Rechercher

Le chef de la police accusé de s’être opposé à la limitation de la foule à Meron

L'ex-commandant de police Alkalai s'en est pris à Kobi Shabtai devant la commission chargée d'enquêter sur le drame qui a fait 45 morts, suscitant des appels à sa démission

Le chef de la police israélienne, Kobi Shabtai, le 8 janvier 2021. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)
Le chef de la police israélienne, Kobi Shabtai, le 8 janvier 2021. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Un commandant de police à la retraite a mis en évidence jeudi les erreurs majeures commises par le chef de la police israélienne, Kobi Shabtai, qui ont conduit à la bousculade meurtrière d’avril sur le site de pèlerinage juif du Mont Meron, suscitant des appels à la démission de Shabtai et une réaction négative des associés du chef de la police.

Dans un témoignage explosif devant la commission d’enquête sur la catastrophe civile la plus meurtrière de l’histoire du pays, Amnon Alkalai a déclaré qu’en tant que chef de la division des opérations de la police à l’époque, il avait cherché à imposer des limites à la foule au Mont Meron et avait prévenu de l’imminence d’une catastrophe.

Le drame du 29 avril a fait 45 morts écrasés lors d’un événement qui a attiré quelque 100 000 fidèles, pour la plupart des juifs ultra-orthodoxes, malgré des avertissements de longue date sur la sécurité du site et les dangers de la surpopulation.

La commémoration a eu lieu alors que les cas de COVID-19 en Israël atteignaient leur plus bas niveau depuis un an, ce qui a conduit le gouvernement à assouplir les restrictions sur les rassemblements.

« Je voulais qu’il y ait des limitations de foule en exploitant les restrictions du COVID-19 », a déclaré Alkalai, similaires aux restrictions qui étaient en vigueur à l’époque dans les stades, limitant les foules à 10 000 personnes. Il a suggéré de limiter l’allumage de chaque feu de joie à 3 000 personnes, « sinon, on peut se préparer à une catastrophe de masse ».

Mais Alkalai a déclaré que lorsqu’il a exprimé cette opinion lors des discussions avec la police avant l’événement, Shabtai « l’a immédiatement rejetée et a dit que c’était noir ou blanc. Soit le site est complètement ouvert, soit il est complètement fermé. J’ai pensé que c’était une erreur ».

Amnon Alkalai, ancien chef de la division des opérations de la police israélienne, après avoir témoigné devant la commission d’enquête sur la catastrophe de Meron à Jérusalem, le 14 octobre 2021. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

L’ancien commandant de la police a déclaré au panel gouvernemental que Shabtai avait dit aux ministres avant l’événement : « S’il y a une commission d’enquête, ne venez pas me voir ».

Alkalai a déclaré qu’il avait depuis décidé de quitter la police après 30 ans en raison de la prise de décision « défectueuse » et « non professionnelle » en général, et en particulier concernant la catastrophe de Meron.

Plus tard dans la journée de jeudi, le frère de l’une des victimes a déclaré à la Douzième chaîne que « les témoignages de la commission d’enquête devraient inquiéter chaque citoyen israélien en raison du manque de sollicitude pour les vies humaines. »

Yisrael Diskind, le frère de Simha Bonim Diskind, l’une des victimes, a déclaré que le témoignage d’Alkalai était « horrifiant et inquiétant. »

Capture d’écran de la vidéo de la catastrophe lors des célébrations de Lag B’Omer au Mont Meron, le 30 avril 2021. (Crédit : Douzième chaîne)

« Jusqu’à présent, le commissaire de police dormait tranquillement la nuit », a déclaré Diskind. « Shabtai doit rentrer chez lui. Il y a une personne qui savait sans aucun doute qu’une catastrophe allait se produire. Kobi Shabtai a échoué, il est censé faire preuve de responsabilité et de leadership, et prendre la décision difficile de rentrer chez lui. »

Les associés de Shabtai, s’adressant à la Treizième chaîne, ont déclaré qu’ils s’attendaient à des « mots forts » de la part d’Alkalai mais qu’ils ne s’attendaient pas à ce que le témoignage soit ce qu’ils appellent une « attaque suicide » contre lui.

Le rapport indique que Shabtai, qui a compris la gravité des accusations portées contre lui, a récemment engagé les avocats Oded Gazit et Eliram Bakal pour le représenter auprès de la commission.

Le rapport, qui ne cite aucune source, indique que Shabtai a l’intention de faire valoir devant la commission qu’il n’était pas le seul à soutenir la tenue du pèlerinage de Meron, affirmant que le commandant du district nord Shimon Lavi l’avait également soutenu. Il dira également qu’il n’avait pas le pouvoir de limiter les foules sur le site en l’absence de règles adoptées à ce sujet par le gouvernement et qu’il n’avait pas d’autre choix que de permettre la tenue de l’événement.

Amnon Alkalai, ancien chef de la division des opérations de la police israélienne, est vu après avoir témoigné devant la commission d’enquête sur la catastrophe de Meron à Jérusalem, le 14 octobre 2021. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Le mois dernier, le directeur général du ministère de la Santé, Nachman Ash, a déclaré à la commission qu’aucun organisme gouvernemental n’avait accepté de prendre la responsabilité de veiller à ce que les politiques du COVID-19 soient respectées lors de l’événement annuel.

En juin, le gouvernement a approuvé la formation d’une commission d’enquête indépendante – dirigée par l’ancienne juge de la Cour suprême, Miriam Naor, et complétée par l’ancien maire de Bnei Brak, le rabbin Mordechai Karelitz, et l’ancien chef de la planification de Tsahal, le major-général (de réserve) Shlomo Yanai – afin d’enquêter sur les manquements à la sécurité sur le site qui ont conduit à la catastrophe mortelle.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...