Israël en guerre - Jour 230

Rechercher

Le Dôme de Fer intercepte une roquette tirée sur Sderot depuis Gaza pendant la cérémonie de Yom HaZikaron

Tsahal lance un raid à Jabaliya, le Hamas s’y étant reconstitué ; affrontements à Zeitoun, à Gaza City ; Le Caire a averti Israël et les États-Unis que l’opération Rafah mettait en péril le traité de paix – fonctionnaire égyptien

  • Des Palestiniens inspectent des bâtiments détruits lors de frappe israéliennes dans le camp de réfugiés de Jabaliya, dans la banlieue de Gaza City, le 31 octobre 2023. (Crédit : AP Photo/Abdul Qader Sabbah, File)
    Des Palestiniens inspectent des bâtiments détruits lors de frappe israéliennes dans le camp de réfugiés de Jabaliya, dans la banlieue de Gaza City, le 31 octobre 2023. (Crédit : AP Photo/Abdul Qader Sabbah, File)
  • Des gens regardent la finale de la 68e édition de l'Eurovision dans un bar de Tel Aviv, le 12 mai 2024. (Crédit : GIL COHEN-MAGEN / AFP)
    Des gens regardent la finale de la 68e édition de l'Eurovision dans un bar de Tel Aviv, le 12 mai 2024. (Crédit : GIL COHEN-MAGEN / AFP)
  • Eden Golan chante la chanson "Hurricane" pour Israël pendant la finale de l'Eurovision à Malmo, en Suède, le 11 mai 2024. (Crédit : AP Photo/Martin Meissner)
    Eden Golan chante la chanson "Hurricane" pour Israël pendant la finale de l'Eurovision à Malmo, en Suède, le 11 mai 2024. (Crédit : AP Photo/Martin Meissner)
  • Des manifestants réclament la libération des otages détenus dans la bande de Gaza et manifestent contre le gouvernement aux abords de la Kirya, le siège de l'armée israélienne à Tel Aviv, le 11 mai 2024. (Crédit : Itai Ron/Flash90)
    Des manifestants réclament la libération des otages détenus dans la bande de Gaza et manifestent contre le gouvernement aux abords de la Kirya, le siège de l'armée israélienne à Tel Aviv, le 11 mai 2024. (Crédit : Itai Ron/Flash90)
  • Les manifestants se heurtent à la police pendant une manifestation réclamant la remise en liberté des otages détenus à dans la bande de Gaza et dénonçant le gouvernement à la Kirya, le siège de l'armée à Tel Aviv, le 11 mai 2024. (Crédit :  Itai Ron/Flash90)
    Les manifestants se heurtent à la police pendant une manifestation réclamant la remise en liberté des otages détenus à dans la bande de Gaza et dénonçant le gouvernement à la Kirya, le siège de l'armée à Tel Aviv, le 11 mai 2024. (Crédit : Itai Ron/Flash90)
  • Un manifestant anti-israélien arrêté par la police de New York pendant un défilé marquant la "Nakba",  la "catastrophe" de la création d'Israël, dans le quartier de Brooklyn à New York, le 11 mai 2024. (Crédit  : Leonardo Munoz/AFP)
    Un manifestant anti-israélien arrêté par la police de New York pendant un défilé marquant la "Nakba", la "catastrophe" de la création d'Israël, dans le quartier de Brooklyn à New York, le 11 mai 2024. (Crédit : Leonardo Munoz/AFP)
  • Le match de première Ligue israélienne entre le Beitar Jerusalem et l'Hapoel Jerusalem au Teddy Stadium de Jérusalem, le 11 mai 2024. (Crédit : Oren Ben Hakoon/Flash90)
    Le match de première Ligue israélienne entre le Beitar Jerusalem et l'Hapoel Jerusalem au Teddy Stadium de Jérusalem, le 11 mai 2024. (Crédit : Oren Ben Hakoon/Flash90)

Tsahal : Des avions de combat ont frappé 2 sites de lancement de roquettes du Hezbollah au sud-Liban

Des avions de combat israéliens ont frappé deux positions de lancement de roquettes du groupe terroriste chiite libanais du Hezbollah dans le sud du Liban, à Halta et Kfar Hamam, au cours des dernières heures, indique l’armée israélienne.

Deux autres sites appartenant au groupe terroriste ont été frappés dans la région de Kherbe, précise Tsahal.

Ces frappes font suite au lancement par le Hezbollah de plusieurs roquettes, missiles et drones sur le nord d’Israël aujourd’hui.

Aucun blessé n’a été signalé.

Les sirènes de roquettes retentissent à Kissufim, près de la frontière de Gaza

Les sirènes d’alerte à la roquette ont retenti dans la localité méridionale de Kissufim, près de la frontière de la bande de Gaza, avertissant de l’arrivée d’un tir de roquette.

Ces sirènes font suite à un certain nombre d’alertes lancées dans la région au cours de la journée, certaines roquettes ayant été interceptées par le système de défense anti-missile « Dôme de fer ».

