Rechercher

Syrie : quatre personnes tuées dans des frappes attribuées à Israël

Selon l'agence de presse Sana, la défense aérienne syrienne a "repoussé l'agression et a abattu la plupart" des missiles

Une explosion lors d'une frappe israélienne signalée près de la ville syrienne de Homs, le 8 novembre 2021. (Capture d'écran : Twitter)
Une explosion lors d'une frappe israélienne signalée près de la ville syrienne de Homs, le 8 novembre 2021. (Capture d'écran : Twitter)

Quatre personnes parmi lesquelles au moins deux civils ont été tuées dans des bombardements attribués à Israël qui ont ciblé mercredi à l’aube des zones dans le centre de la Syrie, a rapporté l’Observatoire syrien des droits de l’Homme (OSDH).

Selon cette ONG basée au Royaume Uni et qui dispose d’un vaste réseau de sources dans la Syrie en guerre mais dont le financement reste flou, les bombardements israéliens visaient les environs de trois villages à l’ouest de Homs, où sont basés des combattants syriens fidèles au groupe terroriste du Hezbollah chiite libanais.

Les bombardements ont fait quatre morts parmi lesquels deux civils, a indiqué l’OSDH sans pouvoir déterminer si les deux autres morts étaient des civils ou des militaires.

L’agence officielle syrienne Sana, citant une source militaire, a annoncé auparavant que deux civils avaient été tués et sept autres personnes blessées dans ces frappes.

« L’agression (israélienne) a entraîné la mort de deux civils et a blessé six soldats ainsi qu’un civil », a dit cette source militaire.

Les frappes ont ciblé « certaines positions dans la région centrale » du pays, a ajouté Sana sans autre précision. Selon ce média d’Etat, la défense aérienne syrienne a « repoussé l’agression et a abattu la plupart » des missiles.

Depuis le début de la guerre en Syrie en 2011, Israël a mené des centaines de frappes en territoire syrien, ciblant notamment des positions des forces iraniennes et du Hezbollah libanais, grands alliés du régime de Damas.

Israël confirme très rarement ses attaques en Syrie voisine, mais affirme régulièrement que l’Etat hébreu ne permettra pas à ce pays de devenir la tête de pont des forces de la République islamique d’Iran, son ennemi juré.

Interrogé mercredi matin par l’AFP, un porte-parole militaire israélien a déclaré : « Nous ne commentons pas les informations publiées dans les médias étrangers ».

Le 8 novembre, deux soldats syriens ont été blessés dans des frappes aussi imputées à l’État hébreu contre des objectifs dans le centre et l’ouest de la Syrie, selon Sana.

Fin octobre, cinq combattants pro-iraniens en Syrie ont été tués lors d’une frappe israélienne contre des objectifs dans les environs de Damas, selon l’OSDH.

Selon cette ONG, une nouvelle frappe aérienne israélienne dans le centre de la Syrie a fait neuf morts parmi des combattants alliés au gouvernement syrien, le 14 octobre.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...