Rechercher

Tor Wennesland « horrifié par le meurtre » du Palestinien qui a blessé un soldat

L'envoyé de l'ONU au Proche-Orient a adressé ses condoléances à la famille d'Ammar Mifleh ; la déclaration de l’émissaire est une "distorsion de la réalité", a averti Emmanuel Nahshon

Un agent de la police des frontières tentant d'appréhender un Palestinien soupçonné d'avoir porté un coup de couteau, à Huwara, au nord de la Cisjordanie, le 2 décembre 2022. (Crédit : Twitter)
Un agent de la police des frontières tentant d'appréhender un Palestinien soupçonné d'avoir porté un coup de couteau, à Huwara, au nord de la Cisjordanie, le 2 décembre 2022. (Crédit : Twitter)

L’envoyé des Nations unies au Moyen-Orient, Tor Wennesland, s’est dit samedi « horrifié » par le meurtre d’un Palestinien qui, selon les forces de sécurité, a blessé un policier israélien en Cisjordanie.

Vendredi après-midi, Ammar Mifleh a tenté de pénétrer dans le véhicule d’un couple d’Israéliens dans la ville de Huwara, près de Naplouse, selon la police des frontières. Alors qu’il tentait de forcer la porte verrouillée, l’un des occupants – un officier de Tsahal qui n’était pas en service – a tiré sur Mifleh et l’a blessé avec son arme à feu.

Mifleh a ensuite couru vers un officier de la police des frontières qui se trouvait à proximité et l’a poignardé au visage, le blessant légèrement.

Une séquence publiée sur les réseaux sociaux montre un autre agent de la police des frontières tentant d’appréhender Mifleh après l’agression au couteau, alors que deux autres Palestiniens essayaient de le libérer.

Le second agent a réussi à maîtriser Mifleh en le bloquant par la tête, mais il s’est ensuite brièvement libéré et a semblé essayer de saisir l’arme automatique de l’agent. Le policier a alors laissé l’arme tomber au sol, puis a sorti un pistolet de son étui et a tiré quatre fois à bout portant, tuant Mifleh.

La vidéo était partielle et ne montrait pas le coup de couteau initial.

« Je suis horrifié par le meurtre d’un Palestinien, Ammar Mifleh, lors d’une bagarre aujourd’hui avec un soldat israélien près de Huwara en Cisjordanie occupée », a déclaré Wennesland, coordinateur spécial des Nations unies pour le processus de paix au Moyen-Orient, sur Twitter.

« Mes sincères condoléances à sa famille en deuil. De tels incidents doivent faire l’objet d’une enquête complète et rapide, et les responsables devront rendre des comptes », a-t-il ajouté.

Le porte-parole du ministère des Affaires étrangères, Emmanuel Nahshon, a critiqué la déclaration de Wennesland, la qualifiant de « distorsion totale de la réalité ».

Le Coordinateur spécial pour la paix au Moyen-Orient, Tor Wennesland, lors d’une visioconférence avec le Conseil de Sécurité, le 26 janvier 2021. (Crédit : Daniela Penkova/UNSCO)

« Cet incident est une attaque terroriste, dans laquelle un policier israélien a été poignardé au visage et la vie d’un autre policier a été menacée, raison pour laquelle il a tiré sur son assaillant », a déclaré Nahshon sur Twitter.

« Il ne s’agit PAS d’une ‘échauffourée’, mais bien d’une attaque terroriste », a-t-il ajouté.

Le Premier ministre sortant, Yair Lapid, a apporté son soutien à l’officier qui a été filmé en train de tirer sur l’assaillant.

« Toute tentative de déformer la réalité et de raconter de fausses histoires au monde est tout simplement une honte », a déclaré Lapid sur Twitter. « Nos forces de sécurité continueront à agir avec détermination contre la terreur partout où elle sévit. »

Il a également souhaité un prompt rétablissement à un autre garde-frontière blessé dans l’incident.

Le ministre sortant de la Défense, Benny Gantz, a également déclaré qu’il « condamnait fermement » les remarques de Wennesland.

« Je tiens à féliciter l’officier de police qui a neutralisé un terroriste hier. Je condamne fermement les tentatives de présenter l’événement d’une manière fausse et manipulatrice, ainsi que la déclaration de l’envoyé de l’ONU au Moyen-Orient contre l’officier, qui a agi avec détermination et professionnalisme », a déclaré Gantz sur Twitter.

Il a également déclaré que l’officier et les autres forces israéliennes ont « le soutien total pour continuer à opérer contre la terreur et pour maintenir la sécurité des citoyens israéliens ».

Blessures causées à un officier de police suite à une attaque au couteau dans la ville de Huwara, au nord de la Cisjordanie, le 2 décembre 2022. (Crédit : Police israélienne)

Samedi, le maire de Huwara, Moein Dmeidy, et d’autres personnes ont cité des témoignages selon lesquels il y aurait eu une altercation entre Mifleh et un automobiliste israélien après un accident de voiture, mais les journalistes d’Associated Press n’ont pas pu trouver de témoins des événements qui ont conduit à la fusillade.

Dmeidy a déclaré que l’officier n’avait aucune raison de tuer Mifleh alors qu’il l’avait déjà maîtrisé. « Mifleh a été tué de sang-froid », a déclaré le maire, qui est arrivé sur les lieux quelques instants après la fusillade.

Dmeidy a déclaré qu’une ambulance palestinienne est arrivée quelques minutes après la fusillade, mais que les forces de sécurité ont empêché les secouristes de lui venir en aide. Dmeidy a déclaré qu’Israël n’a pas remis le corps de Mifleh pour qu’il soit enterré.

La police des frontières a déclaré que l’officier blessé à l’arme blanche a été évacué pour recevoir un traitement médical, tout comme l’officier qui a maîtrisé l’agresseur.

Le couteau utilisé par un attaquant palestinien dans la ville de Huwara, en Cisjordanie, le 2 décembre 2022. (Crédit : Police israélienne)

Des images de l’officier qui a tué le l’assaillant ont été publiées sur les réseaux sociaux samedi, certaines comprenant des menaces à son encontre.

L’officier lui-même a déclaré qu’il aurait pu s’agir d’une « attaque plus importante » si l’agresseur avait réussi à s’emparer de son arme.

« Lors de ma lutte avec le terroriste, j’ai compris que s’il réussissait à s’emparer de mon arme, il y aurait eu une attaque bien plus importante. J’ai réussi à sortir mon arme et à tirer sur le terroriste jusqu’à le neutraliser », a-t-il déclaré dans une vidéo publiée par la police.

Le député d’extrême-droite, Itamar Ben Gvir, qui devrait devenir ministre de la Sécurité nationale, a déclaré avoir parlé à l’officier qui a tué l’agresseur samedi pour l’avoir félicité pour ses actions.

Huwara est depuis longtemps un point chaud en Cisjordanie, car il s’agit de l’une des rares villes palestiniennes que les Israéliens traversent régulièrement pour se rendre dans les implantations du nord de la Cisjordanie.

Emanuel Fabian a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.