Israël en guerre - Jour 147

Rechercher

Tsahal tue un haut commandant du Hamas ; une salve de roquettes vise Tel Aviv

Hagari approuve les plans de bataille pour la poursuite de l'incursion terrestre à Gaza ; le ministre de la Défense affirme que les combats ont repris en force

Emanuel Fabian est le correspondant militaire du Times of Israël.

Des troupes israéliennes se tenant sur le dessus de chars et de véhicules militaires au coucher du soleil, après la reprise des batailles entre Israël et le Hamas, près de la frontière avec la bande de Gaza, le 2 décembre 2023. (Crédit : Jack Guez/AFP)
Des troupes israéliennes se tenant sur le dessus de chars et de véhicules militaires au coucher du soleil, après la reprise des batailles entre Israël et le Hamas, près de la frontière avec la bande de Gaza, le 2 décembre 2023. (Crédit : Jack Guez/AFP)

L’armée israélienne a déclaré samedi avoir tué un commandant de bataillon du groupe terroriste palestinien du Hamas responsable de plusieurs attaques meurtrières contre des civils et des soldats, alors qu’elles continuent de frapper des cibles terroristes dans la bande de Gaza et se préparent à une incursion terrestre attendue dans le sud de l’enclave.

Dans le même temps, les tirs de roquettes de Gaza sur Israël se sont poursuivis, avec des projectiles tirés sur Tel Aviv samedi soir pour la première fois depuis le 20 novembre.

Des sirènes de roquettes ont retenti dans une grande partie du centre d’Israël et un jeune homme a été légèrement blessé à Holon par des éclats d’obus.

Tsahal a déclaré qu’elle enquêtait après que des images ont montré un missile intercepteur du système Dôme de fer échouer et s’écraser dans le centre d’Israël lors du tir de roquettes. Aucun blessé n’a été signalé.

« La possibilité qu’un [missile] intercepteur soit tombé dans le pays en raison d’une défaillance technique est en cours d’examen », a déclaré Tsahal en réponse à une demande de renseignements à ce sujet.

« L’affaire fait l’objet d’une enquête », a-t-il ajouté.

Les missiles Tamir tombent parfois en panne, mais dans la plupart des cas, ils n’ont pas causé de dommages importants.

Le porte-parole du Tsahal, le contre-amiral Daniel Hagari, a déclaré que l’armée avait tué Wissam Farhat, le commandant du bataillon Shejaiya du Hamas, lors d’une frappe aérienne. Comme rapporté par Hagari, Farhat était responsable d’une attaque contre les troupes de Golani dans le quartier de Shejaiya, dans Gaza City, pendant la guerre de 2014. Sept soldats avaient alors été tués lors du désastre de l’APC, notamment Oron Shaul, dont la dépouille est détenue par le groupe terroriste palestinien depuis.

Farhat a également « planifié et envoyé des terroristes le 7 octobre au kibboutz Nahal Oz et au poste de l’armée, dans le cruel massacre qui a été perpétré », a déclaré Hagari. Des dizaines d’Israéliens y ont été tués et des dizaines d’autres kidnappés.

L’armée a diffusé une vidéo de l’attaque qui a tué Farhat.

Tsahal a déclaré que le chef d’état-major, le lieutenant-général Herzi Halevi, et le chef de l’agence de sécurité intérieure du Shin Bet, Ronen Bar, ont tenu une évaluation samedi au Commandement du Sud de Tsahal à Beer Sheva, et ont approuvé les plans de bataille pour la poursuite de l’incursion terrestre d’Israël à Gaza.

« Nous nous concentrons sur la poursuite du démantèlement du Hamas, et sur la création de conditions pour le retour d’otages supplémentaires », a déclaré Halevi dans des remarques fournies par Tsahal.

Plus tôt dans la journée, l’armée a déclaré avoir mené des frappes « étendues » contre le Hamas dans le sud de la bande de Gaza vendredi soir et samedi, tout en appelant les Palestiniens à évacuer les zones proches de la frontière israélienne, indiquant que les opérations terrestres dans la partie sud de la bande allaient bientôt commencer.

Dans un communiqué publié samedi matin, Tsahal a déclaré avoir mené des frappes aériennes contre plus de 400 cibles à travers la bande au cours de la journée écoulée depuis la reprise des combats. Les forces terrestres, aériennes et navales ont toutes participé aux opérations.

