Un grand-père assassiné après avoir empêché son petit-fils de tuer un chat
Rechercher

Un grand-père assassiné après avoir empêché son petit-fils de tuer un chat

Le suspect, connu pour ses troubles mentaux, a des antécédents de violence contre les animaux ; on ignore s'il est apte à comparaître

Scène de crime : un homme de 21 ans aurait assassiné son grand-père qui a tenté de l'empêcher de tuer un chat dans la ville de Rosh Ha'ayin, 16 octobre 2020 (Capture d'écran/Ynet)
Scène de crime : un homme de 21 ans aurait assassiné son grand-père qui a tenté de l'empêcher de tuer un chat dans la ville de Rosh Ha'ayin, 16 octobre 2020 (Capture d'écran/Ynet)

Un homme de 21 ans de la ville de Rosh Ha’ayin a été accusé jeudi du meurtre de son grand-père le mois dernier quand celui-ci a essayé de l’empêcher de tuer un chat.

Le suspect, Raphael Yonah, était apparemment connu des autorités en raison de ses troubles cognitifs et avait des antécédents de maltraitance animale.

L’accusé n’a pas encore subi d’examen psychiatrique complet destiné à déterminer s’il est apte à comparaître, rapporte le site d’information Ynet.

Selon l’acte d’accusation, Yonah avait prévu de tuer le chat et de le manger et avait installé un téléphone pour se filmer en train de noyer le félin.

A titre d’illustration : une voiture de police israélienne à Petah Tikva, le 4 août 2017. (Crédit : Roy Alima/ Flash90)

Il avait trouvé un chat de gouttière et l’avait mis dans une fontaine à eau, plaçant le couvercle sur le récipient et le maintenant enfoncé pendant que le chat essayait de s’échapper.

Le grand-père de l’homme, Mordechai Ben-Nun, 73 ans, a alors surpris son petit-fils en flagrant délit et essayé de l’en empêcher. Après s’être débattu, le chat s’est libéré, et le grand-père a crié à l’adresse de sa femme pour qu’elle appelle la police et signale les faits de maltraitance.

Selon le site d’information Walla, Yonah s’est mis à détruire des objets.

La grand-mère de Yonah a appelé la police, et son grand-père a alors quitté la maison pour aller chercher de l’aide.

« Voyant cela, le prévenu a pris la décision de tuer son grand-père avec un couteau. Il s’est rendu à la cuisine et s’est emparé d’un couteau à dents pointues, d’une longueur de 11,5 centimètres. Il est sorti sur le balcon le couteau à la main et s’est adressé à sa grand-mère qui parlait à la police, en disant ‘Non, n’appelle pas, tout va bien' », selon l’acte d’accusation.

« L’accusé a couru vers son grand-père et l’a poignardé au front, jusqu’à ce que le couteau se brise, dans l’intention de causer la mort. À la suite du coup de couteau, le grand-père s’est effondré par terre, couvert de sang, tandis que le prévenu criait ‘Allah Akbar’, ‘Tu vas mourir’ et ‘Je vais l’assassiner’. Il a même enregistré ses actes à l’aide du téléphone tombé des mains de sa grand-mère. »

Le grand-père a été transporté dans un état grave à l’hôpital Beilinson, où il a succombé à ses blessures.

Selon les médias, l’agression a été en grande partie filmée par des caméras de sécurité ou des téléphones portables.

« La lecture de l’acte d’accusation révèle les circonstances complexes de cette tragique affaire. Il s’agit d’un jeune homme souffrant d’autisme et de retards mentaux. En outre, il a dû faire face à des circonstances de vie extrêmement difficiles », a déclaré à Ynet Guy Ein Zvi, l’avocat commis d’office représentant le petit-fils.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...