Tsahal : Le Dôme de Fer intercepte une roquette lancée sur Sderot depuis Gaza pendant la cérémonie de Yom HaZikaron

Une roquette lancée depuis la bande de Gaza sur la ville de Sderot, dans le sud du pays, a été interceptée, indique l’armée israélienne.

Les sirènes ont retenti dans la ville pour la deuxième fois aujourd’hui.

Aucun blessé ni dégât n’est à déplorer.

La roquette a été lancée sur Sderot quelques minutes après que la sirène a retenti pour marquer le début de Yom HaZikaron – le Jour du Souvenir.

Yom HaZikaron : Michaeli accuse Netanyahu de « mettre nos soldats en danger »

La chef sortante du parti Avoda, Merav Michaeli, dénonce la gestion de la guerre contre le groupe terroriste palestinien du Hamas à Gaza par le gouvernement à la veille de Yom HaZikaron – le Jour du Souvenir – et accuse le Premier ministre Benjamin Netanyahu de « mettre nos soldats en danger ».

« À la veille de Yom HaZikaron le chef d’état-major de l’armée israélienne dit à Netanyahu que Tsahal est obligé de se battre encore et encore dans les mêmes endroits, mettant nos soldats en danger, parce qu’il n’y a pas de décisions politiques sur le jour suivant. Le ministre de la Défense reproche à Netanyahu de ne pas avoir tenu de discussion stratégique sur le jour d’après », écrit Michaeli sur X.

« La compréhension du fait que l’absence de décision met en danger nos soldats est claire : nous devons faire tout ce qui est en notre pouvoir pour empêcher leur mort. Nos braves héros ne doivent pas tomber en vain. La perte n’a jamais été aussi douloureuse et proche qu’aujourd’hui. La douleur n’a jamais été aussi vive. Nous nous souviendrons de chacun d’entre eux et nous ferons tout pour que leur mort ne soit pas vaine », insiste-t-elle.

Les déclarations de Michaeli font suite aux propos du chef d’état-major de Tsahal, Herzi Halevi, qui aurait critiqué Netanyahu au cours des consultations sur la sécurité de ce week-end pour ne pas avoir développé et déclaré une stratégie dite « du jour d’après » pour savoir qui gouvernera Gaza après la guerre, selon la Treizième chaîne.

Yom HaZikaron : Les sirènes retentissent dans tout le pays

Des soldats dépoaent des fleurs et des drapeaux sur les tombes des soldats de l'armée israélienne tombés au combat dans le cimetière militaire de Kiryat Shmona, à Yom HaZikaron, le 12 mai 2024. (Crédit : Ayal Margolin/Flash90)
Des soldats dépoaent des fleurs et des drapeaux sur les tombes des soldats de l'armée israélienne tombés au combat dans le cimetière militaire de Kiryat Shmona, à Yom HaZikaron, le 12 mai 2024. (Crédit : Ayal Margolin/Flash90)

Les Israéliens marquent le début d’une journée commémorative particulièrement sombre, dans l’ombre du massacre perpétré par le groupe terroriste palestinien du Hamas sur le sud d’Israël le 7 octobre et de la guerre qui se poursuit à Gaza.

Des sirènes retentissent dans tout le pays, qui s’arrête pour une minute de silence.

Une deuxième sirène retentira demain matin à 11 heures.

Des cérémonies sont organisées dans les cimetières, les centres communautaires et les écoles du pays.

Selon les chiffres publiés par les autorités la semaine dernière, 1 600 soldats et civils ont été tués au combat ou par des actes terroristes depuis le dernier Yom HaZikaron, ce qui constitue l’année la plus meurtrière pour les forces de sécurité et les civils du pays depuis cinq décennies.

Des manifestants anti-gouvernement hurlent contre le cortège de Netanyahu à Tel Aviv, appelant à un accord pour les otages

Des manifestants appelant à la libération des otages détenus par le Hamas à Gaza et bloquant la rue Begin, à Tel Aviv, le 12 mai 2024. (Crédit : Danor Aharon/Mouvement pour la démocratie)
Des manifestants appelant à la libération des otages détenus par le Hamas à Gaza et bloquant la rue Begin, à Tel Aviv, le 12 mai 2024. (Crédit : Danor Aharon/Mouvement pour la démocratie)

Une centaine de manifestants anti-gouvernement bloquent la rue Begin à Tel Aviv pendant plusieurs minutes, réclamant un accord pour obtenir la libération des otages détenus par le groupe terroriste palestinien du Hamas à Gaza depuis le 7 octobre.

Vêtus de noir pour marquer Yom HaZikaron – le Jour du Souvenir -, qui commence ce soir, les manifestants crient au passage du cortège du Premier ministre Benjamin Netanyahu, selon le Mouvement pro-démocratie israélien qui a organisé la manifestation.

