Un député Likud s’en prend au vice-président de coalition
Rechercher

Un député Likud s’en prend au vice-président de coalition

"Faites-vous hospitaliser", a dit David Amsalem à Boaz Toporovsky au lendemain des propos misogynes d'un autre député à l'égard d'Idit Silman dans la même commission

Le député Likud David Amsalem (lors d'une séance plénière à l'assemblée de la Knesset de Jérusalem, le 28 juin 2021. (Crédit : Olivier Fitoussi/Flash90)
Le député Likud David Amsalem (lors d'une séance plénière à l'assemblée de la Knesset de Jérusalem, le 28 juin 2021. (Crédit : Olivier Fitoussi/Flash90)

De fortes joutes verbales ont encore marqué la tenue de la commission des Arrangements à la Knesset, mardi, avec un membre du parti du Likud de Netanyahu qui a encore interpellé avec violence un responsable de la coalition qui, a-t-il accusé, tenterait de réduire au silence les voix de l’opposition.

« Faites-vous hospitaliser », a crié David Amsalem, du parti du Likud, au vice-président de la coalition issu de Yesh Atid, Boaz Toporovsky, au lendemain d’un commentaire sexiste d’un autre député du Likud, Miki Zohar, qui avait demandé à la cheffe de la coalition, Idit Silman (Yamina), de lui répondre « comme une bonne petite fille ».

Cet incident de mardi a eu lieu au cours d’un débat au sein de la commission des Arrangements de la Knesset. Pendant la réunion, des membres de l’opposition ont accusé Toporovsky de tenter de les empêcher d’exprimer leurs opinions et d’émettre trop d’avertissements.

Quand Amsalem a été mis en cause à une seconde reprise – trois avertissements entraînant l’exclusion de la réunion du législateur concerné – il a alors commencé à crier à Toporovsky : « Vous êtes infâme, un amas d’ordures, une honte pour la Knesset. »

Amsalem a alors reçu son troisième avertissement et il est sorti de la salle escorté par des gardes.

Le ministre de la Santé Nitzan Horowitz a ensuite vivement critiqué les paroles tenues par Amsalem, affirmant qu’elles contribuaient à stigmatiser la maladie mentale.

Boaz Toporovski lors d’une réunion de la commission des Finances à la Knesset, le 17 novembre 2014. (Crédit : Miriam Alster/FLASH90)

« Une nouvelle utilisation offensante de termes psychiatriques », a-t-il écrit sur Twitter. « En Israël, les gens ne sont pas hospitalisés à cause de leurs opinions ou parce que leur comportement ennuie. Les soins apportés servent à guérir un trouble psychiatrique. Cessez d’insulter les malades. Je combattrai toujours pour ma part la stigmatisation de la maladie mentale. »

Le ponte de la droite israélienne Erel Segal a répondu sur Twitter en partageant une citation prélevée dans une interview accordée par Horowitz au mois de mars au quotidien Haaretz, dans laquelle il avait qualifié « d’attardé » un journaliste.

Horowitz avait tenu ces propos en réponse à une question au sujet du commentateur pro-Netanyahu Avishai Ben Haim, qui avait souligné de manière négative que les deux leaders des partis de gauche, le Meretz et les Travaillistes — Horowitz et Merav Michaeli — n’avaient pas d’enfant.

Le ministre de la Santé Nitzan Horowitz au centre médico-psychologique Abarbanel de Bat Yam, le 22 juin 2021. (Crédit : Avshalom Sassoni/FLASH90)

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...