Tucker Carlson et les suprémacistes faussent la politique d’immigration d’Israël
Rechercher

Tucker Carlson et les suprémacistes faussent la politique d’immigration d’Israël

La majorité juive d'Israël est au centre d'une controverse américaine, l'animateur d'un talk-show accusant l'ADL de faire du deux poids, deux mesures

Tucker Carlson s'en prend à l'Anti-Defamation League lors d'un monologue sur Fox News, le 12 avril 2021. (Capture d'écran/ via JTA)
Tucker Carlson s'en prend à l'Anti-Defamation League lors d'un monologue sur Fox News, le 12 avril 2021. (Capture d'écran/ via JTA)

JTA – Dans la réponse de Tucker Carlson aux accusations selon lesquelles il a approuvé un point de discussion de la suprématie blanche, le présentateur de Fox News a semblé en reprendre un autre – cette fois à propos d’Israël.

La semaine dernière, le populaire animateur de talk-show de droite a déclaré qu’il existait un plan démocrate coordonné visant à « remplacer » la population actuelle des États-Unis par des immigrants du « tiers monde ». Les suprémacistes blancs qualifient cette idée de « Grand remplacement » orchestré par les Juifs, et cette affirmation a alimenté des attaques comme la fusillade de la synagogue de Pittsburgh en 2018.

Après la séquence, l’Anti-Defamation League (ADL) a demandé le renvoi de Carlson. Mais Fox a refusé de donner suite, citant l’affirmation de Carlson selon laquelle il ne parlait pas de race, et Carlson n’est pas revenu sur sa position.

Lundi, il a défendu son idée pendant une vingtaine de minutes de son idée de « remplacement ». À la fin, il s’en est pris à l’ADL, affirmant que sa défense de la majorité juive d’Israël et son opposition au retour des réfugiés palestiniens contredisent son plaidoyer en faveur des immigrants aux États-Unis.

« Selon les mots de l’ADL, pourquoi un gouvernement subvertirait-il sa propre existence souveraine ? », s’est-il interrogé, faisant référence à un essai sur le site de l’ADL. « Bonne question. Peut-être que le président de l’ADL, Jonathan Greenblatt, rejoindra ‘Tucker Carlson Tonight’ un jour pour nous expliquer et nous dire si ce même principe s’applique aux États-Unis. »

Peut-être s’agissait-il simplement pour Carlson de s’en prendre à un groupe qui l’a défié.

Mais pour les extrémistes d’extrême droite, sa question allait au-delà d’un débat sur la politique d’immigration. Carlson faisait allusion à un mème qui traverse les cercles suprématistes blancs depuis des années et qui est un corollaire direct de la théorie du « remplacement » : Selon cette théorie, les Juifs veulent remplacer les Blancs aux États-Unis par une immigration massive, mais en Israël, ils protègent leur propre race en limitant l’immigration.

Les suprématistes blancs se réfèrent souvent à cette idée en appelant à des « frontières ouvertes pour Israël » – suggérant de manière trollesque que les Juifs américains devraient soutenir une politique d’immigration similaire à celle d’Israël pour les États-Unis.

Sur cette photo du 11 août 2017, de multiples groupes nationalistes blancs marchent aux flambeaux sur le campus de l’Université de Virginie à Charlottesville, en Virginie. (Crédit : Mykal McEldowney/The Indianapolis Star via AP)

« Des frontières ouvertes pour Israël » était un cri de ralliement lors du rassemblement de 2017 à Charlottesville, en Virginie, où les marcheurs d’extrême droite ont scandé « Les Juifs ne nous remplaceront pas. » Un groupe Facebook appelé « Frontières ouvertes pour Israël » met en scène Pepe la grenouille, une caricature que s’est appropriée la « alt-right ». Un masque facial « Frontières ouvertes pour Israël » présentant une caricature antisémite est disponible à la vente sur au moins un site web, et un groupe de suprémacistes blancs a distribué des tracts avec ce slogan à la Texas Christian University l’année dernière, selon TCU360, un site web d’informations sur le campus.