Les manifestants brandissent des pancartes telles que « Pas d’otages – pas d’indépendance », « Racheter les prisonniers à tout prix » et « Un accord maintenant ! »

Des donateurs s’engagent à verser plus de 2 milliards de dollars pour Gaza lors d’une conférence au Koweït

Une conférence de donateurs internationaux qui s’est tenue dimanche au Koweït a promis plus de deux milliards de dollars pour venir en aide à la bande de Gaza, dévastée par plus de sept mois de guerre entre Israël et le Hamas.

La conférence, organisée par l’Organisation internationale caritative islamique (IICO) et le bureau des Affaires humanitaires des Nations unies (Ocha), a précisé que les fonds seraient répartis sur deux ans, avec la possibilité d’extension, dans le but de soutenir les opérations humanitaires vitales dans le territoire palestinien.

Tsahal : Ouverture d’un nouveau point de passage avec le nord de Gaza pour l’acheminement de l’aide

Une vue aérienne du nouveau point de passage avec le nord de la bande de Gaza, à proximité du kibboutz Zikim, le 12 mai 2024. (Crédit : Armée israélienne)
Une vue aérienne du nouveau point de passage avec le nord de la bande de Gaza, à proximité du kibboutz Zikim, le 12 mai 2024. (Crédit : Armée israélienne)

L’armée israélienne et le COGAT (Coordinateur des activités gouvernementales dans les Territoires palestiniens) du ministère de la Défense annoncent qu’un nouveau point de passage avec le nord de la bande de Gaza a été ouvert pour les livraisons d’aide humanitaire.

Le passage dit d’Erez Ouest est situé dans la région de Zikim, sur la côte.

Le passage a été construit par le Département d’ingénierie du ministère de la Défense, l’autorité des passages du ministère et les unités d’ingénierie de l’armée israélienne.

Tsahal déclare que le point de passage a été ouvert « dans le cadre des efforts visant à accroître les voies d’acheminement de l’aide vers la bande de Gaza, et vers le nord de la bande de Gaza en particulier ».

Des dizaines de camions transportant de la farine du Programme alimentaire mondial (PAM) ont été livrés du port d’Ashdod à la bande de Gaza via le nouveau point de passage, après avoir été soumis à des contrôles de sécurité.

Un haut responsable du Hamas tué dans une frappe aérienne à Gaza – Tsahal, Shin Bet

La Cpl. Noa Marciano. (Crédit : Armée israélienne)
La Cpl. Noa Marciano. (Crédit : Armée israélienne)

Un haut responsable du bataillon Shati du Hamas a été tué dans une frappe aérienne à Gaza vendredi, ont annoncé l’armée et le Shin Bet.

Selon l’armée israélienne et le Shin Bet, Naim Ghoul avait été impliqué dans des tirs de roquettes sur Israël et avait été l’un des terroristes en charge de l’otage Noa Marciano dans la bande de Gaza.

Enlevée le 7 octobre dernier, Marciano avait été tuée par le Hamas à l’hôpital Shifa. Sa dépouille a été récupérée par l’armée israélienne en novembre.

En février, l’armée israélienne avait revendiqué la mort d’Ahmed Ghoul, un autre commandant du bataillon Shati lui aussi impliqué dans la garde de Marciano.

Tsahal : Le Dôme de fer intercepte une autre roquette tirée du centre de Gaza sur Sderot

Une autre roquette a été lancée depuis la bande de Gaza sur la ville de Sderot, dans le sud du pays.

L’armée israélienne indique que la roquette, tirée depuis le centre de la bande de Gaza, a été interceptée par le système de défense anti-missile « Dôme de fer ».

La roquette n’a pas déclenché les sirènes d’alerte aux missiles.

Plus tôt, deux autres roquettes ont été lancées sur la ville.

Tsahal : Le chef du CENTCOM en Israël ce week-end pour une évaluation avec Halevi

Le chef du CENTCOM (Commandement central des États-Unis), le général Michael Erik Kurilla, est arrivé en Israël ce week-end pour rencontrer le chef d’état-major de l’armée israélienne, le lieutenant-général Herzi Halevi, indique Tsahal.

Kurilla et Halevi « ont procédé à une évaluation de la situation opérationnelle, discuté des développements opérationnels et du renforcement de la coordination et de la coopération entre les armées ».

Cette visite a lieu dans un contexte de tensions avec Washington, après que le président américain Joe Biden a menacé de geler certaines livraisons d’armes à Israël si Tsahal lançait une incursion de grande envergure dans Rafah, au sud de la bande de Gaza.

Blinken : Washington est impartial quand il évalue le respect du droit international par Israël

Le secrétaire d’État américain Antony Blinken nie que Washington applique un deux poids, deux mesures lorsqu’il s’agit d’évaluer le respect du droit humanitaire international par Israël.

« Nous traitons Israël, l’un de nos plus proches alliés et partenaires, comme nous le ferions pour n’importe quel autre pays », déclare-t-il dans une interview accordée à l’émission « Meet the Press » de la chaîne NBC.

