Un nouveau groupe pour rallier les soutiens d’Israël au Congrès américain
Rechercher

Un nouveau groupe pour rallier les soutiens d’Israël au Congrès américain

Fondé par d'anciens responsables de l'AIPAC, Pro-Israel America cherche à être plus explicitement politique que le puissant lobby suite à la controverse Ilhan Omar

Eric Cortellessa couvre la politique américaine pour le Times of Israël

Les participants applaudissent le vice-président des États-Unis, Mike Pence, lors de son discours à la conférence annuelle du Comité américain des affaires publiques d'Israël, le 5 mars 2018. (Chip Somodevilla / Getty Images / AFP)
Les participants applaudissent le vice-président des États-Unis, Mike Pence, lors de son discours à la conférence annuelle du Comité américain des affaires publiques d'Israël, le 5 mars 2018. (Chip Somodevilla / Getty Images / AFP)

WASHINGTON — Un nouveau groupe a été lancé mardi pour soutenir les candidats pro-israéliens qui se présentent au Congrès.

Suite aux élections de la mi-mandat de 2018 et à l’accession à la Chambre de membres plus favorables à la cause palestinienne, comme Alexandria Ocasio-Cortez, représentante de New York, Rashida Tlaib, représentante du Michigan et Ilhan Omar, représentante du Minnesota, d’anciens responsables de l’AIPAC (American Israel Public Affairs Committee) ont créé une organisation dont l’objectif est d’envoyer des candidats plus traditionnellement pro-israéliens au Capitole.

Fondé par Jeff Mendelsohn et Jonathan Missner, le groupe Pro-Israel America a approuvé 27 membres du Congrès – soit 14 démocrates et 13 républicains – lors de l’annonce de sa création.

« Il y a des défis qui se posent à l’alliance et ces défis augmenteront probablement à l’avenir », a dit Mandelson au Times of Israel. « Le Congrès change rapidement. Ce que nous tentons de faire, c’est de rallier davantage d’Américains pro-israéliens pour qu’ils s’impliquent dans le processus politique en créant une banque de données en ligne centralisée où les gens pourront découvrir l’importance de l’action politique ».

Tandis que l’AIPAC exerce en premier lieu des pressions sur les membres du Congrès en faveur du soutien à l’aide américaine à Israël et autres politiques privilégiées par Jérusalem, Pro-Israel America veut exister de manière plus concrète dans l’espace politique en assistant les candidats qui soutiennent Israël – et en aidant les donateurs favorables à Israël à identifier ces candidats.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu prend la parole lors de la conférence 2018 de l’American Israel Public Affairs Committee (AIPAC), au Washington Convention Center, le 6 mars 2018, à Washington. (AP Photo/Jose Luis Magana)

Cette annonce a eu lieu une semaine avant la conférence politique annuelle de l’AIPAC.

Les membres du Congrès approuvés mardi partagent des points de vue traditionnellement pro-israéliens. Parmi eux, les démocrates Steny Hoyer du Maryland et Elliot Engel de New York et les républicains Lindsey Graham de Caroline du sud et Kevin McCarthy de Californie.

Jonathan Missner (Autorisation)

Pro-Israel America, a déclaré Mendelsohn lundi soir, sera financé par des donateurs privés. Le président de son conseil d’administration, Missner, est à la tête de la collecte de fonds.

Missner, qui est avocat, était dans le passé directeur de la gestion des affaires nationales à l’AIPAC. Selon le site internet de son cabinet d’avocats, il sollicitait et trouvait des fonds pour le puissant lobby pro-israélien. « Parmi les nombreuses réussites connues par l’AIPAC pendant son mandat, les revenus ont triplé sous la direction directe de Missner », dit sa biographie.

Mendelsohn a été le directeur de liaison de l’AIPAC de 2005 à 2016.

Au début du mois, le Huffington Post avait annoncé que plusieurs personnalités proches de l’AIPAC programmaient d’établir un nouveau groupe qui collecterait de petits dons en dollars auprès des Américains pro-israéliens.

Jeff Mendelsohn (Autorisation)

« Les dons pro-israéliens ne proviennent pas seulement de donateurs majeurs et de hautes personnalités », disait, selon l’article du Huff, un document de stratégie établi par l’organisation.

« La majorité des Américains soutiennent une relation étroite avec Israël mais un grand nombre d’entre eux n’ont pas facilement accès, en fait, à des opportunités permettant de faire des dons politiques pro-Israël ».

Mendelshon a expliqué lundi soir que le site internet de Pro-Israel America serait utilisé comme ressource pour les électeurs pour leur permettre de savoir quels candidats, dans le pays, soutiennent l’Etat juif.

« C’est quelque chose auquel je pense depuis longtemps : Ce n’est pas facile pour le public de savoir exactement quels sont les candidats pro-israéliens et comment les appuyer », explique-t-il.

Au cours des dernières semaines, la relation entre les Etats-Unis et Israël a été au centre de controverses intenses.

La représentante du Minnesota Ilhan Omar à Washington, le 6 mars 2019. (Crédit : AP/J. Scott Applewhite)

La nouvelle membre du Congrès Ilhan Omar a  provoqué une tempête lorsqu’elle a accusé l’AIPAC de rémunérer les politiciens en échange de leur positionnement pro-israélien. Elle a par la suite présenté des excuses pour ces propos mais a entraîné un nouveau tollé, quelques semaines plus tard, lorsqu’elle a affirmé que les activistes pro-israéliens poussaient les députés à prêter « allégeance » à Israël, ce qui, selon les critiques, revenait à accuser les Juifs de « double loyauté ».

La Chambre des représentants a adopté un texte dénonçant les différentes formes de haine, notamment l’antisémitisme et l’islamophobie. Certains ont perçu dans cette résolution une « dilution » de la version originale de la motion.

Le président américain Donald Trump a fustigé les démocrates suite à l’adoption de ce texte, disant aux donateurs républicains, selon certaines informations, que « les démocrates haïssent les Juifs ».

Mendelsohn a ajouté que Pro-Israel America oeuvrera à maintenir la cause israélienne bipartisane, en faisant la promotion des démocrates et républicains dont les points de vue s’alignent avec ceux de l’organisation.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...