Rechercher

Tsahal survole Beyrouth après l’entrée en Israël d’un drone du Hezbollah

Le groupe terroriste libanais a revendiqué l'entrée du drone Hassan pour "une mission de reconnaissance" et affirme qu'il a parcouru 70 km à l'intérieur du territoire israélien

An IAF F-16 jet fighter (photo credit: Ofer Zidon/Flash90)
An IAF F-16 jet fighter (photo credit: Ofer Zidon/Flash90)

Le groupe terroriste du Hezbollah a revendiqué vendredi la responsabilité du lancement d’un drone en Israël qui a échappé aux défenses aériennes israéliennes avant de retourner au Liban.

Tsahal a déclaré que des missiles intercepteurs du Dôme de Fer avaient été tirés vers le « petit appareil », mais l’avait raté, ce qui a perturbé des avions de chasse et des avions d’attaque, déclenchant des sirènes d’avertissement dans les communautés du nord d’Israël vendredi matin.

Dans un communiqué, le Hezbollah a déclaré que le drone modèle « Hassan » était en mission de reconnaissance et a parcouru 70 kilomètres à l’intérieur du territoire israélien. Il n’était pas certain que le drone ait enregistré des images alors qu’il se trouvait dans l’espace aérien israélien.

« La résistance islamique a lancé le drone Hassan dans le territoire palestinien occupé et a surveillé la zone pendant quarante minutes », indique le communiqué.

Le Hezbollah a déclaré que le drone était « retourné sain et sauf » au Liban, tout en notant les tentatives d’interception ratées.

Tsahal a déclaré plus tôt que le drone était revenu au Liban « après quelques minutes » et que l’avion était un « planeur », mais n’a pas précisé le modèle exact. L’armée n’a pas non plus accusé le Hezbollah d’avoir lancé le drone dans sa déclaration initial sur l’évènement.

La déclaration du Hezbollah a été publiée alors que des avions de l’armée de l’air israélienne survolaient Beyrouth à basse altitude, dans un avertissement apparent à l’organisation terroriste soutenue par l’Iran.

Citant une source de sécurité libanaise anonyme, Al Jazeera a rapporté que deux avions de chasse israéliens ont volé depuis la mer Méditerranée au-dessus de la capitale libanaise avant de repartir quelques minutes plus tard.

Les médias israéliens ont rapporté que les avions de chasse israéliens ont survolé le quartier de Dahiya à Beyrouth, un bastion du Hezbollah, déclenchant délibérément des bangs supersoniques.

Selon les informations de la Treizième chaîne, Israël se prépare à des drones plus gros que celui envoyé par le Hezbollah à travers la frontière, qui aurait atteint la mer de Galilée.

Le média a déclaré que l’armée de l’air israélienne restait en alerte en cas de nouvelle incursion de drones.

De plus, le reportage indique que les sirènes d’avertissement dans le nord d’Israël ont été déclenchées par le Dôme de Fer et non par le petit drone, que les missiles intercepteurs ne sont pas conçus pour contrer.

L’infiltration de vendredi est survenue un jour après que l’armée a abattu un drone à la frontière libanaise qui, selon elle, appartenait au groupe terroriste du Hezbollah et après les avertissements des responsables israéliens des attaques de drones ces derniers jours. Les troupes ont également abattu un drone qui est entré en Israël depuis Gaza.

Mercredi, le chef du Hezbollah Hassan Nasrallah a affirmé que le groupe soutenu par l’Iran avait commencé à fabriquer ses propres drones. « Nous produisons des drones au Liban depuis longtemps, et quiconque veut les acheter, passe une commande », a-t-il déclaré.

Le Liban et Israël sont techniquement en état de guerre et la frontière fortement gardée est généralement franchie par des drones des deux côtés. Le mois dernier, Nasrallah a affirmé que la capacité du Liban à abattre des drones israéliens avait interrompu les vols réguliers sans pilote au-dessus de la frontière. Les responsables israéliens n’ont pas directement commenté les affirmations du chef du Hezbollah, mais ont exprimé des inquiétudes concernant les capacités anti-aériennes de la milice terroriste dans le passé.

Dimanche, les troupes israéliennes ont accidentellement ouvert le feu sur un drone de Tsahal près de la frontière libanaise, après avoir soupçonné qu’il s’agissait d’un avion ennemi.

Un haut responsable israélien a averti plus tôt cette semaine que les attaques de drones allaient probablement augmenter, affirmant qu’elles constituaient un problème croissant dans le monde entier. « Il est bon marché et facile de mener des attaques avec des drones », a déclaré le haut responsable, s’exprimant sous couvert d’anonymat lors d’une visite d’Etat à Bahreïn du Premier ministre Naftali Bennett.

Les responsables militaires israéliens ont mis en garde à plusieurs reprises contre la menace posée par les drones, à la fois des versions simplifiées prêtes à l’emploi qui peuvent être utilisées pour la surveillance et des modèles plus puissants, certains basés sur des conceptions iraniennes, qui peuvent être utilisés pour mener des attaques complexes.

Judah Ari Gross a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...