Blinken s’exprimait deux jours après la publication d’un rapport du Département d’État au Congrès qui a trouvé des assurances « crédibles et fiables » de la part de Jérusalem qu’elle utilisera les armes américaines conformément au droit humanitaire international, permettant ainsi la poursuite du transfert d’armes américaines dans le cadre de la guerre d’Israël contre le groupe terroriste palestinien du Hamas à Gaza.

« J’invite les gens à lire le rapport », déclare Blinken dans l’interview accordée à la chaîne NBC. « Vous avez un ennemi qui se dissimule intentionnellement parmi les civils, sous et dans les écoles, les mosquées, les immeubles d’habitation, et qui tire sur les forces israéliennes à partir de ces endroits. Il est très, très difficile, dans le feu de la guerre, de faire une évaluation définitive d’un incident individuel. »

Il ajoute que si le rapport conclut « qu’il est raisonnable de penser qu’il y a des cas où Israël a agi de manière non conforme au droit humanitaire international », les États-Unis enquêtent sur chaque incident « de manière critique ».

« Israël fait de même », ajoute-t-il, notant qu’il y a « des centaines d’enquêtes ouvertes, d’après ce que nous comprenons, sur des incidents particuliers qui ont eu lieu depuis le 7 octobre. Des enquêtes criminelles sont en cours ».

« Israël, contrairement à beaucoup d’autres pays, a les moyens et la volonté d’essayer de se contrôler lui-même », ajoute Blinken.

Les sirènes de roquettes retentissent à Sderot pour la 2e fois en une heure

Les sirènes d’alerte à la roquette retentissent dans les communautés proches de la frontière de Gaza pour la deuxième fois en une heure.

Les sirènes d’alerte aux missiles peuvent être entendues à Sderot, Ivim et Nir Am.

Ohana : Le 7 octobre est « l’une des manifestations les plus horribles du mal dans l’histoire »

Le président de la Knesset, Amir Ohana, s'exprimant lors d'une cérémonie précédant Yom HaZikaron, à Yad Lebanim, le 12 mai 2024. (Crédit : Noam Moskowitz, Bureau du porte-parole de la Knesset)
Le président de la Knesset, Amir Ohana, s'exprimant lors d'une cérémonie précédant Yom HaZikaron, à Yad Lebanim, le 12 mai 2024. (Crédit : Noam Moskowitz, Bureau du porte-parole de la Knesset)

L’assaut barbare et sadique sur le sud d’Israël perpétré par le groupe terroriste palestinien du Hamas le 7 octobre est « l’une des manifestations les plus horribles du mal dans l’histoire », a déclaré le président de la Knesset, Amir Ohana, lors d’une cérémonie précédant Yom HaZikaron – le Jour du Souvenir -, ajoutant que la seule façon d’être digne du sacrifice de ceux qui sont tombés au combat est de bannir « le virus maudit des conflits et de la haine dans le pays ».

S’adressant à Yad Lebanim, une organisation représentant les familles endeuillées, Ohana a déclaré que l’assaut du Hamas « nous a rappelé des choses que nous voulions oublier. Des choses à propos desquelles nous avions juré ‘plus jamais ça’. Et pourtant, pendant toute une journée, elles nous sont arrivées encore et encore ».

« Des centaines de soldats courageux, dont l’avenir était tout tracé, ont perdu la vie cette année dans la tempête des batailles. Des centaines d’autres civils ont été assassinés avec une brutalité moyenâgeuse par des voisins assoiffés de sang, pour lesquels il n’y a pas de pardon et il n’y en aura jamais », a-t-il ajouté.

« Nous serons dignes d’eux lorsque nous aurons chassé du pays le virus maudit des conflits et de la haine. Nous serons dignes d’eux lorsque nous ferons comprendre à tous nos ennemis que l’État d’Israël est fort. L’armée israélienne est forte. La société israélienne est forte et, ensemble, nous vaincrons », a-t-il déclaré.

Des soldats déposant des fleurs et des drapeaux sur les tombes des troupes tombées au combat dans le cimetière militaire de Kiryat Shmona, à la veille de Yom HaZikaron, le 12 mai 2024. (Crédit : Ayal Margolin/Flash90)

Ohana est actuellement en conflit avec la ministre des Transports, Miri Regev, au sujet de son rôle dans la cérémonie d’allumage des flambeaux de Yom HaAtsmaout – le Jour de l’Indépendance -, qui aura lieu lundi soir, et a demandé à la garde de la Knesset de ne pas coopérer aux préparatifs de l’événement annuel.

Les journalistes d’Al-Araby, soupçonnés de travailler pour Al Jazeera, détenus à Tel Aviv

Selon des publications sur les réseaux sociaux, des inspecteurs du ministère des Communications auraient arrêté des journalistes du média londonien Al-Araby Al-Jadeed lors de manifestations réclamant un accord sur les otages à Tel Aviv la nuit dernière, les soupçonnant de travailler pour Al Jazeera, qui a été récemment interdite en Israël.

