Turquie : 7 nouveaux corps de migrants retrouvés sur des plages face à la Grèce
Rechercher

Turquie : 7 nouveaux corps de migrants retrouvés sur des plages face à la Grèce

La Turquie est devenue l'un des principaux points de départ des migrants qui veulent s'installer dans l'UE

Illustration : Des migrants dans un bateau pendant une opération de sauvetage au large des côtes de la Sicile, le 14 septembre 2014. Illustration. (Crédit : Marine militaire italienne/AFP)
Illustration : Des migrants dans un bateau pendant une opération de sauvetage au large des côtes de la Sicile, le 14 septembre 2014. Illustration. (Crédit : Marine militaire italienne/AFP)

Les corps de sept migrants morts noyés ont été retrouvés mercredi soir sur des plages de l’ouest de la Turquie faisant face aux îles grecques, a rapporté jeudi l’agence de presse gouvernementale Anatolie.

La gendarmerie a ouvert une enquête après la découverte des victimes, toutes retrouvées sur les côtes de la province d’Izmir, probablement mortes dans le naufrage de leurs embarcations, a précisé Anatolie.

La Turquie, qui accueille à elle seule 2,2 millions de Syriens et 300 000 Irakiens qui ont fui leur pays en guerre, est devenue l’un des principaux points de départ des migrants qui veulent s’installer dans l’Union européenne (UE).

Malgré les très mauvaises conditions hivernales, de nombreux migrants tentent encore chaque jour la périlleuse traversée vers les îles grecques.

La semaine dernière, au moins 36 migrants sont morts noyés. Les corps de trois autres, deux femmes et un enfant de 5 ans, ont été repêchés lundi.

Selon l’Organisation internationale des migrations (OIM), plus d’un million de migrants sont entrés dans l’UE en 2015, dont près de 850 000 via la Grèce. Environ 800 d’entre eux sont morts ou ont été portés disparus l’an dernier.

Ankara et Bruxelles ont signé fin novembre un « plan d’action » qui prévoit une aide européenne de 3 milliards d’euros aux autorités turques en échange de leur engagement à mieux contrôler leurs frontières et à lutter contre les passeurs.

Mais cet accord tarde à produire ses premiers effets. En visite lundi à Ankara, le vice-président de la Commission européenne Frans Timmermans a jugé encore « beaucoup trop élevé » le flux des migrants entre la Turquie et la Grèce.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...