Shoah/Virus: Une médecin brésilienne suspendue après des propos controversés
Rechercher

Shoah/Virus: Une médecin brésilienne suspendue après des propos controversés

Nise Yamaguchi, une cadre du principal hôpital juif de Sao Paulo, est critiquée pour avoir comparé les tactiques de peur des nazis à la panique entourant le coronavirus

Nise Yamaguchi à la télévision brésilienne le 5 juillet 2020. (Capture écran : YouTube/TvBrasil)
Nise Yamaguchi à la télévision brésilienne le 5 juillet 2020. (Capture écran : YouTube/TvBrasil)

RIO DE JANEIRO, Brésil (JTA) – Une éminente médecin brésilienne a été suspendue par un grand hôpital juif après avoir comparé la peur de la pandémie de coronavirus à la Shoah.

Nise Yamaguchi, oncologue et immunologiste à l’hôpital israélite Albert Einstein de Sao Paulo, a fait cette comparaison lors d’une apparition dans l’émission de télévision « Impressoes » le 5 juillet. Elle a été suspendue par l’hôpital samedi après y avoir travaillé pendant 35 ans.

« La peur est nuisible à tout », a déclaré Mme Yamaguchi. « D’abord, elle vous paralyse. Elle vous rend facilement manipulable. N’importe qui. Pensez-vous que quelques soldats nazis seraient capables de contrôler le troupeau juif affamé s’ils ne le soumettaient pas à cette humiliation quotidienne ? ».

La suspension a fait l’objet d’une couverture médiatique massive au Brésil. L’hôpital Albert Einstein est l’une des institutions juives les plus solides du Brésil et est considéré par beaucoup comme le meilleur hôpital d’Amérique latine.

Le bâtiment du Albert Einstein Israelite Hospital à Sao Paulo, Brésil. (Avec l’aimable autorisation du Albert Einstein Israelite Hospital)

Les remarques de Nise Yamaguchi étaient « malheureuses et une analogie non fondée », a commenté Sidney Klajner, le président de l’hôpital, au journal Correio Brasiliense.

« La Shoah est un moment extrêmement important pour nous, 6 millions de Juifs ont été tués, et de nombreux survivants ont contribué à la fondation de notre hôpital ».

La fédération juive de Sao Paulo a également condamné Mme Yamaguchi, déclarant que ses propos « minimisent les horreurs du nazisme et offensent la mémoire des victimes, des survivants et de leurs familles ».

L’intéressée s’est excusée dimanche, affirmant que ses propos n’étaient pas antisémites, rendant hommage à son défunt mentor juif et rappelant son soutien à la conversion de sa sœur au judaïsme.

Nise Yamaguchi a été une ardente défenseuse du médicament controversé hydroxychloroquine comme traitement pour la Covid-19, mais Sidney Klajner a nié que cela était lié à sa suspension.

Elle a également obtenu le soutien du président de l’Association sioniste Brésil Israël, Felix Soibelman, qui a qualifié la décision de l’hôpital de « nouvelle inquisition tenue au nom d’Albert Einstein ».

« Ses commentaires ne déshonorent ni ne déprécient du tout nos souffrances en tant que Juifs ! Bien au contraire, nous nous sentons récompensés par le fait que le souvenir de notre massacre est utilisé pour réveiller la conscience d’un peuple martelé par l’apathie », a commenté M. Soibelman.

Des employés en habit de protection inhument un défunt des suites du coronavirus dans le cimetière Vila Formosa de Sao Paulo, au Brésil, le 1er avril 2020 (Crédit : AP Photo/Andre Penner)

Le Brésil est le deuxième pays le plus touché au monde par l’épidémie, avec plus de 75 000 décès et près de 2 millions de cas de virus, selon l’université Johns Hopkins.

Toutefois, le président Jair Bolsonaro, qui a récemment été testé positif pour le nouveau coronavirus, et d’autres personnes dans le pays ont minimisé ses effets.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...