Un journaliste israélien du site d’information de gauche +972, Oren Ziv, a partagé une vidéo et des photos sur X, supposées montrer des journalistes arabes de la chaîne qatarie interrogés par des inspecteurs. Ces derniers disent avoir vu des images en direct des manifestations de Tel Aviv diffusées sur Al Jazeera.

La semaine dernière, le gouvernement a approuvé la décision de fermer temporairement les bureaux d’Al Jazeera en Israël au motif que la chaîne portait atteinte à la sécurité nationale.

Un autre journaliste de +972, Haggai Matar, a indiqué sur les réseaux sociaux qu’Al Jazeera diffusait des contenus en direct provenant d’agences de presse internationales, lesquelles étaient vraisemblablement à l’origine des images en question.

Les reporters d’Al-Araby Al-Jadeed ont été libérés après avoir été interrogés, selon les articles des réseaux sociaux.

Les sirènes d’alerte à la roquette retentissent près de la frontière nord avec le Liban

Les sirènes d’alerte à la roquette retentissent près de la frontière nord avec le Liban, mettant en garde contre des tirs de roquettes.

Les sirènes retentissent dans la communauté de Yiftah, en grande partie évacuée, en Haute Galilée.

Depuis le 8 octobre, le Hezbollah attaque quotidiennement les communautés israéliennes et les postes militaires le long de la frontière avec des roquettes, des drones, des missiles antichars et d’autres moyens, affirmant qu’il le fait pour soutenir Gaza dans le cadre de la guerre contre le groupe terroriste palestinien du Hamas qui s’y déroule.

Le ministère de la Santé du Hamas annonce un bilan de plus de 35 000 morts à Gaza

Frappes israéliennes sur la bande de Gaza depuis une position dans le sud d'Israël, le 12 mai 2024 (Crédit : Menahem Kahana/AFP)
Frappes israéliennes sur la bande de Gaza depuis une position dans le sud d'Israël, le 12 mai 2024 (Crédit : Menahem Kahana/AFP)

Au moins 35 034 Palestiniens auraient été tués et 78 755 blessés dans la bande de Gaza depuis le 7 octobre, selon le ministère de la Santé de la bande de Gaza, dirigé par le groupe terroriste palestinien du Hamas.

Les chiffres publiés par le groupe terroriste sont invérifiables, et ils incluraient ses propres terroristes et hommes armés, tués en Israël et à Gaza, et les civils tués par les centaines de roquettes tirées par les groupes terroristes qui retombent à l’intérieur de la bande de Gaza.

Israël dit avoir éliminé 15 000 terroristes palestiniens dans la bande de Gaza, en plus d’un millier de terroristes qui ont pris d’assaut Israël le 7 octobre.

272 soldats israéliens ont été tués dans la bande de Gaza depuis le 27 octobre, début de l’incursion terrestre lancée en représailles à l’assaut barbare et sadique du Hamas sur le sud d’Israël le 7 octobre.

Tsahal lance un raid à Jabaliya, le Hamas s’y étant reconstitué ; affrontements à Zeitoun, à Gaza City

Les troupes de l'armée israélienne en opération dans la bande de Gaza, sur une image non datée publiée le 12 mai 2024. (Crédit : Armée israélienne)
Les troupes de l'armée israélienne en opération dans la bande de Gaza, sur une image non datée publiée le 12 mai 2024. (Crédit : Armée israélienne)

L’armée israélienne a lancé une opération contre le Hamas dans le nord de la bande de Gaza, à Jabaliya, cette nuit, après que le groupe terroriste palestinien a été identifié comme se reconstituant dans cette zone.

Avant l’entrée de la 98e division dans Jabaliya, des avions de chasse et d’autres appareils ont frappé une trentaine de cibles du Hamas, tuant plusieurs terroristes, selon Tsahal.

L’armée affirme qu’elle disposait « d’informations sur la présence de terroristes et la restauration de l’infrastructure terroriste du groupe terroriste du Hamas dans la région ».

Pendant ce temps, la 162e division continue d’opérer dans le sud de la bande de Gaza, à Rafah, y compris du côté palestinien du point de passage de Rafah avec l’Égypte.

Tsahal indique que les troupes ont découvert et détruit plusieurs tunnels et des lance-roquettes destinés à des attaques contre Israël.

Une dizaine de terroristes armés du Hamas repérés par les troupes dans la région ont été tués lors d’une frappe aérienne, selon l’armée.

Par ailleurs, la 99e division combat le Hamas dans le quartier Zeitoun de Gaza City, où l’armée a identifié des terroristes en train de se regrouper.

Plusieurs terroristes armés ont été tués lors de combats rapprochés et de frappes aériennes à Zeitoun, selon Tsahal. Des frappes ont également été menées contre des infrastructures du Hamas.

Dans l’ensemble de la bande de Gaza, des frappes aériennes ont été menées contre plus de 150 cibles, selon l’armée.

Les cibles comprenaient des lance-roquettes, des cellules de terroristes armés, des dépôts d’armes, des postes d’observation, des tunnels et d’autres infrastructures.

