Un Bahaï poignardé à mort en Iran
Rechercher

Un Bahaï poignardé à mort en Iran

L'Iran ne reconnaît pas le bahaïsme, une religion dont le dernier prophète est un Iranien né en 1817

Terrasses des jardins bahaïs, surplombant Haïfa et la côte méditerranéenne. (Crédit : Oren Fixler/Flash90)
Terrasses des jardins bahaïs, surplombant Haïfa et la côte méditerranéenne. (Crédit : Oren Fixler/Flash90)

Un adepte du bahaïsme a été poignardé à mort en Iran dans un acte de persécution religieuse, a annoncé mercredi une association bahaïe.

La Communauté internationale bahaïe a identifié la victime, Farhang Amiri, 63 ans, qui vivait dans la ville iranienne de Yazd.

Les faits auraient eu lieu le 26 septembre dernier, mais l’information n’a été rendue publique que mercredi.

« Malheureusement, un acte si haineux est la conséquence d’un long effort systématique des autorités iraniennes pour encourager la haine et le sectarisme contre les Bahaïs », a déclaré Bani Dugall, représentant bahaï auprès des Nations unies.

L’Iran autorise la liberté de culte pour plusieurs minorités, mais cible le bahaïsme, qui croit en l’unité entre les religions et l’égalité entre hommes et femmes.

Le bahaïsme considère Baha-Allah, un Iranien né en 1817, comme le dernier prophète envoyé par Dieu, une divergence majeure de l’orthodoxie islamique.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...