Fox défend Carlson après que l’ADL a demandé son licenciement
Rechercher

Fox défend Carlson après que l’ADL a demandé son licenciement

Le PDG de la chaîne affirme que l'animateur rejetait la théorie suprémaciste du "remplacement" : l'ADL rejette la réponse et affirme que Carlson emploie souvent un discours raciste

Tucker Carlson, présentateur de l'émission " Tucker Carlson Tonight ", pose pour des photos dans un studio de la chaîne Fox News, le 2 mars 2017 à New York. (AP Photo/Richard Drew, File)
Tucker Carlson, présentateur de l'émission " Tucker Carlson Tonight ", pose pour des photos dans un studio de la chaîne Fox News, le 2 mars 2017 à New York. (AP Photo/Richard Drew, File)

JTA — Lachlan Murdoch, le PDG de la Fox Corporation, a adressé un courrier à l’Anti-Defamation League dans lequel il indique que Fox News ne limogera pas Tucker Carlson après qu’il a soutenu la « théorie du remplacement », une théorie complotiste des suprémacistes blancs.

L’ADL avait appelé au limogeage de Carslon après qu’il a déclaré jeudi dernier, lors de l’émission « Fox News Primetime », que les démocrates organisaient le « remplacement » des électeurs américains actuels par des immigrants du « tiers monde ».

L’idée que les Juifs conspirent pour détruire les Blancs par l’immigration non blanche a également inspiré le tireur de la fusillade de la synagogue de Pittsburgh en 2018, qui a tué 11 personnes, entre autres attentats.

Murdoch a expliqué en citant les propos tenus par Carlson et en précisant qu’il ne parlait pas de race mais répondait à une question sur le droit de vote.

« Un examen complet de l’interview de l’invité indique que Carlson a décrié et rejeté la théorie du remplacement », a écrit Murdoch dans la lettre adressée dimanche au PDG de l’ADL, Jonathan Greenblatt. « Comme l’a déclaré Carlson lui-même au cours de l’interview : ‘La théorie du remplacement des Blancs ? Non, non, c’est une question de droit de vote ».

Jonathan Greenblatt, PDG et directeur national de l’Anti-Defamation League, s’exprime au Capitole à Washington, le 2 mai 2017. (Carolyn Kaster/AP)

Dans une lettre de réponse envoyée lundi, Greenblatt a écrit que le fait de citer le droit de vote « ne donne pas à [Carlson] une licence pour invoquer librement un trope suprématiste blanc ».

« En fait, c’est pire, parce qu’il utilise un homme de paille – les droits de vote – pour approuver sournoisement les croyances suprématistes blanches tout en suggérant ironiquement que ce n’est pas vraiment du suprématisme blanc », a écrit Greenblatt. « Carlson n’a pas accidentellement fait écho à ces points de discussion ; il a sciemment intensifié cette rhétorique raciste bien rodée. »

La lettre de Greenblatt cite également d’autres occasions où Carlson a minimisé l’importance des suprématistes blancs en disant qu’ils ne constituaient « pas un vrai problème en Amérique » ou a décrit les immigrants comme dangereux et indésirables, notamment lorsqu’il a déclaré que l’immigration rendait l’Amérique « plus pauvre, plus sale et plus divisée ».

Au moins un suprémaciste blanc de premier plan, Nick Fuentes, a tweeté qu’il pensait que la déclaration de Carlson faisait référence à la race. « Bien sûr, la migration de remplacement est évidemment raciale et Tucker le comprend probablement mais ne veut pas le dire, peut-être parce qu’il serait licencié s’il le faisait », a écrit Fuentes vendredi.

Dans sa lettre défendant Carlson, Murdoch a écrit à Greenblatt que « Fox Corporation partage vos valeurs et abhorre l’antisémitisme, la suprématie blanche et le racisme sous toutes ses formes. » Il fait référence à un prix que l’ADL a décerné à son père, Rupert Murdoch, propriétaire de Fox, en 2010.

« L’ADL a honoré votre père il y a plus de dix ans », a répondu Greenblatt. « Mais laissez-moi être clair : nous ne le ferions pas aujourd’hui ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...