Un imam US salue Soleimani, soutien de la Syrie contre les US et les « sionistes »
Rechercher

Un imam US salue Soleimani, soutien de la Syrie contre les US et les « sionistes »

Sheikh Ibrahim Kazerooni du Michigan a qualifié la frappe qui a visé le général d'acte "lâche et odieux" ; une députée afghane impute à Soleimani la mort de milliers d'Afghans

Sheikh Ibrahim Kazerooni (Capture d'écran YouTube)
Sheikh Ibrahim Kazerooni (Capture d'écran YouTube)

Un imam du Michigan a fait une éloge funèbre de Qassem Soleimani, le félicitant d’avoir soutenu le régime d’Assad contre ce qu’il a appelé les efforts des Etats-Unis et des « sionistes » pour déstabiliser la Syrie.

Soleimani, qui a été tué à Bagdad le 3 janvier dans un raid aérien américain, a supervisé le soutien de l’Iran aux milices et aux groupes terroristes en sa qualité de commandant de la force Al-Qods du Corps des Gardiens de la Révolution islamique. Les États-Unis lui imputent la mort de centaines de soldats américains pendant la guerre d’Irak.

Dans un sermon suivant la mort de Soleimani ce même jour, le cheikh Ibrahim Kazerooni de Dearborn, dans le Michigan, a récité une prière de deuil pour Soleimani et Abu Mahdi al-Muhandis, un commandant paramilitaire irakien qui a également été tué dans la frappe.

« Qui était ce général ? Sa présence a apporté l’espoir aux marginaux et à ceux qui avaient peur, et elle a apporté la haine et la peur aux ennemis de l’Islam – en particulier les États-Unis », a dit Kazerooni à propos de Soleimani.

« Il a contribué à maintenir le gouvernement syrien intact contre toutes les tentatives et les milliards de dollars qui ont été dépensés en armes et en conseils donnés par les États-Unis, les sionistes et le monde entier [afin] de déstabiliser et de transformer la Syrie en un État dysfonctionnel », a-t-il ajouté, selon une transcription de ses remarques par le Middle East Media Research Institute.

Kazerooni a également qualifié le meurtre de Soleimani et de Muhandis « d’acte lâche et odieux » et a cité les écritures islamiques disant « qu’il y a soit le martyre, soit la victoire ».

« Attendons et voyons ce qui se passe ensuite », a-t-il dit.

Le commandant principal des Gardiens de la Révolution, le général Qassem Soleimani (au centre), assiste à une réunion avec le Guide suprême, l’Ayatollah Ali Khamenei (hors cadre) et les commandants des Gardiens de la Révolution à Téhéran, en Iran, le 18 septembre 2016. (Bureau du Guide suprême iranien via AP)

Alors que Kazerooni faisait l’éloge de Soleimani pour son soutien à la Syrie, une parlementaire afghane a déclaré que le général iranien était responsable de la mort de milliers de ses compatriotes qui combattaient dans des milices soutenues par l’Iran.

La députée afghane Belquis Roshan. (Capture d’écran Facebook)

« Il est clair pour tout le monde que Soleimani était un homme qui a commis de nombreux crimes en Afghanistan. Il a provoqué la mort d’au moins 5 500 jeunes Afghans, dans le cadre de la division dite Fatemiyoun en Syrie. 1 200 hommes sont toujours portés disparus », a déclaré la députée Belquis Roshan dans une vidéo publiée sur Facebook, selon le MEMRI.

Elle a également déclaré qu’elle se sentait « honteuse » que Hamid Karzaï, l’ancien président de l’Afghanistan, ait condamné le meurtre de « ces personnes ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...