Israël en guerre - Jour 231

Rechercher
Cinquantenaire de la guerre

Un kibboutz du Golan propose un circuit historico-culturel sur la guerre de Kippour

Le kibboutz Ortal organise des visites de trois jours avec des discussions, des événements musicaux et des visites de champs de bataille, de vignobles et de fermes

Jessica Steinberg est responsable notre rubrique « Culture & Art de vivre »

Le Kibbutz Ortal dans le plateau du Golan propose des visites de trois jours pour commémorer le cinquantenaire de la guerre de Kippour. (Crédit : Kibbutz Ortal)
Le Kibbutz Ortal dans le plateau du Golan propose des visites de trois jours pour commémorer le cinquantenaire de la guerre de Kippour. (Crédit : Kibbutz Ortal)

Heli Jacobs avait un an lorsque son père, Zvi Jacobs, a été tué pendant la guerre de Kippour sur le front du Sinaï en 1973.

Si elle considère que son père est mort en héros, Heli Jacobs estime que tous ceux qui ont dû recoller les morceaux et reconstruire leur vie, y compris sa mère et d’innombrables autres veuves, parents, frères et sœurs et enfants, sont les véritables héros.

Pour elle, le plateau du Golan fait partie de cette trajectoire. C’est la région où de nombreuses batailles féroces ont eu lieu, où des soldats ont été tués et où les batailles ont fini par basculer.

Aujourd’hui, on y trouve également des domaines viticoles et des hébergements de charme, des vergers de cerisiers, des ranchs et des troupeaux de bovins élevés avec soin.

« Il y a une véritable dissonance dans le Golan », analyse Jacobs. « Il y a cette beauté presque absolue, ces vues, cette paix et cette tranquillité, et tous les 100 mètres, un mémorial ou une base militaire ».

À l’approche du 50e anniversaire de la guerre, Heli Jacobs, qui préside Kibbutz Ortal Tourism, et son équipe ont créé une série de visites de trois jours dans cette communauté du plateau du Golan, intitulées « 50 ans plus tard », avec un regard à la fois tourné vers le passé et vers l’avenir, sur ce qui s’est passé ici au cours du demi-siècle dernier.

Tel Saki, un mémorial de la guerre de Kippour, prévu dans le circuit proposé par le kibboutz Ortal pour commémorer le cinquantenaire de la guerre de Kippour. (Crédit : Kibbutz Ortal)

Prévues du 8 au 10 octobre, ainsi qu’en novembre, décembre et mars, ces visites de trois jours offrent aux participants la possibilité de séjourner dans le Golan et de jeter un regard critique sur la guerre qui a changé Israël.

Chaque jour, les groupes se rendront sur différents sites du plateau du Golan, qu’il s’agisse de champs de bataille comme le mont Bental, de sites anciens comme Ein Keshatot, de vignobles locaux ou d’exploitations agricoles spécialisées. Des échanges avec des habitants de la région, des survivants de la guerre et d’autres personnes ayant des réflexions à partager sont prévues.

Heli Jacobs, dont le père est mort pendant la guerre de Kpoour, préside le kibboutz Ortal et propose des circuits touristiques autour de la guerre. (Autorisation Heli Jacobs)

« Tout le monde parlera d’histoires d’héroïsme et de soldats tombés au champ d’honneur, et c’est évident », a déclaré Jacobs. « Je voulais faire quelque chose sur la vie après la guerre, sur ce qui s’est passé ici au cours des 50 années qui ont suivi, sur les vignobles, le tourisme, l’archéologie, les relations entre les gens, les kibboutzim, la laïcité, la religion, la musique, ce qui nous est arrivé à tous. »

L’un des événements de « 50 ans après » est une soirée musicale avec Mika Einav, une chanteuse née après la guerre qui a grandi dans le kibboutz Ginegar, dans la vallée de Jezreel, où des membres ont été tués au combat, mais où personne n’a jamais parlé de ce qui s’était passé.

« Mon père était un combattant pendant cette guerre, mais personne n’en parlait vraiment. Nous étions censés continuer à vivre », explique Einav.

Einav a fait des recherches sur la musique de l’époque, interrogeant les auteurs-compositeurs survivants et créant un spectacle à partir de la musique écrite pendant la guerre.

Le spectacle qu’elle présente cette année à Ortal et dans tout le pays s’intitule « Remembering the Songs » (Se souvenir des chansons). Elle a également créé un podcast, Soundtrack 1973, avec l’animateur radio Noam Gil-Or, dans lequel ils discutent des chansons de l’époque, dont beaucoup sont devenues des classiques.

Mika Einav, dont le concert de chants de la guerre du Yom Kippour sera joué tout au long du 50ème anniversaire de la guerre. (Crédit : Mika Einav)

« Les gens deviennent très émotifs dans le public et il y a une grande conversation qui s’engage », a déclaré Einav. « Les gens sont enfin prêts à en parler et le spectacle est une invitation à en parler. »

Il y avait des chansons d’encouragement, des chansons pour les gens qui étaient brisés, des chansons de moral, a déclaré Einav, soulignant des classiques tels que « Lou Yehi » (Tout ce pour quoi nous prions) de Naomi Shemer, chanté par Chava Alberstein, et « La dernière guerre » de Yehoram Gaon.

D’autres œuvres témoignent d’une perte d’espoir et de l’identité israélienne qui était présente depuis la victoire de la guerre des Six Jours en 1967, six ans plus tôt.

Une sélection de chansons écrites pendant et après la guerre du Kippour a été rassemblée dans un album, « Songs of the Yom Kippur War », produit par Carla Kimhi de CBS Records, une réfugiée viennoise de la Seconde Guerre mondiale qui est arrivée en Israël alors qu’elle était adolescente et qui a ensuite fait venir des interprètes de musique classique en Israël.

Cet album a trouvé un écho profond au sein de la communauté juive en dehors d’Israël, grâce à de simples notes d’accompagnement dactylographiées en anglais expliquant l’identité des chanteurs et la signification des chansons.

« 1973 a été une victoire stratégique, mais tant de gens ont été tués », regrette Einav. « C’était une victoire, mais avec des pertes de plus de 2 000 personnes, et c’est à cela que les auteurs-compositeurs ont réagi. »

Selon Jacobs, chacun en Israël doit trouver le moyen de se rapprocher de ce moment. La musique est un moyen, visiter la région et en parler en est un autre.

La visite « 50 ans plus tard » se déroulera tout au long de l’année et pourra être personnalisée pour les groupes privés qui souhaitent une date différente ou une visite adaptée à leurs besoins.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.