Un célèbre chef australien lâché de toutes parts après une publication néo-nazie
Rechercher

Un célèbre chef australien lâché de toutes parts après une publication néo-nazie

Pete Evans, qui a précédemment promu des théories conspirationnistes sur la COVID, se retrouve sous le feu des critiques après avoir partagé un dessin néo-nazi sur Instagram

Pete Evans. (Capture écran via JTA)
Pete Evans. (Capture écran via JTA)

JTA – Pete Evans, célèbre chef cuisinier australien, a perdu son éditeur et a été exclu d’une émission de télévision après avoir partagé un symbole néo-nazi sur Instagram.

Ce n’est pas la première fois que ce partisan du régime alimentaire paléo suscite des réactions hostiles. Il a nié être un néo-nazi et sa publication semble avoir été supprimée.

En mai, il a été critiqué pour avoir fait la promotion des théories du complot sur le coronavirus formulées par David Icke, un négationniste de la Shoah. Icke croit également que le monde est secrètement contrôlé par une race de lézards appelée reptiliens. Evans a également qualifié la COVID-19 de « canular ».

Malgré ces controverses, ses livres étaient encore largement vendus et il devait apparaître dans l’émission de télé-réalité intitulée « Je suis une célébrité, sortez-moi de là ! », selon le Guardian.

Mais il fait l’objet de vives condamnations après avoir partagé un dessin sur Instagram mettant en scène une chenille portant un chapeau « Make American Great Again » parlant à un papillon arborant un symbole appelé « soleil noir ».

L’Anti-Defamation League (ADL) définit le soleil noir comme un symbole néo-nazi et affirme qu’il « est l’un des nombreux anciens symboles européens que les nazis se sont appropriés dans leur tentative d’inventer un héritage ‘aryen/nordique idéalisé' ».

À cause de ce dessin, les livres d’Evans ont été retirés de plusieurs chaînes de supermarchés et sa participation à l’émission de télé-réalité a été annulée.

Evans a déclaré dans une vidéo sur Facebook qu’il avait dû rechercher le terme « néo-nazi », qui était largement utilisé à son encontre, accusé d’en être un.

« Des excuses sincères à tous ceux qui ont mal interprété une publication précédente d’une chenille et d’un papillon discutant autour d’un verre et qui ont perçu que je faisais la promotion de la haine », a-t-il fait savoir sur Instagram. « Je suis impatient d’étudier tous les symboles ayant jamais existé et de faire des recherches approfondies avant de les publier ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...