Un metteur en scène démissionne suite à un festival « exclusivement palestinien »
Rechercher

Un metteur en scène démissionne suite à un festival « exclusivement palestinien »

Ari Roth démissionne de Mosaic, 6 ans après avoir été licencié par le Theater J pour avoir prétendument été trop pro-palestinien

Ari Roth avant la première d'une pièce au théâtre Mosaic à Washington, DC, en octobre 2015. (Crédit : Andre Chung for The Washington Post via Getty Images via JTA)
Ari Roth avant la première d'une pièce au théâtre Mosaic à Washington, DC, en octobre 2015. (Crédit : Andre Chung for The Washington Post via Getty Images via JTA)

WASHINGTON (JTA) – En 18 ans, le metteur en scène Ari Roth a fait du Theater J un centre juif de Washington DC qui a souvent programmé des œuvres inédites de grands auteurs. Mais il y a six ans, le théâtre, qui était hébergé par le Centre communautaire juif de Washington DC et associé à ce dernier, l’a licencié sous prétexte qu’un festival qu’il organisait était trop pro-palestinien.

Dans la foulée, il a fondé une nouvelle compagnie théâtrale appelée Mosaic. Aujourd’hui, il la quitte en partie pour la raison inverse : il dit que le théâtre insiste pour organiser un festival à contenu exclusivement palestinien.

Il a publié une lettre ouverte mardi dernier sur Medium pour annoncer sa démission.

« Toutes les sélections originales du festival 2021 Voices, intentionnellement interculturelles et programmées pour une diffusion en direct ou en ligne, ont été rejetées en faveur d’un festival exclusivement centré sur les Palestiniens », affirme-t-il dans sa lettre.

Le metteur en scène indique que son style de management était le principal problème, et il a accepté un congé sabbatique de trois mois pour y travailler. Ce congé a également été motivé en partie par le fait que les théâtres, après une saison de troubles raciaux, ont pris conscience du manque de diversité en leur sein, même dans les théâtres qui se sont révélés sensibles aux questions d’oppression.

« Les plaintes du personnel représentaient un mélange d’inquiétudes légitimes et d’agressions plus spécieuses relatives à un modèle de culture de la suprématie blanche », a expliqué l’intéressé.

Ari Roth lors d’une interview en 2014. (Capture écran/YouTube)

Le Washington Post a cité une déclaration de Mosaic datée du mois dernier : « Nous avons programmé des œuvres sans compétence culturelle constante, ce qui a entraîné des préjudices pour les spectateurs et les artistes. Nous avons fait preuve de complaisance en validant un style de direction cloisonné et singulier basé sur le confort de la routine. Nous avons maintenu un leadership blanc au détriment du savoir-faire et de l’expertise de personnes racialisées ».

Ari Roth, qui a contesté les arguments du théâtre Mosaic, avait écrit une déclaration de contrition après la fin de son congé sabbatique, mais avait trouvé les conditions de travail intenables, et a donc fini par démissionner.

Le Washington Post a cité une déclaration du conseil d’administration du Mosaic qui souhaitait une bonne continuation à Ari Roth et n’abordait pas directement la controverse. « Dans le cadre de cette prochaine phase, le directeur artistique Ari Roth quittera Mosaic pour poursuivre de nouvelles opportunités. Après une procédure régulière et une considération complète de ses opinions, et avec un sincère remerciement à Ari pour avoir été l’étincelle qui a lancé Mosaic, le conseil d’administration a voté à l’unanimité l’acceptation de sa démission. C’est un héritage de créativité, de dynamisme et de passion qui a contribué à façonner cette compagnie théâtrale ».

Au centre de sa précédente controverse au Theater J se trouvait son insistance à inclure des œuvres jugées favorables aux Palestiniens et très critiques envers Israël dans un festival qu’il avait initié et qui s’appelait Voices From a Changing Middle East. Dans une lettre ouverte, il avait obtenu le soutien de personnalités du monde du théâtre, dont les dirigeants du Lincoln Center Theater and Public Theater de New York, du Steppenwolf Theatre de Chicago et de la Shakespeare Theatre Company de Washington.

Le Theater J, qui avait nié que son licenciement était politique, l’a autorisé à transférer le festival au théâtre Mosaic.

Dans sa déclaration, le metteur en scène a déclaré qu’il lancerait une nouvelle initiative – et qu’une fois de plus il emporterait avec lui le festival Voices From a Changing Middle East.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...