Un homme admet avoir vandalisé 100 stèles au cimetière juif de St Louis en 2017
Rechercher

Un homme admet avoir vandalisé 100 stèles au cimetière juif de St Louis en 2017

Malgré ces actes de vandalisme commis en 2017 durant une vague d'incidents antisémites, Alzado Harris n'est pas soupçonné de crime de haine

Les pierres tombales vandalisées du cimetière juif Chesed Shel Emeth, près de St. Louis, le 20 février 2017. (Crédit : capture d'écran FOX2NEWS via JTA)
Les pierres tombales vandalisées du cimetière juif Chesed Shel Emeth, près de St. Louis, le 20 février 2017. (Crédit : capture d'écran FOX2NEWS via JTA)

Un Américain originaire de la banlieue de St-Louis a été arrêté pour avoir vandalisé plus de 100 stèles dans un cimetière juif local il y a plus d’un an.

Alzado Harris, 34 ans, a été arrêté mardi après une recherche ADN menée par la police à partir d’une veste laissée sur les lieux des détériorations faites au mois de février 2017, analyse qui a fait remonter les enquêteurs à Harris. Après son arrestation à son domicile, Harris, qui a déjà un casier judiciaire, a reconnu les faits commis au cimetière juif Chesed Shel Emeth, a fait savoir le St. Louis Dispatch.

Harris pourrait écoper de sept ans de prison pour acte de vandalisme institutionnel. Il n’est pas accusé de crime raciste ou de crime de haine.

« Il n’y a aucune preuve qui indique que l’incident soit motivé racialement, ethniquement ou religieusement », a fait savoir la police d’University City dans une déclaration. Selon cette dernière, Harris a indiqué « avoir agi seul. Il était en colère pour une raison personnelle et il se trouvait sous l’influence de stupéfiants lorsqu’il a commis son délit ».

Cet acte de vandalisme était survenu alors que les centres communautaires juifs et autres institutions de tous les Etats-Unis avaient fait l’objet d’alertes à la bombe – qui avaient ultérieurement été attribuées à un adolescent israélo-américain d’Ashkelon. Le procureur du conté de St. Louis Bob McCulloch a expliqué lors d’une conférence de presse, mercredi, que le crime « n’a pas été commis au bon moment de la part de Harris », mais que le fait que le cimetière vandalisé était juif semblait relever de la coïncidence.

Le vice-président Mike Pence dans un cimetière juif à Saint-Louis à la suite de la profanation du cimetière, en février 2017. (Crédit : capture d’écran YouTube)

Suite à ces actes, le gouverneur juif du Missouri, Eric Greitens, s’était porté volontaire avec des membres de son équipe pour nettoyer et réparer les dégâts, et le vice-président Mike Pence était venu au cimetière, n’hésitant pas à se saisir d’un râteau pour participer aux efforts de nettoyage.

Deux militants musulmans, Linda Sarsour et Tarek El-Messidi, avaient lancé une campagne de crowdfunding pour lever 20 000 dollars pour les réparations, et avaient finalement réussi à collecter 162 000 dollars. En plus de payer les travaux et les améliorations au cimetière de St. Louis, les fonds avaient été alloués à la remise en état d’un cimetière juif du secteur de Philadelphie qui avait été vandalisé quelques jours après, ainsi que les dommages subis à la synagogue Loop de Chicago après un vandalisme antisémite et ceux d’un cimetière juif profané dans le Colorado.

Remise en place des pierres tombales renversées au cimetière juif Chesed Shel Emeth de University City, près de St. Louis, dans le Missouri, le 21 février 2017. (Crédit : James Griesedieck via JTA)

L’ADL (Anti-Defamation League) a fait savoir mercredi dans un communiqué : « Alors que le chef d’accusation de crime de haine n’a pas été retenu, il est indubitable qu’au moment où il a été commis, cet acte de vandalisme a semblé haineux pour la communauté juive que ce soit à St. Louis et au-delà. Alors que nous attendions pendant l’enquête, certains expressions impressionnantes interconfessionnelles de soutien sont venues du monde entier, avec notamment une campagne de crowdfunding de la part de la communauté musulmane et un engagement de la part d’amis interconfessionnels à St-Louis et dans le monde entier ; ils ont compris l’impact émotionnel, en particulier pour les familles qui ont subi les dégâts commis aux stèles de ceux qu’ils aimaient »

Le cimetière a été réparé et re-consacré au mois d’août.

Mercredi, la Chesed Shel Emeth Society, qui gère le cimetière, a remercié la police d’University City dans un post sur Facebook pour sa « gestion de notre dossier avec soin et avec attention ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...