Israël en guerre - Jour 150

Rechercher

Des terroristes ont tiré sur des troupes depuis une école à Gaza où se réfugiaient des civils

Des frappes aériennes se poursuivent à Khan Younès ; ONU : 81 camions d'aide humanitaire entrés à Gaza vendredi ; 168 soldats morts depuis le début de l'incursion terrestre à Gaza

  • Des soldats israéliens inspectant un camion égyptien transportant de l'aide humanitaire pour la bande de Gaza, au point de passage de Kerem Shalom, dans le sud d'Israël, le 22 décembre 2023. (Crédit : Maya Alleruzzo/AP Photo)
    Des soldats israéliens inspectant un camion égyptien transportant de l'aide humanitaire pour la bande de Gaza, au point de passage de Kerem Shalom, dans le sud d'Israël, le 22 décembre 2023. (Crédit : Maya Alleruzzo/AP Photo)
  • Les Israéliens défilant pour appeler à la libération des otages enlevés par le Hamas pendant l'assaut du 7 octobre à Jérusalem, le 28 décembre 2023. (Crédit : Menahem Kahana/AFP)
    Les Israéliens défilant pour appeler à la libération des otages enlevés par le Hamas pendant l'assaut du 7 octobre à Jérusalem, le 28 décembre 2023. (Crédit : Menahem Kahana/AFP)
  • Les forces israéliennes dans la bande de Gaza, une photo diffusée le 29 décembre 2023. (Crédit : Armée israélienne)
    Les forces israéliennes dans la bande de Gaza, une photo diffusée le 29 décembre 2023. (Crédit : Armée israélienne)
  • Les destructions causées par les terroristes du Hamas au kibboutz Kfar Aza, sur la frontière entre gaza et Israël, le 7 octobre 2023. (Crédit : Arie Leib Abrams/Flash90)
    Les destructions causées par les terroristes du Hamas au kibboutz Kfar Aza, sur la frontière entre gaza et Israël, le 7 octobre 2023. (Crédit : Arie Leib Abrams/Flash90)
  • Un tunnel du Hamas sous un appartement près de Gaza City qui aurait été utilisé comme cachette par Yahya Sinwar, selon une vidéo diffusée le 29 décembre 2023. (Crédit : Armée israélienne)
    Un tunnel du Hamas sous un appartement près de Gaza City qui aurait été utilisé comme cachette par Yahya Sinwar, selon une vidéo diffusée le 29 décembre 2023. (Crédit : Armée israélienne)
  • Un partisan des rebelles chiites, connus sous le nom de Houthis, avec une ceinture de munitions placée sur la tête, assiste à une célébration à Sanaa, au Yémen, le 9 novembre 2019. (Crédit : Hani Mohammed/AP)
    Un partisan des rebelles chiites, connus sous le nom de Houthis, avec une ceinture de munitions placée sur la tête, assiste à une célébration à Sanaa, au Yémen, le 9 novembre 2019. (Crédit : Hani Mohammed/AP)

Reportage TV : D’énormes quantités d’armes chinoises utilisées par le Hamas à Gaza

Illustration : Les armes découvertes dans une école de Gaza City, le 25 décembre 2023. (Crédit : Armée israélienne)
Illustration : Les armes découvertes dans une école de Gaza City, le 25 décembre 2023. (Crédit : Armée israélienne)

Les soldats israéliens ont découvert de grandes quantités d’armes de fabrication chinoise utilisées à Gaza, a fait savoir la Douzième chaîne.

L’information, qui n’est pas sourcée, précise que les autorités israéliennes ont vu des preuves de l’utilisation de telles armes.

L’information donnée ajoute que « personne ne pense » que les armes ont été livrées par des navires chinois. Mais les quantités retrouvées témoignent d’un approvisionnement régulier et organisé de Gaza, et non d’un phénomène de contrebande, conclut le reportage.

