Un groupe juif compose pour Hollywood avec son âme
Rechercher

Un groupe juif compose pour Hollywood avec son âme

Basé à Los Angeles, le groupe Distant Cousins se fait un nom dans l'industrie musicale américaine

A partir de la gauche, Dov Rosenblatt, Duvid Swirsky et Ami Kozak du groupe Distant Cousins. (Crédit : photo personnelle)
A partir de la gauche, Dov Rosenblatt, Duvid Swirsky et Ami Kozak du groupe Distant Cousins. (Crédit : photo personnelle)

Avec plus de 7 millions de visionnages sur YouTube et après une collaboration avec Billy Crystal, le trio musical Distant Cousins semble être en route vers le succès.

« Nous sommes curieux de voir jusqu’où dans le monde peut se diffuser la musique que nous avons créée dans un petit coin de Los Angeles », a déclaré Dov Rosenblatt, membre du groupe Distant Cousins.

S’ils ne sont pas liés génétiquement (d’après les informations dont ils disposent), les trois membres du groupe ont posé leurs valises dans le quartier très juif de Pico-Robertson à Los Angeles. Ils se sont rencontrés alors qu’il faisaient des spectacles avec leurs anciens groupes respectifs, bien avant de devenir des pères mariés tentant de subvenir à leurs besoins et ceux de leur progéniture grâce à l’industrie musicale.

En travaillant à Hollywood, les trois vivent grâce à l’écriture, à des spectacles et en produisant de la musique pour des publicités, des films et la télévision. Avec Distant Cousins, ils ont aussi sorti des albums, donné des concerts et fait des tournées.

En tant que groupe, le trio fait aussi d’autres apparitions – comme des performances en coulisses ou à l’écran : les Distant Cousins jouent le rôle d’un groupe fictif d’une synagogue derrière Billy Crystal, qui incarne un rabbin politiquement engagé dans le film dramatique, « Untogether », sorti le 8 février.

Pendant le tournage, les Cousins ont eu l’occasion de parler avec le comédien légendaire.

« Nous nous sommes tellement amusés avec lui entre les prises quand il venait nous voir pour chanter des classiques de la comédie musicale « Un violon sur le toit », a déclaré Rosenblatt. On jouait des morceaux, et au bout d’un moment le réalisateur criait ‘action’, sauf qu’il s’amusait trop à chanter et qu’il n’était pas vraiment prêt à s’arrêter ».

Des millions d’internautes ayant vu la bande-annonce d’un film d’animation, « Comment entraîner votre dragon : le monde caché 3 », dont l’avant-première s’est tenue le 22 février, ont pu entendre le morceau entraînant de Distant Cousins, intitulé « Are You Ready. »

Chargés d’écrire et enregistrer la chanson, les Distant Cousins ont également pu profiter des avantages de l’industrie des licences musicales. Grâce aux droits d’artistes, un seul morceau, comme celui du groupe intitulé « On my way », peut se retrouver dans différents projets artistiques, dont la première de Saison 14 « American Idol » ou une publicité de Macy en 2014 pour des jeans. Leur titre « Are You Ready » ne se retrouve pas seulement dans le nouvel opus de la franchise DreamWorks « Dragon », mais aussi dans le film « C’est ici que l’on se quitte ».

Parfois bien après que les chansons ont été écrites, des responsables musicaux peuvent les proposer aux producteurs de télévision, de films et de publicités en réponse à des demandes spécifiques. Quand elles sont bien choisies, une musique ou des paroles sont « synchronisées » avec un dialogue ou une scène.

« Are You Ready » est un bon exemple d’une synchronisation réussie, d’après Rosenblatt. La chanson apparaît dans le dernier opus de la trilogie d’animation de DreamWorks, dans lequel un petit garçon devient ami, dompte et vole sur un dragon sauvage.

« On pourrait croire que nous l’avons écrit exprès pour le film, » a déclaré Rosenblatt. « Les paroles « vole par toi-même » apparaissent à l’écran au moment où le dragon décolle. En réalité, nous l’avons écrit quatre ans auparavant. A l’époque, la chanson était importante pour nous parce que nous avions immédiatement senti qu’il y avait ‘quelque chose’, ce qui nous a conduit à travailler sur une version finale pendant pas mal de temps ».

Comme le bon vin, ils deviennent meilleurs avec le temps

Les sonorités du groupe se basent sur les succès précédents que chaque membre du groupe a pu rencontrer avant la création du trio.

La quarantaine, David Swirsky, le Cousin le plus âgé, a grandi en faisant de la musique aux côtés du rabbin à la guitare en bandoulière, Shlomo Carlebach, au Moshav Mevo Modiim, le village qu’il a fondé.

Moshav Band jouant au The Camping Trip, 2016. (Jake Sojcher)

C’est là-bas qu’il a rencontré l’autre musicien Yehuda Solomon, avec lequel il a continué à jouer dans le monde de la musique populaire et au sein du groupe de rock juif Moshav. Moshav s’est produit dans des événements culturels juifs, des festivals, des mariages et des bar ou bat mitzvahs.

Le deuxième Cousin, Rosenblatt, âgé de 36 ans, a grandi à Baltimore et a fait ses premiers pas avec son ancien groupe Blue Fringe. Après avoir joué ensemble pendant huit ans, les membres du groupe se sont dispersés.

