Rechercher

Un sans-abri s’immole par le feu devant la mairie d’Ashdod

L'homme israélien d'environ 50 ans a été conduit à l’hôpital Assuta dans un état grave

Les premiers secouristes interviennent sur le site où un homme s'est immolé par le feu devant la municipalité d'Ashdod, le 1er mai 2022. (Crédit: Magen David Adom)
Les premiers secouristes interviennent sur le site où un homme s'est immolé par le feu devant la municipalité d'Ashdod, le 1er mai 2022. (Crédit: Magen David Adom)

Un homme a été transporté d’urgence à l’hôpital après s’être immolé par le feu devant le bâtiment de la municipalité d’Ashdod, dimanche matin.

Selon les services du Magen David Adom, l’homme, âgé d’environ 50 ans, a été amené à l’hôpital Assuta de la ville avec de graves brûlures sur tout le corps. Il se trouve actuellement dans le coma et il a été placé sous respirateur, selon le MDA.

United Hatzalah a déclaré avoir prodigué les premiers soins à l’homme qui se trouvait rue Gdud Haivri à Ashdod, ajoutant qu’il était actuellement hospitalisé dans un état grave.

Dans un communiqué, la municipalité d’Ashdod a souhaité un rétablissement complet au sans-abri grièvement touché, et elle a précisé qu’elle était en contact avec les membres de sa famille et qu’elle leur offrirait toute l’assistance nécessaire.

La mairie a indiqué que l’homme avait été pris en charge par les services sociaux de la ville jusqu’à il y a six ans, date à laquelle il avait refusé de poursuivre son traitement.

L’homme avait rendez-vous à la mairie dimanche matin en vue d’obtenir un logement. Il déambulait entre les bâtiments après avoir été renvoyé à un énième fonctionnaire. Pris de désarroi, il s’est immolé, a indiqué la municipalité.

Il y a un peu plus d’un an, un ancien combattant de Tsahal, Itzik Saidyan, qui est toujours hospitalisé, s’était immolé aux abords des bureaux du département de réhabilitation des soldats en situation de handicap qui se trouvent à Petah Tikva après avoir lutté, pendant des années, pour pouvoir bénéficier des soins nécessaires pour la prise en charge de son trouble de stress post-traumatique qui, affirme-t-il, découlait de son service militaire.

La semaine dernière, l’état de Saidyan s’est amélioré et il a été transféré de l’unité des grands brûlés à l’unité de réadaptation du centre médical Sheba, près de Tel Aviv.

Cette affaire a suscité une réflexion nationale sur les soins apportés aux vétérans de l’armée, poussant le ministère de la Défense des anciens combattants blessés à examiner de plus près les dossiers qui lui sont soumis.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...