Israël en guerre - Jour 148

Rechercher

Un hôpital psychiatrique près de Jérusalem victime d’une cyber-attaque

Les membres du personnel d'Eitanim sont repassés en manuel et les médecins ont continué à prodiguer des traitements sans interruption

L'hôpital psychiatrique Eitanim, le 4 juillet 2004. (Crédit : Flash90)
L'hôpital psychiatrique Eitanim, le 4 juillet 2004. (Crédit : Flash90)

Une possible cyber-attaque a pris pour cible l’hôpital psychiatrique Eitanim, non loin de Jérusalem, ce qui a obligé le personnel à repasser aux protocoles manuels, a annoncé mardi le ministère de la Santé.

Les traitements médicaux prodigués au sein de cet établissement, filiale du centre de santé mentale Kfar Shaul, n’ont pas été perturbés, a déclaré le ministère par voie de communiqué.

L’affaire a été confiée à la Direction nationale de la cyber-sécurité par le service informatique du ministère, a-t-il ajouté.

L’ampleur des dégâts occasionnés par ces perturbations n’a pas été précisée. On ignore encore l’origine de cette probable cyber-attaque.

Le mois dernier, des pirates informatiques ont menacé de divulguer des informations médicales sensibles, concernant des politiciens et des rabbins – y compris le Premier ministre Benjamin Netanyahu –, supposément volées à l’hôpital Mayanei Hayeshua de Bnei Brak à moins du versement d’une rançon de plusieurs millions de dollars.

Le groupe de hackers, qui se fait appeler Ranger Locker, s’en était pris à l’hôpital en août, et avait perturbé le fonctionnement de son système informatique. Mayanei Hayeshua avait confirmé que des informations avaient fuité lors de cette cyber-attaque. Le communiqué indiquait que l’attaque était « motivée pour des raisons financières » et que l’hôpital ne négocierait pas avec les pirates informatiques.

Vue de l’hôpital Mayanei Hayeshua à Bnei Brak, le 13 avril 2020. (Crédit : Nati Shohat/Flash90)

Ranger Locker n’est a priori pas affilié à une organisation ni à un État.

Les pirates de l’organisation iranienne Black Shadow s’en étaient, eux, pris à l’hôpital Hillel Yaffe de Hadera lors d’une attaque de ransomware en 2021.

La société israélienne de cyber-sécurité Check Point avait indiqué cette année-là que les institutions israéliennes faisaient face à deux fois plus de cyber-attaques que les autres pays. Selon le rapport 2021 de Check Point, le seul secteur de la santé israélien subissait à lui seul une moyenne de 1 443 attaques chaque semaine.

L’éducation et la recherche sont les secteurs les plus ciblés dans le monde et en Israël, précise le rapport, suivis par les services gouvernementaux et de sécurité, et enfin les établissements de santé.

En 2021, une organisation ou entreprise israélienne sur 60 a été la cible d’une attaque de ransomware, soit une hausse de 30 % par rapport à 2020, expliquait Check Point.

Canaan Lidor a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.