Le Caire a averti Israël et les États-Unis que l’opération Rafah mettait en péril le traité de paix – fonctionnaire égyptien

Un panache de fumée s’élevant au-dessus des bâtiments de la ville de Gaza lors d'une frappe aérienne israélienne, le 11 mai 2023. (Crédit : Mohammed Abed/AFP)
Un panache de fumée s’élevant au-dessus des bâtiments de la ville de Gaza lors d'une frappe aérienne israélienne, le 11 mai 2023. (Crédit : Mohammed Abed/AFP)

Un haut fonctionnaire égyptien a déclaré à l’Associated Press que Le Caire avait protesté auprès d’Israël, des États-Unis et des gouvernements européens, affirmant que l’opération de Rafah avait mis en péril son traité de paix avec Israël, pierre angulaire de la stabilité régionale.

Le fonctionnaire n’est pas autorisé à informer les médias et s’est exprimé sous le couvert de l’anonymat.

Samedi, l’armée israélienne a commencé à demander aux Palestiniens vivant dans d’autres quartiers de Rafah d’évacuer la zone, alors qu’elle poursuivait son opération contre le groupe terroriste palestinien du Hamas dans la ville située au sud de la bande de Gaza.

Le Wall Street Journal a rapporté en février que des responsables égyptiens avaient averti que le traité de paix conclu il y a plusieurs décennies entre l’Égypte et Israël pourrait être suspendu si les troupes de Tsahal pénétraient dans Rafah ou si des réfugiés de Rafah étaient forcés de se réfugier dans la péninsule du Sinaï, plus au sud.

Afin de prévenir un afflux massif de réfugiés, l’Égypte a stationné des chars près de sa frontière avec Gaza, après avoir renforcé le mur frontalier depuis le début de la guerre entre Israël et le Hamas, tant sur le plan structurel qu’au niveau de l’équipement de surveillance.

Tsahal : Le Dôme de fer a intercepté 2 roquettes tirées de Rafah vers Kerem Shalom

Deux roquettes lancées depuis Rafah, au sud de Gaza, en direction de la zone de Kerem Shalom ont été interceptées par le système de défense anti-missile « Dôme de fer », indique l’armée israélienne.

Aucun dégât ni blessé n’est à déplorer.

Un des tireurs du groupe terroriste de la Fosse aux Lions tué lors d’un raid de Tsahal près de Naplouse – médias palestiniens

Un terroriste palestinien aurait été tué par les troupes israéliennes lors d’un raid dans le camp de Balata en Cisjordanie, près de Naplouse, cette nuit.

Selon les médias palestiniens, il s’agit de Samer Rummaneh, membre du groupe terroriste de la Fosse aux lions.

L’armée israélienne n’a pas encore commenté cette affaire.

Un officier supérieur de Tsahal modérément blessé lors de combats à Gaza City vendredi

L'ancien lieutenant-colonel Yogev Bar Sheshet, commandant sortant du 50e bataillon de la Brigade Nahal, le 22 juin 2016. (Crédit : Armée israélienne)
L'ancien lieutenant-colonel Yogev Bar Sheshet, commandant sortant du 50e bataillon de la Brigade Nahal, le 22 juin 2016. (Crédit : Armée israélienne)

Le contrôleur adjoint de l’establishment de la Défense, le général de brigade Yogev Bar Sheshet, a été modérément blessé par des éclats d’obus dans la ville de Gaza vendredi, indique l’armée israélienne.

Bar Sheshet faisait partie de l’équipe de commandement avancée du chef de la Brigade Nahal du Corps d’Infanterie dans le quartier de Zeitoun.

Il est le plus haut gradé de Tsahal à être blessé au cours des combats dans la bande de Gaza depuis le début de la guerre.

Cinq soldats du Nahal ont été tués lors de combats contre le groupe terroriste palestinien du Hamas à Zeitoun vendredi.

Un drone rempli d’explosifs lancé du Liban retombe sur une plage proche de Rosh Hanikra

Une explosion a eu lieu sur la côte du nord d’Israël, aux abords de la communauté de Rosh Hanikra, après que les sirènes d’alerte ont résonné pour signaler l’arrivée imminente d’un drone tiré depuis le Liban.

Aucun blessé n’a été signalé suite à la chute apparente du drone sur une plage. Il était rempli d’explosifs.

L’armée a tenté, de toute évidence en vain, d’intercepter le drone.

La police aurait libéré 29 manifestants arrêtés lors du rassemblement de Tel Aviv ; un seul serait encore en détention

Les manifestants se heurtent à la police pendant une manifestation réclamant la remise en liberté des otages détenus à dans la bande de Gaza et dénonçant le gouvernement à la Kirya, le siège de l'armée à Tel Aviv, le 11 mai 2024. (Crédit :  Itai Ron/Flash90)
Les manifestants se heurtent à la police pendant une manifestation réclamant la remise en liberté des otages détenus à dans la bande de Gaza et dénonçant le gouvernement à la Kirya, le siège de l'armée à Tel Aviv, le 11 mai 2024. (Crédit : Itai Ron/Flash90)

Vingt-neuf manifestants qui avaient été arrêtés pendant le mouvement de protestation qui a été organisé dans la soirée de samedi à Tel Aviv ont été libérées pendant la nuit, a indiqué le site d’information Walla.

