Israël en guerre - Jour 286

Rechercher

Trésors du Néguev : de savoureuses bières de terroir

Des bières aux fruits de la passion et autres breuvages uniques ravissent les papilles locales

La délicieuse bière à la brasserie du NegevKiryat Gat (Crédit : Rebecca McKinsey/Times of Israel)
La délicieuse bière à la brasserie du NegevKiryat Gat (Crédit : Rebecca McKinsey/Times of Israel)

Selon les fabricants d’une bière blonde fruitée venue tout droit du sud d’Israël, vous devrez dépenser la coquette somme de 2 000 shekels simplement pour tester leur trésor alcoolisé.

La Brasserie du Néguev, implantée dans la ville de Kiryat Gat, a récemment commencé à fabriquer une bière unique, disponible uniquement pour les clients du très chic hôtel Berechit, à Mizpe Ramon.

Dès lors, si vous êtes prêt à débourser 500 dollars la nuit, vous aurez droit à un avant-goût du fameux breuvage.

Mais ne vous affolez pas. La brasserie propose également d’autres bières accessibles à tous.

La Brasserie du Néguev, à l’origine un projet de brasserie-maison imaginé par Yochai Kudle diplômé de l’université Ben Gourion, a ouvert ses portes il y a plusieurs années.

En plus des exclusivités de l’hôtel et des nombreuses bières de saison, la brasserie propose quatre bières: bière ambrée, oasis, fruit de la passion et Oak Porter.

A l’instar du peuple d’Israël, la bière du pays constitue un mélange de différentes cultures, assurent les employés de la brasserie. Elle n’est ni aussi agressive que la bière américaine, ni aussi douce que la bière européenne.

La brasserie produit entre 10 000 et 12 000 litres de bière par mois. Elles sont distribuées dans tout le pays, dans les pubs, les restaurants et magasins qui vendent de l’alcool

« Nous ne tentons pas de fabriquer une nouvelle bière commerciale », a déclaré Sagiv Karlboim, le directeur de la brasserie.

« Bien sûr que nous voulons vendre, être célèbres, et devenir une grande brasserie, mais nous ne souhaitons pas fabriquer de la bière ordinaire juste pour en vendre davantage. Nous serions naturellement ravis d’en vendre beaucoup, mais nous ne ferons aucun compromis. »

Et ce n’est pas le seul élément qui nous démarque, poursuit-il. Les gens qui travaillent ici aiment vraiment la bière.

« Je ne saurais être précis sur le tout début, mais j’aime la bière depuis ma tendre enfance », a déclaré Tomer Ronen, l’un des employés.

« Je crois que chacun reçoit un cadeau qu’il peut offrir au monde », a déclaré Ronen.     « Le mien est d’offrir de la bonne bière. »

La brasserie produit entre 10 000 et 12 000 litres de bière par mois. Elles sont distribuées dans tout le pays, dans les pubs, les restaurants et magasins qui vendent de l’alcool, explique Ronen.

Selon Karlboim, leurs breuvages coûtent généralement entre 13 et 16 shekels (3,75 dollars – 4,60 dollars) dans une épicerie ou chez un vendeur d’alcool, et entre 20 et 34 shekels (5,80 – 9,80 dollars) dans un bar ou un restaurant.

Ronen insiste sur le fait que son entreprise sélectionne tout particulièrement les ingrédients utilisés dans ses bières. Et de faire en sorte qu’elles sont saines.

« Les gens affirment que la bière fait grossir, mais en réalité, ce sont les arachides que vous mangez avec votre bière qui font grossir », a déclaré Ronen.

Si Karlboim devait désigner sa bière favorite, son choix se porterait sur la Oak Porter, que RateBeer, un site consacré à la bière artisanale, a élue meilleure bière d’Israël en 2013.

Tomer Ronen, l'un des brasseurs de la Brasserie du Néguev, utilise une machine pour étiqueter les milliers de bouteilles produites tous les mois (Crédit : Rebecca McKinsey/Times of Israel)
Tomer Ronen, l’un des brasseurs de la Brasserie du Néguev, utilise une machine pour étiqueter les milliers de bouteilles produites tous les mois (Crédit : Rebecca McKinsey/Times of Israel)

RateBeer a également décerné à la Brasserie du Néguev le titre de meilleure brasserie du pays.

La brasserie mettra bientôt en vente une nouvelle bière saisonnière, appelée Omer, légèrement plus alcoolisée – environ 6,5 %. Elle sera disponible après la fête de Chavouot, en juin.

Si ses produits ne sont commercialisés pour l’heure qu’en Israël, Karlboim affirme qu’il reçoit régulièrement des demandes de renseignements sur sa bière d’Europe et des États-Unis. La brasserie commence ainsi à envisager l’exportation.

L’entreprise soutient autant que possible l’activité de la région du Néguev, en utilisant des produits locaux et en traitant avec les fournisseurs de la région.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.