Un bébé a contracté un herpès après une forme de circoncision controversée à New York
Rechercher

Un bébé a contracté un herpès après une forme de circoncision controversée à New York

Le Conseil de la Santé de New York a signalé l’hospitalisation d’un enfant victime d’une infection après que le mohel a aspiré le sang directement de la plaie

Une cérémonie de brit milah, la circoncision rituelle. Illustration. (Crédit : Cheskel Dovid/CC BY 3.0/Wikimedia Commons)
Une cérémonie de brit milah, la circoncision rituelle. Illustration. (Crédit : Cheskel Dovid/CC BY 3.0/Wikimedia Commons)

Le Conseil de la Santé de New York City a signalé un nouveau cas d’herpès néo-natal, suite à un rituel de circoncision controversé, appelé metzitza bepé.

Les responsables au département de la Santé ont alerté les médecins sur ce cas mercredi et les ont exhortés à signaler tous les autres cas de ce type, selon les médias.

Le nourrisson a été hospitalisé durant 14 jours et selon les médias et serait en voie de guérison.

La metzitza bepé est un rituel qui consiste à ce que celui qui réalise la circoncision, le mohel, aspire le sang de la plaie directement avec sa bouche immédiatement après la circoncision.

C’est une pratique répandue chez les juifs ultra-orthodoxes et a été associée à la transmission du virus de l’herpès. De nombreux juifs orthodoxes et ultra-orthodoxes ont demandé à ce que le mohel utilise une pipette stérile pour éviter le contact direct, ce qui réduirait considérablement le risque d’infection.

On recense environ 24 cas d’herpès, qui aurait été contracté suite à la metzitza bepé à New York depuis l’an 2000, selon le Conseil de la Santé.

Trois cas signalés en 2015, et 2 autres en 2016 n’ont été rendus publics qu’avant-hier, selon les responsables au Conseil.

En 2012, le maire Michael Bloomberg a promulgué une loi qui impose aux parents de signer un formulaire de consentement à la metzitza bapé. Entre 2004 et 2011, au moins onze garçons ont contracté le virus de l’herpès à cause de cette pratique. Deux en sont morts et deux ont subi des lésions cérébrales.

Cependant la loi n’est quasiment pas appliquée et les responsables municipaux se contentent de la sensibilité communautaire pour informer les parents sur les risques inhérents à ce rituel.

Le Conseil de la Santé a rejeté le formulaire de consentement en septembre 2015, sous le maire Bill de Blasio.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...