L’armée a déclaré que les avions de chasse ont attaqué plus de 50 cibles dans la région de Khan Younès lors de frappes « étendues » dans la partie sud de l’enclave.

Le colonel Asaf Hamami, le commandant de la brigade sud de la division de Gaza, tué le 7 octobre 2023. (Crédit : Armée israélienne)

Dans le même temps, Tsahal a annoncé qu’un officier supérieur porté disparu depuis le 7 octobre avait été tué ce jour-là et que sa dépouille était détenue par le Hamas dans la bande. Le colonel Asaf Hamami, 41 ans, commandant de la brigade Sud de la Division de Gaza, a été reconnu comme un « soldat tombé au combat et détenu par un groupe terroriste », a annoncé Tsahal.

Ces derniers jours, Tsahal a confirmé la mort de plusieurs otages détenus par le Hamas, suite à de nouveaux renseignements obtenues par les troupes et à de nouvelles découvertes.

Poursuivre là où nous nous sommes arrêtés

Lors d’une conférence de presse samedi soir, le ministre de la Défense Yoav Gallant a déclaré que l’armée avait « repris le combat en force » après que le Hamas a violé un accord de cessez-le-feu avec Israël en refusant de libérer 15 femmes et deux enfants dans le cadre d’un accord de trêve.

« Nous reprenons exactement là où nous nous sommes arrêtés », a-t-il déclaré.

« Des milliers de terroristes ont été éliminés, des dizaines de quartiers généraux [ont été frappés], des centaines de téraoctets d’informations sont entre nos mains, des centaines de terroristes ont été capturés et sont interrogés en Israël », a-t-il ajouté. « Un exploit de 110 otages revenus vivants – aucune armée au monde n’a réussi cela contre un groupe terroriste. Nous l’avons réalisé grâce à la force de Tsahal. »

S’exprimant plus tard, le Premier ministre Benjamin Netanyahu a déclaré que la guerre se poursuivrait jusqu’à ce que l’objectif de détruire le Hamas soit atteint, ajoutant qu’il continuerait également à œuvrer pour la libération des otages encore détenus par le Hamas à Gaza

« Il n’y a aucun moyen d’atteindre ces objectifs en dehors de la victoire, et aucun moyen de gagner en dehors de l’incursion terrestre. »

Il a réitéré sa position selon laquelle l’Autorité palestinienne (AP) ne peut pas gouverner Gaza après la destitution du Hamas, affirmant que ce dernier soutient le terrorisme financièrement et par le biais de l’éducation et qu’il rejette le droit d’Israël à exister.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu donnant une conférence de presse, le 2 décembre 2023. (Crédit : Capture d’écran GPO)

Faisant apparemment référence au Fatah et au Hamas, il a déclaré que la direction palestinienne s’était « scindée en deux, mais l’idéologie, à mon grand chagrin, qui rejette l’existence d’Israël est commune à ces deux factions ».

« Je ne répéterai donc pas l’erreur et ne mettrai pas cette entité à Gaza, car nous obtiendrions la même chose. »

Dans une interview accordée à Al Jazeera samedi, Saleh al-Arouri, chef adjoint du politburo du Hamas, a déclaré que les négociations pour de nouvelles libérations d’otages en échange de prisonniers palestiniens incarcérés pour atteinte à la sécurité en Israël s’étaient arrêtées, et qu’il n’y aurait pas d’autres échanges tant que la guerre ne prendrait pas fin.

Le chef politique adjoint du Hamas, Saleh al-Arouri, après avoir signé un accord de réconciliation avec un haut responsable du Fatah, Azzam al-Ahmad, lors d’une courte cérémonie au complexe des services de renseignement égyptiens au Caire, en Égypte, le 12 octobre 2017. (Crédit : Nariman El-Mofty/AP)

Al-Arouri a affirmé que le Hamas avait libéré toutes les femmes et tous les enfants enlevés le 7 octobre ainsi que tous les prisonniers étrangers, et que les otages restants entre ses mains étaient tous des soldats ou d’anciens soldats.