L’armée rapporte que de nombreuses roquettes tirées par le Hezbollah ont échoué au Liban

Le porte-parole de Tsahal, le contre-amiral Daniel Hagari, a déclaré samedi soir que de nombreuses roquettes du Hezbollah tirées sur Israël avaient échoué sur le territoire libanais, y compris environ 80 % des projectiles tirés hier.

« Nous continuons d’attaquer et d’endommager le déploiement du Hezbollah dans le sud du Liban. La région du sud du Liban ne sera plus jamais la même », a déclaré Hagari lors d’une conférence de presse.

« Tout au long de la journée, plusieurs tirs depuis le Liban vers Israël ont été détectés. De nombreux tirs du Hezbollah tombent sur le territoire libanais. 80 % des roquettes du Hezbollah sont tombées hier sur le territoire libanais », a-t-il dit.

Hagari a affirmé que le chef terroriste du Hezbollah, Hassan Nasrallah, « nuisait à l’État du Liban et mettait son avenir en danger pour le bien de ses amis du Hamas et de son patron en Iran ».

Gaza : Des terroristes ont tiré sur des troupes depuis une école où se réfugiaient des civils

Capture d'écran d'une vidéo publiée par l'armée israélienne le 30 décembre 2023 montrant des troupes combattant dans le camp d'al-Bureij, dans la bande de Gaza. (Capture d'écran vidéo X : utilisée conformément à l'article 27a de la loi sur le droit d'auteur)
Capture d'écran d'une vidéo publiée par l'armée israélienne le 30 décembre 2023 montrant des troupes combattant dans le camp d'al-Bureij, dans la bande de Gaza. (Capture d'écran vidéo X : utilisée conformément à l'article 27a de la loi sur le droit d'auteur)

L’armée israélienne a détaillé ce samedi soir les opérations de la 188e brigade blindée dans le camp d’al-Bureij, dans le centre de Gaza, rapportant notamment un incident au cours duquel les troupes ont combattu des terroristes du Hamas cachés dans une école qui servait d’abri à des civils palestiniens.

Jeudi, la 188e brigade a reçu des renseignements selon lesquels des dizaines de membres du Hamas se cachaient dans une école où s’abritaient des civils.

« Les terroristes ont profité de la présence de civils dans la zone de l’école pour tirer au RPG et avec des armes légères sur les forces, tout en se cachant derrière des femmes et des enfants », a indiqué l’armée israélienne.

L’armée israélienne a affirmé que les troupes avaient attaqué l’école, capturant les terroristes qui s’y trouvaient et en tuant d’autres à proximité du complexe.

Tsahal a affirmé que la 188e brigade avait rencontré, lors de d’autres opérations à al-Bureij, encore davantage de terroristes du Hamas qui ont attaqué les forces depuis des sites civils.

La brigade a également localisé et détruit trois sites de tirs de roquettes et neuf ouvertures de tunnel, a ajouté l’armée israélienne.

Tsahal parle de frappes « généralisées » sur un bastion du Hezbollah du sud Liban

Illustration :La fumée s’élevant après un bombardement israélien sur la ville de Kfar Kila, au sud du Liban, près de la frontière avec Israël, le 30 décembre 2023. (Crédit : AFP)
Illustration :La fumée s’élevant après un bombardement israélien sur la ville de Kfar Kila, au sud du Liban, près de la frontière avec Israël, le 30 décembre 2023. (Crédit : AFP)

L’armée israélienne affirme avoir mené des frappes « généralisées » sur des sites du Hezbollah à Kfarkela, dans le sud Liban.

Selon Tsahal, ces frappes ont été menées en deux vagues sur plusieurs possessions du groupe terroriste, ce matin et cet après-midi.

L’armée israélienne affirme que Kfarkela est un bastion du Hezbollah, et que le groupe terroriste « utilise les infrastructures de la région à des fins terroristes, en exploitant les civils et en les utilisant comme des boucliers humains ».

