Un obus de mortier syrien frappe à nouveau le Golan
Rechercher

Un obus de mortier syrien frappe à nouveau le Golan

Pas de blessé ni de dommage annoncé ; les Etats-Unis demandent à leurs citoyens de ne pas se rendre sur le plateau

Judah Ari Gross est le correspondant militaire du Times of Israël.

La fumée monte du village syrien de Jubata al-Khashab, après des frappes de l'armée israélienne sur des positions de l'armée syrienne en représailles après un tir de mortier syrien sur le plateau du Golan, le 10 septembre 2016. (Crédit : Jalaa Marey/AFP)
La fumée monte du village syrien de Jubata al-Khashab, après des frappes de l'armée israélienne sur des positions de l'armée syrienne en représailles après un tir de mortier syrien sur le plateau du Golan, le 10 septembre 2016. (Crédit : Jalaa Marey/AFP)

Un tir perdu venu de Syrie a frappé le nord du plateau du Golan mercredi soir, a annoncé l’armée.

Le projectile a explosé dans une zone ouverte près de la frontière d’Israël avec la Syrie, sans causer ni blessé, ni dommage matériel, a annoncé l’armée israélienne dans un communiqué.

Il s’agit du sixième incident de ce type cette semaine, alors que les combats entre les forces du régime du président syrien Bashar el-Assad et les nombreux groupes rebelles dans le sud de la Syrie se sont intensifiés ces dernières semaines.

En raison de l’augmentation du nombre de tirs perdus frappant le plateau du Golan, l’ambassade des Etats-Unis en Israël a appelé les citoyens américains « à considérer prudemment et à éventuellement reporter un voyage dans la région jusqu’à ce que la situation se stabilise. »

De plus, l’ambassade a temporairement interdit aux employés du gouvernement américain de faire des « voyages personnels dans la zone située au nord de la route 87 et à l’est de la route 918 du plateau du Golan occupé par Israël. »

La récente recrudescence de tirs perdus est causée par le succès croissant des forces d’Assad ces derniers jours, qui ont forcé les rebelles à se rapprocher de la frontière israélienne, ont déclaré des analystes israéliens cette semaine.

Mercredi était le troisième jour de suite qu’un projectile apparemment perdu provenant des combats en Syrie atterrissait en territoire israélien.

Au total, quatre projectiles syriens ont frappé le Golan lundi et mardi, peu après l’application d’un cessez-le-feu négocié par les Etats-Unis et la Russie en Syrie.

En réponse à ces incidents, l’aviation israélienne a ciblé des batteries d’artillerie du régime syrien proches de la frontière tôt mardi martin puis tard mardi soir.

Suite à la frappe matinale, la télévision publique syrienne a annoncé mardi que les forces d’Assad avaient abattu un avion et un drone israéliens, une affirmation fermement démentie par Israël.

La guerre civile en Syrie a entraîné de nombreux incidents de ce type au fil des années, et continuera probablement à le faire dans le futur.

L’armée israélienne répond fréquemment aux tirs de missiles en territoire israélien.

Israël a déclaré qu’il ne tolérerait aucun projectile, et tient le régime syrien pour responsable de tous les tirs perdus, quelle que soit leur origine. Cependant, l’armée a précisé qu’elle « n’hésiterait pas à agir contre toutes les forces d’opposition en Syrie. »

L’équipe du Times of Israël a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...