Un homme accusé d’avoir violé une femme, un autre d’avoir payé pour participer
Rechercher

Un homme accusé d’avoir violé une femme, un autre d’avoir payé pour participer

Un Palestinien qui séjournait illégalement en Israël aurait agressé une femme en état d'ébriété à Petah Tivka, puis aurait reçu de l’argent d’un témoin qui l’a violée à son tour

Stuart Winer est journaliste au Times of Israël

Capture d'écran d'une vidéo du lieu d'un viol présumé à Petah Tikva le 15 août 2020. (Ynet news)
Capture d'écran d'une vidéo du lieu d'un viol présumé à Petah Tikva le 15 août 2020. (Ynet news)

Des chefs d’accusation ont été déposés jeudi contre deux hommes accusés d’avoir violé une femme ; le premier l’aurait agressée dans un parking de Petah Tikva, et le second, témoin oculaire de l’agression, l’aurait ensuite payé pour pouvoir également violer la victime.

Iyad Abdullah, 41 ans, un Palestinien qui se trouvait en Israël sans autorisation, et Vota Ayla, 30 ans, un résident israélien de la ville, ont été inculpés devant le tribunal central du district.

« L’affaire se place au niveau le plus élevé des crimes de viol », ont écrit les procureurs dans leur demande de détention des suspects jusqu’à la fin de la procédure. « Il s’agit d’actes de viol particulièrement graves de deux inconnus qui ont vu que la plaignante en état d’ivresse était une ‘proie facile’ et ont décidé de s’en prendre à elle. »

« Leur manque de compassion, et les actes écœurants qu’ils ont commis, indiquent que les accusés n’ont aucune limite, et qu’ils représentent un danger du plus haut niveau de crimes et violences sexuelles », ont écrit les procureurs.

Selon les actes d’accusation, l’incident s’est produit le 15 août lorsque la femme en état d’ébriété, qui avait bu chez elle, est arrivée sur la place Hameyasdim, dans la ville de la région centre.

Alors qu’elle était assise sur un banc devant un bar, Abdullah a engagé la conversation et les deux se sont ensuite dirigés ensemble vers une ruelle. Là, Abdullah aurait traîné la femme à l’intérieur et l’aurait agressée, lui enserrant les bras pour l’empêcher de s’échapper. À un moment donné, la femme est parvenue à se libérer et s’est enfuie vers un parking, où Abdullah l’aurait forcée et maintenue au sol où se trouvait un matelas et l’aurait violée.

Les procureurs expliquent qu’Ayla avait observé l’attaque de loin, et suivi Abdullah sur le parking. C’est là qu’il aurait offert à Abdullah de l’argent pour qu’il lui permette de violer à son tour la femme, toujours allongée sur le matelas. Abdullah a accepté et est allé acheter de l’alcool dans un magasin voisin pendant qu’Ayla aurait violé la victime.

Abdullah affirme que la relation sexuelle était consensuelle, tandis qu’Ayla a admis avoir agi contre la volonté de la femme, a rapporté le site Ynet.

Jeudi également, la police a arrêté un homme de 20 ans soupçonné d’avoir violé une jeune fille de 17 ans dans une épicerie de quartier du sud de Tel Aviv, où il travaillait. Une enquête préliminaire a révélé que la femme était venue au magasin pour faire des achats. L’homme l’aurait emmenée dans l’arrière-boutique et l’aurait agressée.

Ces actes d’accusation font suite au viol collectif présumé d’une jeune fille de 16 ans le mois dernier dans la ville balnéaire d’Eilat, qui a provoqué des manifestations et des appels à une réforme pour lutter contre les agressions sexuelles.

Onze personnes ont été inculpées mercredi pour l’incident d’Eilat, dont plusieurs mineurs. Quatre personnes – deux hommes de 27 ans et deux frères adolescents – ont été inculpées pour viol. Les autres ont été inculpés de diverses infractions, dont attentat à la pudeur, complicité de viol, complot en vue de commettre un crime, et non-assistance à personne en danger. Des actes d’accusation supplémentaires sont attendus contre d’autres suspects dans cette affaire.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...