Israël en guerre - Jour 257

Rechercher

Combats acharnés à Gaza, les troupes entrent à Khan Younès ; 3 officiers de Tsahal tués

Des milliers de Palestiniens fuient vers Rafah ; Tsahal accusé d'avoir investi un hôpital et d'en avoir encerclé un autre ; l'armée dit éviter les endroits où s'abritent les civils

Emanuel Fabian est le correspondant militaire du Times of Israël.

Des familles palestiniennes fuyant Khan Younès sur la route côtière menant à Rafah, au milieu des batailles en cours entre Israël et le groupe terroriste palestinien du Hamas, le 22 janvier 2024. (Crédit : AFP)
Des familles palestiniennes fuyant Khan Younès sur la route côtière menant à Rafah, au milieu des batailles en cours entre Israël et le groupe terroriste palestinien du Hamas, le 22 janvier 2024. (Crédit : AFP)

Un jour après l’annonce par le ministre de la Défense Yoav Gallant de l’intensification des combats dans le sud de la bande de Gaza, à Khan Younès, de violentes batailles ont éclaté lundi avec le lancement par Tsahal d’une nouvelle offensive majeure sur la partie ouest de la ville, au cours de laquelle au moins trois officiers de Tsahal ont été tués.

Quatre brigades, dirigées par la 98e division, ont pris part à l’offensive, qui a débuté dimanche par une série de frappes aériennes sur les sites du groupe terroriste du Hamas dans la région. Avec cette nouvelle offensive, Tsahal vise à démanteler la base militaire du Hamas dans la région de Khan Younès.

Un porte-parole du ministère de la Santé de Gaza, dirigé par le Hamas, a indiqué à Reuters lundi après-midi que les frappes aériennes israéliennes sur Khan Younès avaient fait au moins 50 morts et une centaine de blessés depuis dimanche soir.

Tsahal a annoncé lundi soir qu’une cinquantaine de terroristes du Hamas, dont plusieurs commandants, avaient été éliminés au cours de la journée par les troupes terrestres du Commando, des Parachutistes, de Givati et de la 7e Brigade.

Trois officiers de la brigade des parachutistes ont été tués. Ils ont été tués par un RPG tiré sur un bâtiment dans lequel ils se trouvaient, ont indiqué des sources militaires.

L’armée israélienne a annoncé lundi la mort de trois officiers. Un autre a été grièvement blessé au cours de l’offensive, selon une annonce séparée de l’armée.

Il s’agit du major David Nati Alfasi, 27 ans, commandant adjoint du 202e bataillon de la brigade des parachutistes, originaire de Beer Sheva ; du major Ilay Levy, 24 ans, commandant de compagnie au sein du 202e bataillon de la brigade des parachutistes, originaire de Tel Aviv ; et du caporal Eyal Mevorach Twito, 22 ans, commandant de section dans le 202e bataillon de la brigade des parachutistes, de Beit Gamliel.

De gauche à droite : le capitaine Eyal Mevorach Twito, le major David Nati Alfasi et le major Ilay Levy, officiers de la brigade des parachutistes, tués dans la bande de Gaza le 22 janvier 2024. (Crédit : Armée israélienne)

Le porte-parole du ministère de la Santé de Gaza, Ashraf al-Qidra, a affirmé à Reuters que les troupes de Tsahal avaient investi l’hôpital Al-Khair et procédaient à l’arrestation du personnel médical. Tsahal n’a pas souhaité répondre à cette allégation. L’armée israélienne a accusé à maintes reprises le Hamas d’opérer à l’intérieur des hôpitaux et a fourni des preuves selon lesquelles le groupe terroriste utilisait des installations médicales pour cacher des otages israéliens.

Selon plusieurs articles de presse, les dirigeants du Hamas à Gaza se cacheraient dans des tunnels à Khan Younès, et utiliseraient probablement des otages comme boucliers humains.

Le Croissant-Rouge palestinien a affirmé que des chars avaient également encerclé un autre hôpital de Khan Younès, al-Amal, qui sert de siège à l’organisation de secours.

La région de Khan Younès, contrairement à la plupart des régions du nord de la bande de Gaza, abrite de nombreux civils. Tsahal a affirmé dans un communiqué connaître les lieux où se réfugient les civils, ainsi que les hôpitaux, et que l’armée s’efforcerait d’éviter de les blesser au cours de ses opérations.

Tsahal a déclaré que ses soldats avaient encerclé le camp de réfugiés de Khan Younès et commençaient à manœuvrer à l’intérieur du camp, où se trouvent, selon elle, plusieurs sites du Hamas. L’offensive devrait durer encore plusieurs jours, au cours desquels Tsahal mènera des raids contre les principaux bastions, avant-postes et infrastructures du Hamas dans la région.