Comme Rosenblatt, Ami Kozak, 32 ans, est originaire de la côte est. Il a joué dans le groupe de son lycée dans les mêmes spectacles que Rosenblatt, avant de rejoindre la côte ouest à la recherche d’une musique plus commerciale.

Le trio s’adonne aussi à d’autres activités professionnelles indépendantes. Swirsky a récemment commencé à doubler les performances vocales du personnage principal de la série d’ABC, « A Million Little Things ». Rosenblatt fait encore partie du duo Wellspring, qui compose des musiques pour la télé et le cinéma. Kozak, qui a étudié dans ce qui est aujourd’hui le Conservatoire Boston à Berklee, compose et produit également. Chacun dispose d’un studio chez lui.

A partir de la gauche, Duvid Swirsky, Dov Rosenblatt, et Ami Kozak du groupe Distant Cousins. (Crédit : photo personnelle).

Quelle que soit l’occasion, a déclaré Swirsky, la composition et la performance partagent certaines constantes.

« Il faut toujours proposer son meilleur travail, le travail de son âme. Chacun sait – de la shul à la boîte de nuit, tout le monde sait – si c’est réel, » a-t-il dit. « Vous devez donner ce que vous avez dans le cœur et dans l’âme quoi que vous fassiez ».

Même si la plus grande partie de leur activité ne leur impose pas de se déplacer, Rosenblatt et Kozak, qui fréquentent tous les deux des synagogues modernes orthodoxes, sont confrontés à la difficulté de respecter le Shabbat.

« Ce n’est clairement pas simple, » a déclaré Rosenblatt. « Nous ne sommes pas le premier groupe de Juifs à faire des concerts chaque jour de la semaine à part les vendredis soirs – et les samedis soirs la moitié de l’année », a dit Rosenblatt. Nous sommes reconnaissants des artistes comme Evan et Jaron, Peter Himmelman, Matisyahu, Alex Clare, et d’autres qui ont ouvert la voie ».

Moshav, l’autre groupe de Swirsky, ne se produit pas non plus pendant Shabbat. Mais deux fois par mois, Swirsky se rend au nefesh, une communauté dirigée par le rabbin Susan Goldberg sur Wilshire Boulevard Temple dans le quartier coréen de Los Angeles.

« C’est un service musical chaleureux qui rassemble beaucoup de personnes qui autrement n’ont pas beaucoup de liens avec le judaïsme, » d’après Swirsky. « C’est vraiment génial, très inspirant pour moi – et cela m’a aidé à renforcer ma propre connexion avec la religion ».

A partir de la gauche, Dov Rosenblatt, Duvid Swirsky et Ami Kozak du groupe Distant Cousins. (Crédit : photo personnelle)

L’histoire de l’origine de Distant Cousins fait écho aux fréquentes tournées de Moshav.

« Où que nous allions, il y avait un groupe qui appelait et demandait, ‘On peut faire votre première partie ?’ », a dit Swirsky. C’était toujours des Juifs plus jeunes. On adorait ça. C’était gratifiant – l’influence que la musique avait sur les jeunes qui voulaient se lancer ».

Parmi eux se trouvait Rosenblatt, avec lequel Swirsky a ressenti une alchimie instantanée. « Et nous avons tous les deux eu le sentiment que nous travaillerions ensemble si nous en avions la possibilité », a expliqué Swirsky,

Ils ont fini par composer une chanson ensemble alors que Swirsky était en visite à New York. Quand Rosenblatt a ensuite emménagé à Los Angeles, où Swirsky résidait déjà, ils ont refait équipe avec Swirsky. Rosenblatt explorait déjà des compositions commerciales et travaillait sur un morceau pour une comédie intitulée la « Ville du café ».

A partir de la gauche, Duvid Swirsky, Dov Rosenblatt, et Ami Kozak du groupe Distant Cousins. (Crédit : photo personnelle).

« Nous avons composé rapidement et ça avait l’air vraiment bien », se souvient Swirsky.

Quand ils ont eu besoin de mixer des sons de la chanson, Rosenblatt a pensé à Kozak, qui avait déjà déménagé à Los Angeles qui avait commencé à produire et à composer des musiques commerciales. L’apport de Kozak à la chanson « a tout de suite marché », a noté Swirsky.

Adolescents, Kozak et Rosenblatt avaient tous les deux été membres de l’Académie Torah du comté de Bergen, dans le New Jersey. Et Kozak a suivi Moshav et Blue Fringer comme un jeune artiste, réalisant parfois la première partie des groupes.

« Nous avons toujours été fans les uns des autres, » a déclaré Kozak. « Une fois tous à Los Angeles, nous allions inévitablement finir par travailler ensemble ».

Peu après, les trois musiciens se sont réunis dans le studio de Swirsky. « C’était juste génial, tout de suite », a déclaré Swirsky.

C’est à ce moment-là que sa voisine a sonné à la porte.

« Elle a dit , ‘Je vous entends tout le temps. C’est vraiment super ce que vous faites maintenant.’ C’était un signe, » a dit Swirsky. « C’était le début de Distant Cousins ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...