Rechercher

Un film israélien retiré d’un festival de cinéma kurde en Irak

Alors que le jury s'apprêtait à récompenser l'oeuvre de Yona Rozenkier, elle a été retirée de la sélection en résultat de "pressions politiques venues officiellement de Bagdad"

Un festival de cinéma du Kurdistan irakien a retiré de sa sélection un film israélien qui devait être primé, selon le jury qui a annoncé ne pas remettre la récompense en signe de protestation.

Le film « The Dive » du réalisateur israélien Yona Rozenkier a été projeté lors du 6e festival international de film de Dohouk, qui récompense majoritairement des productions kurdes.

Mais alors que le jury s’apprêtait à le récompenser, il a été retiré.

Cela s’est fait « contre la volonté » des organisateurs, assurent ces derniers sur le site du festival en présentant leurs excuses.

Kristian Feigelson, professeur de cinéma à la Sorbonne-Nouvelle en France et président du jury pour la compétition « Monde » a de son côté affirmé dans un communiqué que ce retrait était le résultat de « pressions politiques venues officiellement de Bagdad ».

Et, qu’en conséquence, son jury était « dans l’incapacité d’attribuer le prix Yilmaz Güney cette année ».

Contacté par l’AFP, le ministère irakien de la Culture à Bagdad a affirmé ne pas être intervenu. « Nous n’avons pas été contactés par les organisateurs du festival et nous n’avons pas été impliqués à aucun niveau dans la tenue de cet événement », a indiqué à l’AFP un porte-parole.

Si le Kurdistan entretient de très bonnes relations avec Israël, l’unique Etat à avoir soutenu son référendum d’indépendance il y a un an, l’Irak ne reconnaît pas l’Etat hébreu et est toujours techniquement en état de guerre avec lui.

En 2017 déjà, une ancienne Miss Irak avait créé la polémique en prenant un selfie avec Miss Israël.

Miss Israel Adar Gandelsman, à gauche, et Miss Irak Sarah Idan, partagent un moment de complicité lors du concours de Miss univers 2017

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...