Des troupes de Tsahal en opération dans la bande de Gaza, dans une image autorisée à la publication le 22 janvier 2024. (Crédit : Tsahal)

Alors que les combats font rage, de nombreux Palestiniens ont une nouvelle fois été contraints de se déplacer. Des milliers d’entre eux se sont dirigés vers Rafah, la ville la plus au sud de Gaza, où la majorité des 2,3 millions d’habitants de la bande se seraient réfugiés dans des bâtiments publics et des camps de tentes.

Des files de voitures et de charrettes tirées par des ânes et chargées d’effets personnels ont pris la route du sud toute la journée de lundi, les habitants de Gaza cherchant à fuir les combats, a rapporté Reuters.

Les responsables israéliens ont toujours juré qu’ils poursuivraient les combats à Gaza jusqu’à ce que le groupe terroriste du Hamas soit démantelé, même si des données militaires indiquent que Tsahal passait à une phase de combats de moindre intensité dans l’ensemble de la bande de Gaza. Israël a lancé sa guerre contre le Hamas à Gaza après l’assaut de milliers de terroristes du Hamas qui ont déferlé sur le sud du pays le 7 octobre, massacrant près de 1 200 personnes et en prenant 253 autres en otage.

Lundi, le ministère de la Santé, dirigé par le Hamas, a déclaré que 25 295 habitants de Gaza avaient été tués jusqu’à présent dans la guerre, un chiffre non vérifié qui inclut les terroristes du Hamas ainsi que les personnes tuées lors de tirs de roquettes lancées par le groupe terroriste et qui retombent à proximité. Tsahal affirme avoir tué plus de 9 000 terroristes du groupe.

En date de lundi, 198 soldats israéliens ont été tués depuis le début de l’offensive terrestre dans la bande de Gaza.

Des Palestiniens blessés sont amenés sur une charrette tirée par un âne à l’hôpital Nasser de Khan Younès, dans le sud de la bande de Gaza, le 22 janvier 2024. (Crédit : Mohammed Dahman/AP)

Tsahal a annoncé lundi que, depuis le début de la guerre, 12 000 camions contenant 1 052 tonnes de matériel médical sont entrés dans la bande de Gaza. Dans un communiqué, Tsahal a déclaré avoir facilité la livraison de centaines de milliers de vaccins contre la polio, la tuberculose, le rotavirus et le ROR, entre autres.

Tsahal a également indiqué avoir coordonné avec l’Égypte l’évacuation de centaines de blessés palestiniens de la bande de Gaza, qui ont été emmenés aux Émirats arabes unis, en Turquie et en Égypte pour y être soignés.

Dimanche, Gallant a survolé la bande de Gaza avec le 100e escadron de l’armée de l’air israélienne, promettant que Tsahal étendrait son incursion terrestre à Khan Younès.

« Nous menons une opération intensive dans la région de Khan Younès, et elle va continuer à s’étendre », a affirmé Gallant. « Les panaches de fumée des chars, de l’artillerie et des avions de l’armée de l’air continueront à couvrir le ciel de la bande de Gaza jusqu’à ce que nous atteignions nos objectifs, dont les principaux sont la défaite du [groupe terroriste palestinien du] Hamas et le retour des otages dans leurs foyers », a-t-il ajouté.

Une photo prise à Rafah montre de la fumée s’élevant au-dessus de Khan Younès, dans le sud de la bande de Gaza, lors de frappes aériennes israéliennes, le 22 janvier 2024. (Crédit : AFP)

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu exige que la bande de Gaza soit démilitarisée et placée sous le contrôle absolu de la sécurité israélienne.

Tsahal estime que les combats à Gaza dureront probablement tout au long de l’année 2024. Israël entend en effet priver le Hamas de ses capacités militaires et de gouvernance. Tsahal s’est également engagé à poursuivre les combats jusqu’à la libération de tous les otages restants.

132 des otages enlevés par le Hamas le 7 octobre, parmi lesquels au moins 28 seraient morts, se trouveraient encore dans la bande de Gaza. Le Hamas a libéré 105 civils au cours d’une trêve d’une semaine à la fin du mois de novembre. Auparavant, quatre otages avaient été libérées et une autre avait été secourue par les troupes. Les corps de 11 otages, dont trois ont été tués par erreur par l’armée, ont été retrouvés dans la bande de Gaza par les troupes.

Le Hamas détient également les dépouilles de Oron Shaul et Hadar Goldin, soldats de Tsahal tombés au combat en 2014, ainsi que deux civils israéliens, Avera Mengistu et Hisham al-Sayed, qui seraient tous deux en vie après être entrés dans la bande de leur propre chef, respectivement en 2014 et 2015.

L’équipe du Times of Israël a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.