Selon Tsahal toujours, un grand nombre d’attaques à la roquette et au missile ont été menées à partir de ce village contre Israël.

Selon des images diffusées par l’armée, Tsahal a également frappé des cibles à Bint Jbeil et Marwahin, également dans le sud Liban.

Gantz à Scholz : le Hezbollah doit être éloigné de la frontière

De la fumée s'élevant près d'un avant-poste israélien à cause des roquettes tirées par le Hezbollah, sur une photo prise depuis le village de Tayr Harfa, au sud du Liban, près de la frontière avec Israël, le 15 décembre 2023. (Crédit : AFP)
De la fumée s'élevant près d'un avant-poste israélien à cause des roquettes tirées par le Hezbollah, sur une photo prise depuis le village de Tayr Harfa, au sud du Liban, près de la frontière avec Israël, le 15 décembre 2023. (Crédit : AFP)

Lors d’un appel téléphonique hier avec le chancelier allemand Olaf Scholz, le ministre du cabinet de guerre Benny Gantz dit avoir insisté sur le fait que le groupe terroriste chiite libanais du Hezbollah devait être éloigné de la frontière.

« L’État d’Israël ne peut s’accommoder d’une telle menace, et l’Allemagne ainsi que la communauté internationale ont un rôle important à jouer pour s’assurer qu’une telle menace soit éliminée », écrit Gantz sur X.

Il précise que les deux hommes ont également « discuté de la menace croissante que l’Axe du Terrorisme dirigé par l’Iran fait peser sur la stabilité mondiale, en particulier en mer Rouge et dans d’autres régions du monde ».

L’Iran, qui ne reconnaît pas l’existence d’Israël, se considère avec le pouvoir en Syrie, le Hezbollah libanais, le groupe palestinien du Hamas, des groupes irakiens et les Houthis du Yémen comme faisant partie de « l’axe de la résistance » face à Israël au Moyen-Orient.

Tsahal révèle les dégâts causés à l’église attaquée par le Hezbollah – vidéo

Une capture d'écran d'une vidéo partagée par le porte-parole de l’armée israélienne, le lieutenant-colonel Richard Hecht, montrant les dégâts causés à l'église grecque orthodoxe Sainte-Marie attaquée par le Hezbollah, à Iqrit, le 30 décembre 2023. (Crédit : Capture d'écran X ; utilisée conformément à l'article 27a de la loi sur les droits d'auteur)
Une capture d'écran d'une vidéo partagée par le porte-parole de l’armée israélienne, le lieutenant-colonel Richard Hecht, montrant les dégâts causés à l'église grecque orthodoxe Sainte-Marie attaquée par le Hezbollah, à Iqrit, le 30 décembre 2023. (Crédit : Capture d'écran X ; utilisée conformément à l'article 27a de la loi sur les droits d'auteur)

Un porte-parole de l’armée israélienne révèle les dommages causés suite à une attaque de missile du groupe terroriste chiite libanais du Hezbollah contre une église près de la frontière libanaise en début de semaine.

Mardi, le Hezbollah a tiré un missile depuis le Liban sur l’église orthodoxe grecque Sainte-Marie, à Iqrit, blessant modérément un civil octogénaire qui se trouvait près du bâtiment.

Le groupe terroriste chiite libanais soutenu par l’Iran a ensuite lancé un missile guidé antichar alors que l’homme était évacué par les soldats israéliens, blessant neuf d’entre eux.

Dans une vidéo partagée par le lieutenant-colonel Richard Hecht, on peut voir les dégâts causés à une structure située juste devant l’entrée de l’église, ainsi que des débris au sol.

Des « pertes matérielles » causées par la frappe attribuée à Israël sur Alep – médias syriens

L’agence de presse étatique syrienne SANA, citant une source militaire, affirme que des « pertes matérielles » ont été causées lors de la frappe aérienne attribuée à Israël sur Alep.

L’agence indique que les avions de chasse israéliens ont lancé leurs missiles depuis la Méditerranée, à l’ouest de Lattaquié, et ont touché plusieurs sites à Alep.

