Rechercher

Un responsable nommé pour coordonner le pèlerinage de Lag Baomer à Meron

L'an dernier, 45 personnes sont mortes, dont 16 enfants et adolescents, et au moins 150 autres ont été blessées lors d'un mouvement de foule

Tzvika Tessler. (Crédit : police israélienne)
Tzvika Tessler. (Crédit : police israélienne)

Le ministre des Affaires religieuses, Matan Kahana, a annoncé lundi la nomination du général de brigade Tzviki Tessler, de l’armée de terre, pour superviser les dispositions prises sur le site de pèlerinage du mont Meron en vue de la prochaine célébration annuelle.

Cette nomination a été faite conformément aux recommandations provisoires d’une commission d’enquête de l’État sur la tragédie survenue en avril 2021, où 45 personnes ont été écrasées à mort, a déclaré le ministère des Affaires religieuses dans un communiqué.

La catastrophe s’est produite lors de la fête annuelle de Lag BaOmer, qui avait attiré quelque 100 000 fidèles, pour la plupart des juifs ultra-orthodoxes, malgré des avertissements de longue date sur la sécurité du site et les dangers de la surpopulation.

Tessler aura la responsabilité générale de l’organisation des festivités et travaillera avec tous les autres organismes concernés, tout en rendant compte à Kahana, selon le communiqué.

A LIRE : Après le drame de Meron, les Haredim s’interrogent sur le prix de leur autonomie

Il y a deux semaines, le gouvernement avait décidé de confier la responsabilité de l’événement annuel de Meron au ministre des Affaires religieuses. Il a également été décidé que le ministre devrait nommer, d’ici la fin de l’année, une personnalité chargée de superviser l’événement.

Tessler, 57 ans, qui porte la kippa, est un ancien commandant d’escadron de l’armée de l’air israélienne et ancien chef du quartier général du commandement du front intérieur de Tsahal. Après avoir quitté l’armée de l’air israélienne, Tessler a dirigé le service de planification et d’organisation de la police israélienne de 2016 à 2019, avec le grade de commissaire adjoint.

Les célébrations de cette année à Meron « seront complètement différentes des événements qui ont eu lieu sur le site jusqu’à présent », a déclaré Kahana.

« La sécurité des participants sera la priorité absolue, cette fois-ci », a-t-il promis.

Les forces de secours et la police se trouvent sur les escaliers où un grand nombre de personnes ont été écrasées et blessées lors des célébrations de la fête de Lag BaOmer sur le mont Meron, dans le nord d’Israël, le 30 avril 2021. (David Cohen/Flash90)

L’administration des festivités à Meron nécessite « de riches connaissances et une expérience dans la compréhension d’événements complexes », a déclaré Kahana. « Tzviki Tessler a toutes les compétences et les connaissances nécessaires pour gérer un tel événement ».

Tessler a déclaré que la « terrible catastrophe d’avril dernier exige que nous agissions avec révérence et un sentiment d’immense responsabilité. » Il a déclaré qu’il ferait tout son possible pour que les événements se déroulent conformément à leur longue tradition, tout en garantissant des mesures de sécurité strictes.

Tessler a ajouté qu’il était impatient de coopérer avec les organismes concernés par l’organisation des célébrations, qui voient généralement plusieurs complexes sous les auspices de différentes branches religieuses organiser des événements en même temps.

En 2022, Lag BaOmer commencera dans la nuit du 18 mai.

Les victimes du drame de Meron, le 30 avril 2021. De haut en bas, de gauche à droite : Chen Doron, Haim Rock, Ariel Tzadik, Yossi Kohn, Yisrael Anakvah, Yishai Mualem, Yosef Mastorov, Elkana Shiloh, Moshe Levy, Shlomo Zalman Leibowitz, Shmuel Zvi Klagsbald, Mordechai Fakata, Dubi Steinmetz, Abraham Daniel Ambon, Eliezer Gafner, Yosef Greenbaum, Yehuda Leib Rubin, Yaakov Elchanan Starkovsky, Haim Seler, Yehoshua Englard, Moshe Natan Neta Englard, Yedidia Hayut, Moshe Ben Shalom, David Krauss, Eliezer Tzvi Joseph, Yosef Yehuda Levy, Yosef Amram Tauber, Menachem Knoblowitz, Elazar Yitzchok Koltai, Yosef David Elhadad, Shraga Gestetner, Yonatan Hebroni, Shimon Matalon, Elazar Mordechai Goldberg, Moshe Bergman, Daniel Morris, Ariel Achdut, Moshe Mordechai Elhadad, Hanoch Slod, Yedidya Fogel, Menahem Zakbah, Simcha Diskind, Moshe Tzarfati, Nahman Kirshbaum et Eliyahu Cohen.

La commission d’enquête de l’État sur la catastrophe a présenté son rapport provisoire en novembre.

Le panel, présidé par Miriam Naor, présidente de la Cour suprême à la retraite, a dressé une liste de recommandations, notamment la nomination d’un ministre chargé de superviser les préparatifs, le plafonnement de la foule à 20 000 personnes, l’amélioration des infrastructures sur le site, l’agrandissement du site pour réduire la foule et la redistribution des foules dans différentes zones.

Lors des célébrations d’avril 2021, des centaines de personnes s’étaient engouffrées dans un passage étroit, où une pente glissante a fait trébucher quelques personnes et déclenché une avalanche humaine qui a fait des dizaines de morts et au moins 150 blessés.

En octobre, un commandant de police à la retraite a souligné que le commissaire de la police israélienne, Kobi Shabtai, aurait commis des erreurs majeures qui ont conduit à la bousculade meurtrière. Amnon Alkalai, chef de la division des opérations de la police à l’époque, a déclaré qu’il avait cherché à imposer des restrictions de foule au Mont Meron en raison de l’épidémie de COVID-19 et avait mis en garde contre une catastrophe imminente. Mais, dit-il, Shabtai s’est opposé à ces restrictions.

Un mois plus tôt, le directeur-général du ministère de la Santé, Nachman Ash, avait déclaré à la commission qu’aucun organe gouvernemental n’avait accepté d’assumer la responsabilité et de veiller à ce que les politiques relatives au COVID-19 soient respectées lors de l’événement annuel.

Le ministre des Affaires religieuses Matan Kahana (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...