Un imam lié au Hamas et un grand rabbin israélien s’unissent pour appeler à la paix
Rechercher

Un imam lié au Hamas et un grand rabbin israélien s’unissent pour appeler à la paix

Lors d’un sommet interconfessionel en Espagne, des religieux juifs, musulmans et chrétiens dénoncent la violence et jurent de promouvoir une "existence de respect mutuel"

Des chefs religieux juifs, musulmans et chrétiens issus d'Israël et des territoires palestiniens lors d'un sommet interconfessionnel en Espagne en novembre 2016. (Crédit : Bureau de communication du ministère espagnol des Affaires étrangères)
Des chefs religieux juifs, musulmans et chrétiens issus d'Israël et des territoires palestiniens lors d'un sommet interconfessionnel en Espagne en novembre 2016. (Crédit : Bureau de communication du ministère espagnol des Affaires étrangères)

Des dizaines de rabbins, de sheikhs et de chefs d’église venus d’Israël et des Territoires palestiniens ont dénoncé la violence et les incitations dans une déclaration émise après une série de rencontres inter-confessionnelles qui ont eu lieu la semaine dernière en Espagne.

Les organisateurs du Sommet ont expliqué dans une déclaration que, tandis que certains participants étaient “considérés comme des extrémistes”, les religieux juifs, chrétiens et musulmans reconnaissaient leur “responsabilité particulière dans la contribution à la paix désirée”.

Le cheikh Imad Al-Falouji lié au Hamas, un des fondateurs de l’aile militaire de l’organisation terroriste et ancien imam de Gaza, a participé à ce sommet des Chefs Religieux pour la paix au Moyen-Orient aux côtés du leader ashkénaze israélien, le rabbin David Lau.

La déclaration conjointe qui a été signée par les chefs religieux israéliens et palestiniens a reconnu que tous “étaient responsables de la promotion d’une existence de respect mutuel sur la base de la justice et de la sécurité”, et qu’ils s’étaient réunis en Espagne pour “se mettre à la recherche sans relâche de la paix en Terre [sainte]».

Les leaders ont souligné que le judaïsme, le christianisme et l’islam valorisaient le caractère sacré de la vie, et ont juré de lutter contre la violence motivée par la religion.

Des chefs religieux juifs, musulmans et chrétiens issus d'Israël et des territoires palestiniens lors d'un sommet interconfessionnel en Espagne en novembre 2016. (Crédit : Bureau de communication du ministère espagnol des Affaires étrangères)
Des chefs religieux juifs, musulmans et chrétiens issus d’Israël et des territoires palestiniens lors d’un sommet interconfessionnel en Espagne en novembre 2016. (Crédit : Bureau de communication du ministère espagnol des Affaires étrangères)

“La violence qui est menée prétendument au nom de Dieu est une désacralisation de Son nom, un crime contre ceux qui ont été créés à Son image, et un non-respect de la foi. Les moyens appropriés de résoudre le conflit et les désaccords, ce sont la négociation et les délibérations seulement », a affirmé la déclaration.

“Nous appelons avec véhémence à l’arrêt des incitations à la violence, des mauvaises représentations et de la distorsion de l’image des autres et de celle des voisins. Nous nous engageons à éduquer les générations futures dans le maintien du respect mutuel ».

La déclaration a également appelé à trouver une solution au conflit qui “reconnaisse le droit des deux peuples à exister dans la dignité”, recommandant vivement aux leaders israéliens et palestiniens d’oeuvrer pour atteindre cet objectif.

Le Sommet et la déclaration surviennent après des mois de travail en coulisse mené par le Rabbin Michael Melchior, ancien ministre et activiste de la coexistence, qui préside le groupe de la coexistence au sein du Mosaica Center.

Parmi les autres leaders musulmans palestiniens participant au Sommet, le spécialiste de la Charia Sheikh Raed Badir; le secrétaire-général de la Conférence musulmane mondiale pour Jérusalem de l’Union des Etats islamiques, le docteur Izzat Jaradat ; l’ancien membre du Conseil de la Choura du Hamas, le professeur Fakher Abu Awad; le chef de la branche du sud du mouvement islamique, le sheikh Hamad Abu Dabes; le juge de la Charia à Gaza, le docteur Maher Khuder ; et le Docteur Mahmoud al-Habash, chef du système de justice religieuse au sein de l’Autorité palestinienne.

Les chefs religieux Juifs présents lors de cette conférence ont inclus le rabbin Yaakov Ariel, responsable de Ramat Gan ; le Rabbin Ratzon Arusi, chef de Kiryat Ono; le Rabbin Zion Cohen, leader d’Or Yehuda, et diverses personnalités éminentes de yeshiva.

L’archevêque melkite George Bakuni, l’achevêque du patriarcat latin de Jérusalem William Shomali, l’archevêque luthérien Munib Younan et le métropolite grec-orthodoxe Timotheos Margaritis ont également participé au Sommet.

Le sommet des chefs religieux pour la paix au Moyen-Orient était organisé par le Centre Adams qui oeuvre pour le dialogue entre les civilisations et l’initiative pour la paix religieuse Mosaïca. Il a été accueilli par le gouvernement espagnol.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...