Theresa May sera Premier ministre britannique mercredi
Rechercher

Theresa May sera Premier ministre britannique mercredi

Sur fond de Brexit, l'actuelle ministre de l'Intérieur bénéficie du retrait de sa rivale, la secrétaire d'Etat à l'Energie, Andrea Leadsom

La secrétaire d'Etat à l'Intérieur britannique Theresa May sort du 10 Downing Street, dans le centre de Londres après une rencontre du cabinet le 27 juin 2016 (Crédit : AFP/Leon Neal)
La secrétaire d'Etat à l'Intérieur britannique Theresa May sort du 10 Downing Street, dans le centre de Londres après une rencontre du cabinet le 27 juin 2016 (Crédit : AFP/Leon Neal)

La ministre de l’Intérieur Theresa May prendra les rênes du gouvernement britannique mercredi, a annoncé lundi le Premier ministre démissionnaire David Cameron.

« Nous aurons un nouveau ministre dans ce bâtiment derrière moi mercredi soir », a déclaré M. Cameron devant le 10 Downing Street, ajoutant qu’il présenterait sa démission à la reine mercredi après les questions au Parlement.

Mme May est la seule candidate en lice pour lui succéder après le retrait de la compétition lundi matin d’Andrea Leadsom, la secrétaire d’Etat à l’Energie.

La course à la succession de David Cameron a connu lundi un rebondissement spectaculaire avec le retrait de la secrétaire d’Etat à l’Energie Andrea Leadsom, laissant la ministre de l’Intérieur Theresa May seule en lice pour devenir celle qui devra gérer le Brexit.

Andrea Leadsom, une pro-Brexit, a jeté l’éponge lors d’une brève allocution devant la presse à Londres, seulement quatre jours après avoir été sélectionnée par les députés pour concourir aux fonctions de leader du parti conservateur et de Premier ministre britannique.

Reconnaissant que May avait recueilli davantage de soutien de la part des parlementaires tories, Andrea Leadsom s’est rangée derrière elle.

« Elle est idéalement placée pour mettre en oeuvre le Brexit de la meilleure manière possible pour les Britanniques et elle a promis qu’elle le ferait », a déclaré la secrétaire d’Etat.

Alors que les deux femmes auraient dû être départagées cet été par un vote des 150 000 adhérents du parti, ce retrait laisse à May le champ libre pour succéder au Premier ministre David Cameron, qui avait annoncé sa démission le 24 juin, peu après l’annonce du résultat du référendum sur l’UE.

La confirmation de sa nomination à la tête des Tories doit toutefois faire l’objet de consultations au sein du parti, a précisé l’un de ses responsables, Graham Brady.

Pressé de questions pour savoir si May pouvait être désignée Premier ministre dans la journée, ou d’ici la fin de la semaine, Brady a refusé de s’avancer.

Les conservateurs britanniques avaient annoncé vouloir désigner leur nouvelle dirigeante le 9 septembre mais le processus de nomination devrait être désormais significativement accéléré.

‘Brexit is Brexit’

May, une eurosceptique passée dans le camp du maintien dans l’UE pendant la campagne référendaire, a indiqué lundi qu’elle respecterait la victoire des pro-Brexit, laissant peu d’espoirs à ceux au Royaume-Uni qui réclament une deuxième consultation sur l’UE.

« Je ne saurais être plus claire : il n’y aura pas de tentative pour rester au sein de l’UE », a-t-elle dit lors d’une déclaration dans la matinée à Birmingham (centre de l’Angleterre).

« Brexit signifie Brexit » et « nous en ferons un succès », a insisté celle qui est en passe de devenir la deuxième femme Premier ministre du pays.

Dimanche, la chancelière allemande Angela Merkel s’est montrée convaincue que le Royaume-Uni allait activer l’article 50 du Traité de Lisbonne pour officialiser sa décision de sortir de l’UE.

« La décision est de mon point de vue tombée » quand les Britanniques ont dit en majorité qu’ils souhaitaient sortir de l’UE, a-t-elle dit.

La guerre des chefs se poursuivait en revanche du côté de l’opposition travailliste, après que la députée Angela Eagle eut annoncé sa candidature pour détrôner Jeremy Corbyn.

Cette candidature ouvre la voie à de nouvelles élections pour désigner le chef du parti, dont les divisions ont été exacerbées par la victoire du Brexit.

Triomphalement élu en septembre à la tête du Labour grâce au vote des militants, Corbyn n’a jamais réussi à s’imposer auprès d’une grande partie des cadres du parti, qui le jugent trop à gauche, et incapable de remporter des élections législatives.

Les critiques ont redoublé ces deux dernières semaines, avec une motion de défiance des députés travaillistes et la démission des deux tiers de son cabinet fantôme.

‘Période dangereuse’

Le comité exécutif du parti doit se réunir pour décider s’il doit recueillir le soutien de 50 députés pour concourir, ou s’il est automatiquement candidat.

Soulignant que le pays traversait une « période dangereuse », Angela Eagle a estimé lundi en lançant sa campagne que Corbyn n’était « pas capable de fournir le leadership » nécessaire.

La députée du Labour Angela Eagle (à gauche) et le chef de l'opposition britannique du parti Travailliste Jeremy Corbyn (Crédit : Leon Neal/Daniel Leal-Olivas/AFP)
La députée du Labour Angela Eagle (à gauche) et le chef de l’opposition britannique du parti Travailliste Jeremy Corbyn (Crédit : Leon Neal/Daniel Leal-Olivas/AFP)

« Il serait contraire à la justice et à l’équité que le leader en poste ne soit pas dans le scrutin », a répondu Diane Abbott, une proche de Corbyn, lundi matin sur la BBC, en qualifiant Eagle de candidate du passé.

Sur le front économique, le ministre des Finances George Osborne devait se rendre lundi à New York pour convaincre de la volonté de son pays de maintenir un climat favorable aux affaires, malgré le Brexit, avant d’aller réitérer le message en Chine et à Singapour.

Dans une tribune publiée dans le Wall Street Journal, il a réitéré son souhait de diminuer l’impôt sur les sociétés au Royaume-Uni d’environ 20 % actuellement à 15 %, voire moins, malgré les critiques de plusieurs pays européens qui y voient une forme de dumping fiscal.

« On ne se sort pas d’une difficulté dans laquelle on s’est mis soi-même en faisant des annonces de cette nature », a jugé lundi le ministre français des Finances Michel Sapin.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...