Les protestataires réclamaient un accord sur les otages et de nouvelles élections.

Parmi les personnes qui ont été appréhendées par la police avant d’être ultérieurement relâchées a figuré Ayala Metzger, la belle-fille de l’otage Yoram Metzger.

Le site d’information a ajouté qu’un individu était encore placé en détention, soupçonné d’avoir agressé un agent.

Une attaque « Prix à payer » présumée contre une maison de Duma, en Cisjordanie

Dans la nuit de samedi à dimanche, une maison a été incendiée dans le cadre d’une apparente attaque anti-palestinienne à Duma, une ville de Cisjordanie située près de Ramallah, a indiqué la chaîne publique Kan.

Les mots « Salutations de la part de Benjamin » ont été écrits à la bombe sur l’habitation, a noté la chaîne.

https://twitter.com/adinitay/status/1789516640037621902?ref_src=twsrc%5Etfw%7Ctwcamp%5Etweetembed%7Ctwterm%5E1789516640037621902%7Ctwgr%5Ed4bca6fc6acf7bd7887c12857ec6e5b88b9a4d43%7Ctwcon%5Es1_&ref_url=https%3A%2F%2Fwww.timesofisrael.com%2Fliveblog_entry%2Fsuspected-price-tag-arson-attack-on-home-in-west-bank-town-duma%2F

Le graffiti ferait référence à Benjamin Achimeir, 14 ans, dont le corps sans vie avait été retrouvé le 13 avril, vingt-quatre heures après avoir quitté un avant-poste illégal de la Cisjordanie pour aller garder des moutons.

Un résident de Duma âgé de 21 ans, Ahmed Dawabsha, est soupçonné d’avoir été impliqué dans le meurtre de l’adolescent, que les autorités ont classé dans la catégorie des attentats terroristes.

L’arrestation des auteurs de ces attaques de type « Prix à payer », qui sont commises par des extrémistes juifs, sont outrageusement rares et les groupes de défense des droits de l’Homme déplorent des condamnations encore plus inhabituelles, avec une majorité de dossiers qui sont finalement classés sans suite par la justice.

Une source proche des services de sécurité a indiqué à la chaîne que « de telles actions portent une atteinte dramatique à la sécurité et à la stabilité dans le secteur ».

Achimeir avait été porté-disparu le 12 avril, après avoir quitté, au petit matin, une ferme située aux abords de l’avant-poste de Malachei Shalom pour aller garder des moutons. Quelques heures plus tard, le troupeau était revenu sans l’adolescent. Le corps sans vie de ce dernier avait été découvert vingt-quatre heures plus tard.

Lors des recherches lancées pour retrouver le corps du jeune homme, les partisans du mouvement pro-implantation israéliens avaient saccagé al-Mughayyir, un village palestinien situé aux abords de Malachei Shalom. Ils avaient incendié des dizaines de maisons et de voitures et déclenché des affrontements entre les locaux palestiniens et les soldats israéliens. Un Palestinien avait perdu la vie et des dizaines d’autres habitants du village avaient été blessés.

Trois membres de la même famille avaient été tués à Duma dans un incendie volontaire allumé par un extrémiste israélien en 2015.

Petro à Netanyahu : « Larguer des bombes sur des innocents ne fait pas de vous un héros »

Le président colombien  Gustavo Petro  pendant une assemblée populaire à Cali, en Colombie, le 10 mai 2024. (Crédit : Joaquin Sarmiento/AFP)
Le président colombien Gustavo Petro pendant une assemblée populaire à Cali, en Colombie, le 10 mai 2024. (Crédit : Joaquin Sarmiento/AFP)

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu et le président colombien Gustavo Petro ont de nouveau échangé des piques sur les réseaux sociaux, une semaine après que Bogota a rompu ses relations diplomatiques avec Israël en raison de la guerre qui oppose l’État juif au Hamas à Gaza.

Dans un post publié sur X, anciennement Twitter, qui était adressé à Netanyahu, Petro a écrit que « larguer des bombes sur des milliers d’enfants, de femmes et de personnes âgées innocentes ne fait pas de vous un héros. Vous vous placez aux côtés de ceux qui ont tué des millions de Juifs en Europe ».

« Un génocide est un génocide, indépendamment de la religion. Tentez au moins d’arrêter ce massacre », a-t-il ajouté.

