Un Palestinien aurait été tué par des tirs israéliens à la frontière – Hamas
Rechercher

Un Palestinien aurait été tué par des tirs israéliens à la frontière – Hamas

L'armée israélienne n'a pas confirmé le décès d'Abdallah al-Shahri à Khan Younis

Les forces de sécurité israéliennes font face à des manifestants près du kibboutz Kerem Shalom, à la frontière avec le sud de la bande de Gaza, le 6 avril 2018 (AFP PHOTO / MENAHEM KAHANA).
Les forces de sécurité israéliennes font face à des manifestants près du kibboutz Kerem Shalom, à la frontière avec le sud de la bande de Gaza, le 6 avril 2018 (AFP PHOTO / MENAHEM KAHANA).

Un Palestinien aurait été tué jeudi par des tirs de soldats israéliens à la frontière entre l’Etat hébreu et la bande de Gaza, a indiqué le ministère de la Santé dans ce territoire dirigé par le mouvement terroriste islamiste palestinien du Hamas.

Le Palestinien, identifié comme Abdallah al-Shahri, 28 ans, a été tué à l’est de la ville de Khan Younis, selon cette source.

L’armée israélienne n’a pas confirmé l’incident.

Au moins 33 Palestiniens ont été tués à Gaza par les forces israéliennes depuis le début, le 30 mars, d’une série de manifestations palestiniennes pour réclamer le « droit au retour » des réfugiés et la fin du blocus de l’enclave par Israël.

Selon le ministère de la Santé, un membre du Hamas avait été tué tôt jeudi par une frappe israélienne à l’est de la ville de Gaza.

Dommages causés à une maison israélienne dans le Conseil régional de Shaar Hanegev par une balle tirée depuis la bande de Gaza sur un avion de l’armée israélienne (Conseil régional de Shaar Hanegev).

Israël a confirmé la frappe, affirmant qu’il s’agissait d’une riposte menée en représailles de tirs.

Durant les deux précédents vendredis, des dizaines de milliers de Palestiniens, notamment des femmes et des enfants, ont convergé le long de la barrière frontalière qui sépare l’enclave de l’Etat hébreu. Quelques groupes ont affronté les soldats israéliens, jetant des pierres et des cocktails Molotov. Ces derniers ont riposté à balles réelles.

Officiellement organisée par la société civile, « la marche du retour » est soutenue par le Hamas, qui contrôle Gaza depuis 2007 et a depuis mené trois guerres contre Israël.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...