La contradiction ne fonctionne que dans l’imagination des suprématistes blancs. En réalité, si les Juifs américains ont tendance à faire preuve de sympathie à l’égard des immigrants et des réfugiés, rares sont ceux qui réclament des « frontières ouvertes » aux États-Unis. Et de nombreux juifs et groupes juifs, dont l’ADL, sont particulièrement critiques à l’égard de la politique restrictive d’Israël en matière de réfugiés, qui fait l’objet d’un débat animé depuis une décennie.

Dans le mème « Frontières ouvertes pour Israël », les suprémacistes blancs poussent le débat de fond au-delà de toute légitimité. Au-delà de la critique de la politique, ils suggèrent (faussement) que le système d’immigration d’Israël est une pièce de plus d’une conspiration juive visant à détruire la société blanche, et que les Juifs jouent un double jeu malhonnête en préconisant des politiques distinctes pour les États-Unis et Israël.

En apparence, cela peut être formulé comme un débat politique normal. Charlie Kirk, un expert pro-Trump, a par exemple tweeté cette semaine : « Pourquoi est-ce controversé de dire que l’Amérique devrait avoir des politiques d’immigration aussi strictes que celles d’Israël ? ». Mais pour les suprémacistes blancs, cette question sonne comme une approbation de l’hypocrisie juive perçue – et l’entendre articuler sur l’une des émissions d’informations câblées les plus regardées du pays l’a revigorée.

Un article sur le monologue de Carlson, rédigé par Andrew Anglin dans le Daily Stormer, une publication suprématiste blanche, était intitulé « Tucker Nukes Israel – Says Jews Have Same Policy They Claims is Racist for Whites ! ». [Tucker dénonce Israël – dit que les juifs ont la même politique que celle qu’ils prétendent être raciste pour les blancs !]

« Les Juifs viennent en Amérique et nous forcent à avoir une immigration illimitée », écrit Anglin, « alors que dans leur propre pays, ils ont un mur et une citoyenneté basée sur l’ADN. » (Israël n’utilise pas l’ADN pour déterminer la citoyenneté).

Nick Fuentes, étudiant conservateur et partisan du président américain Donald Trump, répond à une question lors d’un entretien avec l’Agence France-Presse à Boston, Massachusetts, le 9 mai 2016. (WILLIAM EDWARDS/AFP)

Nick Fuentes, un négationniste de la Shoah avec 126 000 followers sur Twitter, a tweeté que Carlson « a vraiment tout résumé et a expliqué de manière explicite ce qui arrive au pays ».

« Remplacement démographique, ADL, Israël, tout y est… une pilule rouge complète », a écrit Fuentes, en utilisant un terme qui désigne les personnes qui sont tournées vers les idées suprématistes blanches. « Sur Fox News en primetime pour 4 millions de conservateurs traditionnels. Vous le sentez ? Nous sommes inévitables. »

L’idée que les Juifs adoptent une politique suprémaciste blanche lorsqu’il s’agit d’Israël a été popularisée en 2016 et 2017 par Richard Spencer, un idéologue suprémaciste blanc. Spencer a affirmé que tout ce qu’il voulait, c’est que les États-Unis adoptent des lois similaires à celles d’Israël – mais au profit des Blancs et non des Juifs.

Dans une interview de 2017 avec la Deuxième chaîne israélienne, il s’est qualifié de « sioniste blanc dans le sens où je me soucie de mon peuple. Je veux que nous ayons une patrie sûre pour nous et nous-mêmes. Tout comme vous voulez une patrie sûre en Israël. »

Spencer a lié cette idée à l’immigration en réponse à la question d’un rabbin en 2016.