Petro a appelé, vendredi, la Cour pénale internationale à émettre un mandat d’arrêt à l’encontre de Netanyahu. Il a fustigé de manière répétée les actions israéliennes à Gaza, il a refusé de condamner le massacre commis par le Hamas sur le sol israélien, le 7 octobre – 1 200 personnes avaient été tuées, des civils en majorité, et 252 personnes avaient été prises en otage, amenées dans la bande. Trois jours seulement après cette attaque sanglante, il avait comparé les responsables israéliens à l’Allemagne nazie.

Les propos qui ont été tenus sur X par le président colombien ont suivi une publication de Netanyahu sur le même réseau social, qui a été postée dans la soirée de samedi : « Israël ne recevra pas de leçon d’un partisan antisémite du Hamas, une organisation génocidaire qui a massacré, violé et brûlé vives 1200 personnes innocentes, ne 7 octobre. Vous devriez avoir honte, président Petro ! »

Les sirènes d’alerte à la roquette résonnent dans le nord, près de la frontière avec le Liban

Les sirènes d’alerte à la roquette ont été activées dans les communautés du nord d’Israël, près de la frontière avec le Liban, avertissant la population de nouveaux tirs.

Les sirènes ont résonné à Gesher HaZiv, à Lehman, dans la zone industrielle d’Achziv Miluot et à Nahariya.

Il n’y aurait pas de blessé et il n’y aurait pas eu de dégât.

Les États-Unis abattent 3 drones lancés depuis une région houthie du Yémen

Le Commandement central américain (CENTCOM) a détruit trois drones lancés depuis un secteur du Yémen placé sous le contrôle des Houthis en direction de la mer Rouge.

« Il a été déterminé que ces drones représentaient une menace imminente à la fois pour les forces de la coalition et pour les navires commerciaux dans la région », a déclaré le CENTCOM dans un communiqué.

« Ces actions ont été entreprises pour protéger la liberté de navigation et pour rendre les eaux internationales plus sûres et plus sécures pour les navires américains, ceux de la coalition et pour les navires commerciaux », a-t-il ajouté.

Le CENTCOM a aussi signalé qu’un drone avait été lancé vers le Golfe d’Aden, samedi, depuis une région houthie du Yémen. Il n’a fait ni blessé, ni dégât.

Les Houthis, qui sont soutenus par l’Iran, affirment que leurs attaques contre le transport maritime en mer Rouge, dans le détroit de Bab al-Mandab et dans le Golfe d’Aden, des attaques qui ont commencé il y a quelques mois, visent à exercer des pressions sur Israël en faveur de la fin de la guerre contre le Hamas à Gaza.

3 blessés légers lors d’une attaque à la roquette sur une habitation – hôpital d’Ashkelon

L’hôpital Barzilaï d’Ashkelon a annoncé que trois personnes avaient été prises en charge après avoir été blessées dans une frappe à la roquette directe qui a visé cette ville du sud d’Israël.

Leur état de santé est bon, ont indiqué les médecins.

La roquette, qui avait été tirée depuis Gaza, s’est abattue sur une maison de la ville.

Des centaines de manifestants anti-israéliens arrêtés après avoir bloqué le pont de Manhattan à New York

Un manifestant anti-israélien arrêté par la police de New York pendant un défilé marquant la "Nakba",  la "catastrophe" de la création d'Israël, dans le quartier de Brooklyn à New York, le 11 mai 2024. (Crédit  : Leonardo Munoz/AFP)
Un manifestant anti-israélien arrêté par la police de New York pendant un défilé marquant la "Nakba", la "catastrophe" de la création d'Israël, dans le quartier de Brooklyn à New York, le 11 mai 2024. (Crédit : Leonardo Munoz/AFP)

Des centaines de manifestants anti-israéliens auraient été arrêtés à New York après avoir bloqué la circulation sur le pont de Manhattan.

Le New York Post a signalé que les protestataires avaient initialement repoussé les agents de police qui tentaient d’installer des barricades pour bloquer l’avancée du défilé.

La police de New York n’a fait aucun commentaire sur ces éventuelles arrestations.

Le mouvement de protestation a été organisé en amont de la Journée israélienne de l’Indépendance, cette semaine, une journée que les Palestiniens appellent la « Nakba » – un mot qui signifie « catastrophe » en arabe – dans un contexte de guerre en cours entre l’État juif et le groupe terroriste du Hamas à Gaza.

Des activistes anti-israéliens participent à un défilé à l’occasion du 76e anniversaire de la création de l’État d’Israël, la « Nakba » – la catastrophe en arabe – à Brooklyn, à New York, le 11 mai 2024. (Crédit : Leonardo Munoz/AFP)

Les protestataires avec, parmi eux, des ultra-orthodoxes antisionistes, ont défilé à travers Brooklyn en brandissant des drapeaux palestiniens, des keffiehs enveloppés autour du visage.

Certains d’entre eux portaient des panneaux anti-israéliens tels que « Nakba sans fin, intifada inflexible », en référence à deux périodes d’attentats terroristes palestiniens meurtriers commis à l’encontre de civils israéliens à la fin des années 1980 et au début des années 1990, ainsi qu’au commencement des années 2020.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.