SANA ne fournit pas de détails sur les sites touchés, mais d’autres médias syriens affirment que l’aéroport international d’Alep a été visé par la frappe.

Tsahal frappe des cellules et des sites du Hezbollah après des tirs de roquettes

Illustration :La fumée s’élevant après un bombardement israélien sur la ville de Kfar Kila, au sud du Liban, près de la frontière avec Israël, le 30 décembre 2023. (Crédit : AFP)
Illustration :La fumée s’élevant après un bombardement israélien sur la ville de Kfar Kila, au sud du Liban, près de la frontière avec Israël, le 30 décembre 2023. (Crédit : AFP)

L’armée israélienne indique qu’un avion de chasse et d’autres appareils ont frappé trois cellules terroristes dans le sud du Liban aujourd’hui.

En outre, Tsahal affirme avoir mené des frappes contre des infrastructures du groupe terroriste chiite libanais du Hezbollah et avoir bombardé des zones du Sud-Liban avec de l’artillerie.

Ces frappes ont lieu alors que le Hezbollah a lancé des attaques de roquettes, de missiles et de drones contre le nord d’Israël aujourd’hui.

Tsahal indique que les défenses aériennes ont également intercepté une « cible aérienne suspecte » qui avait pénétré dans l’espace aérien israélien depuis le Liban un peu plus tôt.

Une frappe aérienne attribuée à Israël sur l’aéroport d’Alep – médias syriens

Les médias syriens font état d’une frappe aérienne attribuée à Israël dans la région d’Alep, dans le nord de la Syrie.

La radio pro-gouvernementale Sham FM affirme que les défenses aériennes engagent la frappe au-dessus de l’aéroport international d’Alep.

Elle ne fait pas encore état de dégâts à l’aéroport, mais des images circulant sur les réseaux sociaux montrent de grands panaches de fumée dans la région.

Le Hezbollah revendique des tirs de roquettes sur des villes du nord du pays

Le groupe terroriste chiite libanais du Hezbollah revendique le tir de roquettes sur Israël après le déclenchement des sirènes d’alerte dans plusieurs villes proches de la frontière libanaise.

4 résidents de Ramle blessés dans une fusillade ; la police ouvre une enquête

La police ouvre une enquête après que quatre personnes ont été blessées par balle dans la ville centrale de Ramle.

Les quatre habitants de Ramle sont évacués vers un hôpital local pour y être soignés, tandis que la police déploie des agents pour retrouver les suspects et recueillir des preuves sur les lieux de la fusillade.

Sirènes de roquettes activées à Kiryat Shmona et dans d’autres villes du nord

Les sirènes d’alerte aux roquettes ont été activées à Kiryat Shmona et dans deux autres localités israéliennes proches de la frontière libanaise.

Les troupes lancent un raid au siège des Renseignements du Hamas à Khan Younès

Les Palestiniens sur le site d'une frappe israélienne à Rafah, dans le sud de la bande de Gaza, le 26 décembre 2023. (Crédit : Abed Rahim Khatib/Flash90)
Les Palestiniens sur le site d'une frappe israélienne à Rafah, dans le sud de la bande de Gaza, le 26 décembre 2023. (Crédit : Abed Rahim Khatib/Flash90)

L’armée israélienne a expliqué que les soldats de la 7e Brigade des blindés avaient encore avancé dans le sud de Gaza – et qu’ils ont aussi lancé des opérations contre des sites du Hamas à Khan Younès et notamment au quartier-général de la Division des Renseignements du Hamas qui se trouve dans cette ville.

Ce siège était responsable de toutes les activités de renseignement pour le secteur de Khan Younès, a annoncé Tsahal qui a ajouté que les troupes avaient aussi localisé un centre de commandement du Jihad islamique palestinien, au sein du même complexe.

Selon l’armée israélienne, les soldats ont découvert des informations « de très grande valeur » au cours de ces raids.

