dans 24 endroits du pays afin de faire respecter le couvre-feu, qui sera en vigueur de jeudi 20h30 jusqu’à samedi 5 heures du matin. Des centaines de voitures de police patrouilleront également pendant le couvre-feu.

Ceux qui enfreignent le couvre-feu se verront imposer une amende de 500 NIS, tandis que ceux qui organisent des fêtes ou de grands rassemblements, en violation des règles, se verront imposer une amende de 5 000 à 10 000 NIS.

Le ministre de la Sécurité publique, Amir Ohana, a déclaré que la police ne cherchait pas à entrer en conflit avec les fêtards, mais qu’elle serait mobilisée pendant toute la fête pour faire appliquer les restrictions.

« Suivez les règles… parce que nous voulons que tous ceux qui sont avec nous ce Pourim soient également avec nous au prochain Pourim », a-t-il déclaré.

Le commissaire de police Kobi Shabtai a promis que la police israélienne utiliserait « toutes les ressources disponibles » pour faire appliquer les restrictions. Shabtai a déclaré qu’il avait chargé les agents d’agir contre quiconque organise une fête illégale.

« Nous sommes tous dans la même situation et nous espérons que le public écoutera les instructions », a-t-il déclaré.

Des agents de la police des frontières et un soldat israélien à un checkpoint temporaire de Jérusalem lors du début d’un confinement national pour la fête de Pessah, le 14 avril 2020. (Crédit : Nati Shohat/Flash90)

Nachman Ash, responsable de la lutte contre le coronavirus, a déclaré mardi que les responsables craignaient que les violations des restrictions pendant Pourim n’entrainent une hausse des taux d’infection, menant à nouveau le pays vers des mesures plus strictes, et ont imploré les membres de la communauté ultra-orthodoxe à respecter les règles.

« Que dirons-nous dans deux semaines si nous sommes contraints de fermer le système éducatif à cause d’une augmentation des infections ? Il n’est pas raisonnable de fermer des écoles à cause de Pourim », a-t-il prévenu.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...