Tira : Une femme de 38 ans tuée par balle dans son salon de beauté
Rechercher

Tira : Une femme de 38 ans tuée par balle dans son salon de beauté

Le tireur a abattu Suha Mansour avant de prendre la fuite ; la trentenaire est la 26è victime à mourir des suites d'un crime violent dans la communauté arabe israélienne en 2021

Suha Mansour, qui a été tuée à Tira, le 12 avril 2021. (Autorisation)
Suha Mansour, qui a été tuée à Tira, le 12 avril 2021. (Autorisation)

Une femme de 38 ans a été tuée par balle dans la ville arabe israélienne de Tira, dans le centre du pays, dans la journée de lundi. C’est le quatrième homicide commis en quatre jours au sein de la communauté arabe israélienne, qui connaît actuellement une vague de crimes violents et meurtriers.

La femme, qui s’appelait Suha Mansour, est morte après avoir été touchée par plusieurs balles dans son salon de beauté.

La victime a été découverte inconsciente et présentant plusieurs blessures par arme à feu. Elle ne respirait plus. Les secours ont prononcé sa mort après avoir tenté de la réanimer.

La police a ouvert une enquête.

Mansour a reçu cinq balles à courte-portée. Le tireur a ensuite fui les lieux de la fusillade, a noté la presse israélienne.

Le député Ayman Odeh, leader de la Liste arabe unie – un parti à majorité arabe – a écrit sur Twitter que Mansour était la 26e victime d’homicide au sein de la communauté arabe israélienne depuis le début de l’année.

« Ces hommes, ces femmes assassinées qui viennent s’ajouter à ce triste bilan sont une marque de Caïn qui s’imprime sur la police et sur le gouvernement, ainsi que sur une décennie de négligences qui s’avèrent aujourd’hui être criminelles », a-t-il écrit.

Le chef de la Liste arabe unie Ayman Odeh s’exprime aux journalistes devant sa maison à Haïfa le 3 mars 2020. (Flash90)

Une résidente de Tira a attribué la responsabilité de ces violences à la police, remarquant que les forces de l’ordre ont récemment ouvert un commissariat dans la ville.

« Depuis l’ouverture du commissariat, le nombre de crimes a augmenté. Avec la police, la situation est encore plus grave », a-t-elle confié à Ynet.

« Si un agent de police devait être blessé par balle, il y aurait des arrestations dans l’heure qui suit », a ajouté la femme qui n’a pas été identifiée dans l’article.

Il y a plusieurs mois, la voiture de Mansour avait été incendiée et son salon de beauté avait fait l’objet de tirs, a expliqué la chaîne Kan, qui a noté qu’elle connaissait une situation familiale conflictuelle.

Mansour avait, dans le passé, porté plainte contre son mari dont elle avait finalement divorcé lorsqu’il était en prison, a continué Kan, qui n’a pas donné d’autres détails sur la condamnation de l’ex-époux.

Après sa libération, le couple s’était réconcilié et avait repris une vie commune. Une source proche des forces de l’ordre a déclaré à la chaîne que son ex-mari ne faisait pas partie des suspects, même si toutes les pistes sont actuellement étudiées dans le cadre de l’enquête.

Les villes et villages arabes ont connu une recrudescence des violences, ces dernières années, dont les gangs du crime organisé seraient les principaux responsables. Les Arabes israéliens, pour leur part, blâment la police pour ces violences, disant que les forces de l’ordre sont incapables de réprimer ces puissantes organisations.

La police sur les lieux du meurtre de Suha Mansour à Tira, une ville du centre du pays, le 12 avril 2021. (Capture d’écran : Ynet)

Vendredi, ce sont deux cousins qui ont été abattus dans la ville arabe de Deir al-Asad. Quelques heures auparavant, un homme avait été tué à l’entrée de son habitation à Ibtin, un village bédouin.

Le mois dernier, un homme de 27 ans avait été tué par balle à Tira. Il s’appelait Muhammad Iyad Qassem.

En 2020, 96 Arabes israéliens ont été victimes d’homicide, ce qui est de loin le chiffre le plus élevé de ces dernières années.

Plus de 90 % des fusillades qui ont eu lieu l’année dernière en Israël se sont produites dans la communauté arabe, selon la police. Les Arabes israéliens représentent environ un cinquième de la population du pays.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...