Trump exclut des « mesures provisoires » pour transférer l’ambassade
Rechercher

Trump exclut des « mesures provisoires » pour transférer l’ambassade

Après le refus de Trump d'accélérer le transfert de l'ambassade, demandé par Netanyahu, des sources insistent sur le fait que les deux leaders sont sur la même longueur d'onde

Le président américain Donald Trump, à gauche, et le Premier ministre Benjamin Netanyahu au musée d'Israël à Jérusalem avant le départ de Trump, le 23 mai 2017. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)
Le président américain Donald Trump, à gauche, et le Premier ministre Benjamin Netanyahu au musée d'Israël à Jérusalem avant le départ de Trump, le 23 mai 2017. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Des sources du bureau du Premier ministre ont indiqué jeudi que les Etats-Unis étudient des « mesures provisoires » qui permettraient à son ambassade d’être relocalisée à Jérusalem d’ici un an, clarifiant des propos tenus auparavant par le Premier ministre Benjamin Netanyahu qui avaient été démentis par le président américain Donald Trump par la suite.

Netanyahu, lors d’une visite en Inde, a, au début de la semaine, exprimé sa certitude que Trump tiendrait rapidement sa promesse de déménager l’ambassade, disant aux journalistes qu’une telle initiative « surviendra bien plus vite que les gens ne le pensent, d’ici un an ».

Mais interrogé sur les propos tenus par le Premier ministre lors d’un entretien accordé à l’agence de presse Reuters, Trump avait répondu que Netanyahu était dans l’erreur.

« D’ici la fin de l’année ? », s’était-il étonné. « Nous évoquons différents scénarios – je veux dire que manifestement, ce serait temporaire. Nous ne l’envisageons vraiment pas comme ça. C’est non ».

Dans une tentative apparente de minimiser les dégâts, des sources du bureau du Premier ministre ont fait savoir jeudi matin que Netanyahu et Trump « ne disent rien de différent ».

« Bien sûr que la construction d’une nouvelle ambassade est quelque chose qui prend des années mais le Premier ministre croit que les Etats-Unis sont en train de réfléchir à des mesures provisoires qui pourraient aboutir à l’ouverture beaucoup plus rapide d’une mission », selon des responsables israéliens.

L’ambassade américaine à Tel Aviv. (Crédit : Ori~/Wikimedia Commons/File)

Trump a promis de déplacer l’ambassade américaine à Jérusalem depuis Tel Aviv dans un discours prononcé le 6 décembre à la Maison Blanche au cours duquel il a également officiellement reconnu la ville en tant que capitale d’Israël.

Cette initiative a été saluée par Netanyahu et par les responsables d’une grande partie du spectre politique. Le Guatemala a depuis annoncé qu’il suivrait les Etats-Unis en relocalisant son ambassade dans la capitale d’Israël.

Cette décision a entraîné des manifestations dans certains pays et a été rejetée par le biais d’une résolution non-contraignante adoptée par l’Assemblée générale des Nations unies. Les ministres des Affaires étrangères arabes doivent se réunir le 1er février au Caire pour débattre de réponses à donner à la reconnaissance de Trump, a annoncé au début du mois la Ligue arabe.

Le mois dernier, le secrétaire d’Etat américain Rex Tillerson a fait savoir que le déménagement de l’ambassade à Jérusalem prendrait au moins trois ans, et peut-être même davantage.

« Cela ne va pas arriver comme ça », a-t-il déclaré dans un discours prononcé au département d’Etat, des propos rapportés par le New York Times. « Probablement pas avant trois ans, et c’est très ambitieux ».

Trump a toutefois été inflexible mercredi sur le fait que l’initiative serait menée à son terme. Le président américain a déclaré qu’il s’agirait d’une « belle ambassade, mais qui ne coûtera pas 1,2 milliard », se référant à la nouvelle ambassade au Royaume-Uni qui avait été critiquée parce que trop onéreuse.

La semaine dernière, Trump a expliqué qu’il avait mis son veto à un voyage au Royaume-Uni – qui était initialement prévu pour le mois prochain – parce qu’il n’était pas satisfait du lieu choisi pour la nouvelle ambassade américaine et de son coût.

« La raison pour laquelle j’ai abandonné mon voyage à Londres est que je ne suis pas un grand admirateur de l’administration Obama qui a vendu pour ‘des cacahuètes’ ce qui était peut-être la meilleure ambassade et la mieux située de Londres pour en construire une nouvelle dans un autre endroit pour un montant de 1,2 milliard de dollars », a écrit Trump.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...