Un ministre du Likud refuse qu’un rappeur d’extrême-droite entre dans son parti
Rechercher

Un ministre du Likud refuse qu’un rappeur d’extrême-droite entre dans son parti

Pour Tzachi Hanegbi, les opinions de Yoav Eliasi sont ‘incompatibles’ avec le Likud, mais il n’explique pas comment il empêchera son adhésion

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu et Tzahi Hanegbi en 2016. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)
Le Premier ministre Benjamin Netanyahu et Tzahi Hanegbi en 2016. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Un rappeur israélien connu pour ses opinions d’extrême-droite et ses positions provocatrices sur internet ne sera pas autorisé à devenir membre du Likud, a annoncé le ministre Tzachi Hanegbi dimanche.

Yoav Eliasi, dont le nom de scène est Hatzel (l’ombre en hébreu) a rempli les documents nécessaires pour rejoindre le Likud jeudi, avec l’aide du pittoresque député Oren Hazan.

Eliasi, 38 ans, qui a plus de 220 000 fans sur Facebook, a acquis une certaine notoriété pour ses messages incendiaires, et ses commentaires encore plus incendiaires, qui ciblent souvent les arabes et les personnalités de gauche.

Hanegbi a déclaré à la radio militaire que le rappeur « ne deviendra pas membre du parti parce que ses opinions sont incompatibles avec [celles] du Likud. »

Quand il lui a été demandé comment il empêcherait Eliasi de rejoindre le parti, le ministre a refusé de donner plus de précisions, et a répété qu’il ne le permettrait pas.

Tzahi Hanegbi, ministre du Likud chargé de superviser une enquête sur l'affaire dite des enfants yéménites. (Crédit : Kobi Gideon/Flash90)
Tzahi Hanegbi, ministre du Likud chargé de superviser une enquête sur l’affaire dite des enfants yéménites. (Crédit : Kobi Gideon/Flash90)

Le musicien a, dans le passé, appelé les secouristes à prélever les organes des Palestiniens tués lors des attaques contre les Israéliens afin qu’ils puissent être utilisés pour sauver des juifs. Il a également proposé que les attaquants morts soient castrés pour frustrer leur croyance d’une récompense de 72 vierges au paradis.

Sa déclaration récente la plus controversée a eu lieu jeudi, quand il a affirmé que la fille de Benny Begin, député du Likud et fils de Menachem Begin, s’était convertie à l’islam, et que son fils jetait des pierres contre les soldats israéliens.

Suite à l’inscription d’Eliasi, Hazan s’était exclamé que grâce aux fans du rappeur sur les réseaux sociaux, son adhésion apporterait au parti une poussée électorale représentant au moins cinq sièges supplémentaires.

Hazan a déclaré « avoir beaucoup en commun » avec le rappeur, et qu’ils en avaient tous les deux « marre du politiquement correct qui a pris le pouvoir » à la Knesset.

« La population en a marre de la flagornerie, du dialogue de gauche lâche. Ce n’est pas pour rien que Yoav a un quart de million d’abonnés sur les réseaux sociaux, a déclaré Hazan. Nous ne sommes pas, tous les deux, politiquement corrects ».

Elias aurait répondu aux remarques de Hazan en déclarant qu’il voulait « lancer des dollars à chaque mot » des déclarations de Hazan à la Knesset. Il aurait promis d’entraîner ses disciples, les « lions de l’ombre », à former une « garde du Likud ».

Le rappeur, qui a connu la gloire avec un duo dans les années 1990 avant de faire faillite en 2011, a laissé entendre qu’il pourrait essayer d’obtenir une place sur la liste parlementaire du parti, qui est dirigé par le Premier ministre Benjamin Netanyahu.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...