Pour leur part, les militaires de la Brigade Givati ont lancé des opérations sur d’autres sites du Hamas dans le sud de l’enclave côtière. Ils ont tué des terroristes à l’aide de tirs de sniper et de tirs d’artillerie lourde.

L’armée a précisé que les soldats de la Brigade Givati avaient également orienté plusieurs frappes aériennes contre des hommes armés dans la zone, ainsi que contre des infrastructures appartenant à la faction terroriste.

Avant que les soldats n’entrent plus profondément à Khan Younès, Tsahal a précisé que la 98e Division et l’armée de l’air avaient procédé à environ cinquante bombardements contre des cibles dans le secteur – visant notamment des tunnels et autres infrastructures utilisées par le Hamas pour attaquer les soldats.

Environ 70 % des habitations de Gaza endommagées ou détruites – Wall Street Journal

Les Palestiniens sur le site d'une frappe israélienne à Rafah, dans le sud de la bande de Gaza, le 26 décembre 2023. (Crédit : Abed Rahim Khatib/Flash90)
Les Palestiniens sur le site d'une frappe israélienne à Rafah, dans le sud de la bande de Gaza, le 26 décembre 2023. (Crédit : Abed Rahim Khatib/Flash90)

Le Wall Street Journal a fait savoir qu’environ la moitié des bâtiments, à Gaza, ont été endommagés ou détruits – un chiffre qui comprend presque 70 % des habitations.

L’article s’est appuyé sur des analyses de photographies par satellite de la bande et autres méthodes de détection à distance.

Le journal a noté que parmi les bâtiments touchés, il y avait des usines, des lieux de culte, des écoles, des centres commerciaux ou des hôtels. Israël affirme que de nombreuses écoles, mosquées et autres constructions de ce type ont été prises pour cible après avoir été utilisées à des fins militaires et comme base d’opération par les groupes terroristes de Gaza.

Le Wall Street Journal a dit que seulement huit hôpitaux sur 36, au sein de l’enclave côtière, pouvaient accepter des patients et que les infrastructures les plus basiques – eau, électricité, communication, etc… – avaient été détruites.

« Le mot ‘Gaza’ va entrer dans l’Histoire au même titre que Dresde ou que les autres villes célèbres qui ont été bombardées », a déclaré Robert Pape, spécialiste en sciences politiques à l’Université de Chicago qui a écrit des ouvrages consacrés aux bombardements aériens, au journal.

Quatre membres du Hezbollah tués lors de frappes en Syrie – Milices irakiennes

Trois frappes qui ont eu lieu cette nuit dans l’Est de la Syrie, aux abords d’un poste-frontière stratégique avec l’Irak, ont tué six personnes appartenant à des organisations soutenues par l’Iran et notamment des membres du Hezbollah, ont dit deux membres de milices irakiennes.

Washington n’a pas encore commenté cette attaque même si les Américains avaient annoncé que certaines étaient prévues contre des positions des milices soutenues par l’Iran suite à une recrudescence des agressions, au cours des deux derniers mois.

Ces frappes survenues dans la région frontalière de Boukamal ont eu lieu plusieurs heures après qu’une organisation-cadre des militants soutenus par l’Iran – connue sous le nom de Résistance islamique – a revendiqué une attaque contre une base militaire dans la ville d’Erbil, dans le nord de l’Irak. Le groupe a mené plus d’une centaine d’attaques contre des positions américaines en Irak et dans l’Est de la Syrie depuis le début de la guerre opposant Israël et le Hamas, le 7 octobre.

Quatre morts appartenaient au puissant groupe terroriste libanais du Hezbollah tandis que les deux autres militants étaient syriens, ont indiqué les membres des milices irakiennes. Il y a eu également deux blessés, ont-ils ajouté.

