Un scientifique israélien s’exprime à une conférence environnementale à Cuba
Rechercher

Un scientifique israélien s’exprime à une conférence environnementale à Cuba

Doron Markel, scientifique en chef du Fonds national Juif, a pris la parole à la Havane sur les efforts d'adaptation israéliens au changement climatique, une première

Doron Markel, à gauche, avec les membres de la communauté juive de Cuba et les leaders du KKL-JNF à la Havane, à Cuba, en juillet 2019 (Autorisation : KKL-JNF)
Doron Markel, à gauche, avec les membres de la communauté juive de Cuba et les leaders du KKL-JNF à la Havane, à Cuba, en juillet 2019 (Autorisation : KKL-JNF)

Un scientifique israélien du fonds national juif a participé à une conférence internationale consacrée à l’environnement à Cuba, ce qui est une première, a noté l’organisation.

Doron Markel, scientifique en chef au KKL-JNF, a pris part la semaine dernière au Cubambiente, une conférence organisée du 1er au 5 juillet à la Havane, sous la direction de l’agence environnementale et du ministère des Sciences, de la technologie et de l’environnement de ce pays d’Amérique latine.

Selon le Keren Kayemeth LeIsrael- Fonds national Juif – le nom officiel du fonds en Israël – c’est la première fois qu’un scientifique israélien était invité à s’exprimer dans de telles circonstances, participant aux côtés de 30 autres pays à la 12e édition de cette conférence internationale.

L’événement a réuni des scientifiques, les autorités, des éducateurs et des spécialistes qui ont abordé de sujets autour de l’environnement et du changement climatique, afin d’encourager la coopération entre les nations et l’échange de connaissances et de pratiques durables.

Des opportunités de croissance économique et de protection environnementale ont aussi été présentées.

Au cours de son intervention, Markel a évoqué les efforts livrés par Israël pour s’adapter au changement climatique.

« Les effets du changement climatique peuvent être observés au Moyen-Orient par des hivers plus secs et des étés plus chauds », a-t-il expliqué.

« En Israël, les adaptations au changement climatique sont menées par le KKL-JNF dans le domaine de la reforestation pour contrer la propagation de la désertification. Le problème de l’eau exige la mise en place d’un plan stratégique visant à transférer de l’eau désalinisée dans les zones déconnectées de la région et de la saumure à la mer Morte. La pénurie d’eau est un problème croissant au Moyen-Orient et aider aujourd’hui nos voisins peut aider à créer un lendemain meilleur et plus sûr pour nous tous ».

S’exprimant auprès du quotidien Jerusalem Post, Markel a indiqué qu’il considérait sa participation comme une passerelle de liaison.

« La science peut servir de passerelle. Alors qu’il est clair que nos états [Cuba et Israël] n’entretiennent pas de relations officielles, les scientifiques peuvent y aider et représenter un point de départ », a-t-il expliqué.

Cuba accueille aujourd’hui 1 500 Juifs. Avec la révolution de 1959, environ 15 000 Juifs qui vivaient dans le pays étaient partis pour les Etats-Unis et Israël. Cuba et Israël n’entretiennent plus de liens officiels depuis 1973.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...