Mais des responsables égyptiens ont déclaré au Wall Street Journal que les pourparlers de trêve se poursuivaient malgré le départ des négociateurs israéliens du Qatar. Selon des responsables anonymes cités par le journal, les responsables qataris restent en Israël et les Égyptiens sont à Gaza pour maintenir les lignes de communication ouvertes.

« Nous continuons à parler et à partager des mises à jour toutes les heures. Les négociations ne s’effondrent que lorsque les parties cessent de se parler. Ce n’est pas ce qui se passe ici », a déclaré un haut fonctionnaire égyptien.

Samedi soir, une grande foule s’est rassemblée au Musée d’art de Tel Aviv, rebaptisé la « Place des Otages », pour un rassemblement appelant à la libération des derniers otages détenus par le Hamas et d’autres groupes terroristes.

Plusieurs des otages libérés au cours de la trêve d’une semaine qui s’est effondrée vendredi se sont exprimés sur scène ou dans des vidéo projetées aux participants. Des parents de certaines personnes encore détenues à Gaza ont également pris la parole.

La Douzième chaîne estime que des dizaines de milliers de personnes étaient présentes.

Les représentants des familles ont supplié les décideurs de faire tout leur possible pour faciliter la libération du reste des otages.

Des manifestants avec la photo d’Omer Shem Tov, 21 ans, pendant un rassemblement pour la libération des otages retenus à Gaza depuis l’attaque du 7 octobre, à Tel Aviv, le 2 décembre 2023. (Crédit : Ahmad Gharabli/AFP)

Suite à l’effondrement de la trêve, que le Hamas a violée en refusant de libérer les femmes et les enfants restants, les familles ont cherché à rencontrer samedi soir les membres du cabinet de guerre.

La Douzième chaîne a rapporté que les ministres Benny Gantz et Gadi Eisenkot – respectivement membre et observateur du cabinet de guerre – avaient accepté de les rencontrer.

Le sud de Gaza en ligne de mire

Israël pense qu’une partie de la direction du Hamas est présente à Khan Younès et prévoit d’y étendre ses opérations terrestres.

Le gouvernement du Hamas dans la bande de Gaza a déclaré que 240 personnes avaient été tuées dans l’enclave depuis la reprise des combats vendredi.

Israël a répondu à l’attaque du 7 octobre par une incursion aérienne et terrestre visant à éliminer le Hamas. Plus de 15 000 personnes seraient mortes, selon le ministère de la Santé de Gaza, dirigé par le Hamas. Les chiffres publiés par le groupe terroriste sont invérifiables, et ils incluraient ses propres terroristes et hommes armés, tués en Israël et à Gaza, et les civils tués par les centaines de roquettes tirées par les groupes terroristes qui retombent à l’intérieur de la bande de Gaza.

Des habitants du complexe résidentiel Hamad Town, financé par le Qatar, fuyant avec quelques biens suite à une frappe israélienne, à Khan Younès, dans le sud de la bande de Gaza, le 2 décembre 2023. (Crédit : Mahmud Hams/AFP)

Les combats ont eu lieu après que le Hamas a violé la trêve temporaire avec Israël vendredi en ne fournissant pas la liste des otages qu’il avait l’intention de libérer avant 7h du matin, comme le stipulait l’accord en vigueur depuis la semaine dernière, et a également lancé des salves de roquettes en direction des communautés israéliennes avant cette heure.

L’agence de renseignement du Mossad a déclaré samedi qu’une équipe de négociation qui s’était rendue au Qatar pour une médiation sur les otages avait reçu l’ordre de rentrer chez elle, les pourparlers sur la prolongation de la trêve ayant abouti à une « impasse ».

Les Gazaouis ont rapporté que Tsahal avait largué des tracts à Khan Younès appelant les habitants à se déplacer vers le sud jusqu’à Rafah, avertissant que la zone est dangereuse.

Samedi, Tsahal a commencé à utiliser une carte d’évacuation divisant la bande de Gaza en centaines de petites zones, pour informer les civils palestiniens des zones de combat, notamment dans le sud de Gaza où les troupes terrestres devraient opérer lorsque Tsahal étendra son incursion. A contrario des demandes d’évacuations massives, comme exigé par Tsahal dans la partie nord de Gaza, cette carte permet aux Palestiniens d’éviter les zones de combat actives.

L’équipe du Times of Israel a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.