Oussama Hamdan affirme que le Hamas ne veut pas d’une nouvelle trêve temporaire

Oussama Hamdan, haut responsable du Hamas, lors d'un rassemblement organisé par le groupe terroriste chiite libanais du Hezbollah pour exprimer sa solidarité avec le peuple palestinien, dans la banlieue sud de Beyrouth, au Liban, le 17 mai 2021. (Crédit : Hassan Ammar/AP Photo)
Oussama Hamdan, haut responsable du Hamas, lors d'un rassemblement organisé par le groupe terroriste chiite libanais du Hezbollah pour exprimer sa solidarité avec le peuple palestinien, dans la banlieue sud de Beyrouth, au Liban, le 17 mai 2021. (Crédit : Hassan Ammar/AP Photo)

L’un des hauts responsables du groupe terroriste palestinien du Hamas au Liban affirme qu’il n’y a pas eu de négociations concernant les otages en échange d’une nouvelle trêve temporaire, alors que des médias israéliens font état de progrès en ce sens.

Oussama Hamdan déclare à Al Jazeera que le Hamas a informé les médiateurs que la priorité du groupe terroriste palestinien est un cessez-le-feu permanent et qu’il n’est actuellement pas question de libérer des otages avant l’arrêt des combats.

Le responsable du Hamas accuse ensuite Israël de divulguer de fausses informations afin de repousser les pressions intérieures croissantes exercées sur le gouvernement en faveur d’un accord de libération des otages.

81 camions d’aide entrés à Gaza vendredi ; « terriblement insuffisant » selon l’ONU

Des soldats israéliens inspectant un camion égyptien transportant de l'aide humanitaire pour la bande de Gaza, au point de passage de Kerem Shalom, dans le sud d'Israël, le 22 décembre 2023. (Crédit : Maya Alleruzzo/AP Photo)
Des soldats israéliens inspectant un camion égyptien transportant de l'aide humanitaire pour la bande de Gaza, au point de passage de Kerem Shalom, dans le sud d'Israël, le 22 décembre 2023. (Crédit : Maya Alleruzzo/AP Photo)

Quatre-vingt-un camions transportant de l’aide humanitaire sont entrés dans la bande de Gaza par les points de passage de Kerem Shalom, en Israël, et de Rafah, en Égypte, aujourd’hui, selon le Bureau de la coordination des affaires humanitaires des Nations unies (OCHA).

Kerem Shalom avait été fermé pendant trois jours jusqu’à aujourd’hui en raison de ce que l’OCHA appelle des incidents de sécurité, notamment une attaque de drone de l’armée israélienne, la saisie de l’aide par des habitants désespérés et des transferts non annoncés et non coordonnés de prisonniers et de victimes en provenance d’Israël.

« Le volume de l’aide reste terriblement insuffisant », affirme l’OCHA dans un communiqué. « Le secrétaire-général adjoint aux affaires humanitaires et Coordonnateur des secours d’urgence a déclaré que ‘la situation était impossible pour la population de Gaza et pour ceux qui tentent de l’aider, et que les combats devaient cesser. Les combats doivent cesser’. »

Israël dit inspecter des centaines de camions chaque jour et que la raison de l’engorgement est l’incapacité des coordinateurs de l’ONU à suivre le rythme. L’ONU a fait valoir que l’acheminement massif de l’aide était impossible en raison des opérations aériennes et terrestres menées par Tsahal dans la bande de Gaza.

Le 17 décembre, Israël a rouvert le point de passage de Kerem Shalom pour permettre à l’aide d’entrer directement dans Gaza depuis Israël, pour la première fois depuis le début de la guerre.

Toutefois, cette mesure n’a pas entraîné l’augmentation souhaitée de l’acheminement de l’aide.

Deux cents camions sont entrés à Gaza chaque jour de la trêve d’une semaine du mois dernier. Depuis, ce chiffre est loin d’être atteint. Avant la guerre et la crise humanitaire massive qui en a résulté, environ 500 camions d’aide entraient chaque jour dans la bande de Gaza.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.