« Voulez-vous vraiment une intégration radicale dans l’État d’Israël ? » a-t-il demandé. « Peut-être que tout le Moyen-Orient peut s’installer à Tel Aviv ou à Jérusalem. Voulez-vous vraiment cela ? »

Illustration : Richard Spencer prend la parole sur le campus de l’université A&M du Texas à College Station, au Texas, le 6 décembre 2016. (AP Photo/David J. Phillip)

Les organisations juives américaines rejettent la comparaison. Dans un communiqué, l’ADL a déclaré que Carlson a cité ses documents « hors contexte » et a qualifié son affirmation de « tentative de détourner l’attention de sa promotion d’une théorie de conspiration suprématiste blanche qui est ancrée dans l’antisémitisme et le racisme ».

« L’utilisation d’Israël et du peuple juif pour donner une couverture à cette théorie suprémaciste blanche est assez inquiétante », indique le communiqué. « Cela n’a rien à voir avec la ‘théorie du grand remplacement’, une idéologie toxique et extrême qui a conduit à des attaques violentes dans le pays et à l’étranger. »

Carlson n’a pas répondu à une sollicitation de JTA lui demandant s’il voit une distinction entre sa déclaration et celles des suprémacistes blancs.

Mais il n’est pas le seul à noter une contradiction perçue dans le travail de l’ADL. Ces dernières années, des groupes gauchistes ont également critiqué ce qu’ils considèrent comme un décalage entre les valeurs de l’ADL dans leur pays et sa défense d’Israël. Toutefois, à la différence des suprémacistes blancs, ils souhaitent que l’ADL soit plus critique à l’égard de la politique israélienne, et non plus conservatrice aux États-Unis, et ne prétendent pas voir la preuve d’une infâme conspiration juive. Mercredi, le chroniqueur juif de gauche Peter Beinart a tweeté que la contradiction soulevée par Carlson rendait l’ADL vulnérable aux critiques.

« C’est le problème d’être une organisation anti-sectaire aux États-Unis mais de s’opposer à l’égalité pour les Palestiniens », a tweeté Beinart. « Vous avez une mâchoire de verre. Comme je l’ai écrit il y a quelque temps, les nationalistes blancs comme Carlson considèrent le système de privilèges ethniques d’Israël comme un modèle pour les États-Unis. »

Peter Beinart (Crédit photo : Autorisation)

Les défenseurs d’Israël disent qu’il y a une raison de différencier les politiques d’immigration en Israël et aux États-Unis. Ils notent que le système d’immigration israélien privilégie les Juifs, en leur offrant la citoyenneté automatique, parce qu’Israël a été fondé en partie comme un refuge pour les Juifs après des siècles de persécution mortelle. En revanche, les États-Unis ont été fondés, en théorie, sur la promesse de l’égalité pour tous. Et contrairement aux Juifs qui ont fondé Israël, les Blancs d’Amérique ne constituent pas une minorité persécutée.

En Israël, les Israéliens non juifs bénéficient de l’égalité individuelle devant la loi. Un Arabe israélien siège à la Cour suprême et, suite aux dernières élections en Israël, un parti islamiste peut faire office de faiseur de roi.

« Tucker a tort parce que l’ADL qui s’oppose au ‘droit au retour’ [palestinien] vise à préserver un refuge unique et fonctionnel pour un peuple opprimé », a tweeté Gilead Ini, analyste principal de recherche pour l’organisme de surveillance des médias pro-israéliens de droite CAMERA. Dans un autre tweet, il a écrit : « Tucker comprend sûrement la différence entre ce qui est décrit ci-dessus et la situation, disons, des Américains d’origine anglaise. »

La politique d’immigration d’Israël a cependant entraîné une immigration massive de Juifs du monde entier. Des vagues de Juifs du Moyen-Orient, d’Afrique du Nord, d’Éthiopie et de l’ancienne Union soviétique se sont installées en Israël au cours des sept décennies qui ont suivi sa fondation. Mais contrairement aux États-Unis, où Carlson affirme que l’immigration profite à la gauche, ces groupes d’immigrants israéliens soutiennent en grande partie la droite politique.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...