Un second conseiller de Netanyahu accusé d’avoir brisé sa quarantaine
Rechercher

Un second conseiller de Netanyahu accusé d’avoir brisé sa quarantaine

Reuven Azar a été vu en train de faire des courses après son retour des USA, la semaine dernière, après avoir avoir violé les règles sanitaires à Washington

Le haut-conseiller au Premier ministre et président-adjoint du Conseil national de sécurité Reuven Azar. (Capture d'écran: YouTube)
Le haut-conseiller au Premier ministre et président-adjoint du Conseil national de sécurité Reuven Azar. (Capture d'écran: YouTube)

Un autre haut-conseiller du Premier ministre Benjamin Netanyahu a violé sa quatorzaine après être revenu de Washington, la semaine dernière. Il était parti dans le cadre d’une délégation qui avait accompagné le Premier ministre aux Etats-Unis, ont fait savoir lundi les médias en hébreu.

Reuven Azar, conseiller en politique étrangère du Premier ministre et vice-président du Conseil national de sécurité, a été aperçu vendredi dans un supermarché du quartier de Mevasseret Zion, à Jérusalem, alors qu’il était supposé être en quatorzaine jusqu’à lundi.

Comme les autres membres de la délégation qui avaient assisté à la cérémonie de signature, à la Maison Blanche, des accords de normalisation conclus avec les Emirats arabes unis d’une part et Bahreïn d’autre part, il avait été demandé à Azar de se placer à l’isolement pendant cinq jours après son retour au sein de l’Etat juif, mercredi. Il est le second membre de la délégation à être accusé d’avoir contrevenu aux directives émises sur la quarantaine obligatoire, après Topaz Luk, conseiller aux réseaux sociaux, qui a été vu, dimanche soir, aux abords de la résidence du Premier ministre.

Les voyageurs en provenance des Etats-Unis et d’autres pays se distinguant par des taux d’infection élevés à la COVID-19 sont tenus de se mettre en quatorzaine – mais les membres de la délégation ont bénéficié d’une période d’isolement plus courte – et ce même si, selon des informations, ils ont contrevenu aux mesures sanitaires auxquelles ils avaient souscrits pendant leur séjour.

C’est le quotidien Haaretz qui a le premier mentionné la violation par Azar de sa quarantaine.

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu applaudit avant un déjeuner dans la salle à manger de la Maison Blanche après la cérémonie de signature des Accords d’Abraham sur la pelouse sud de la Maison Blanche, mardi 15 septembre 2020 à Washington. (AP/Alex Brandon)

Suite à ces informations, le bureau de Netanyahu a indiqué qu’une « clarification » avait eu lieu avec Azar. Ce dernier a affirmé ne pas avoir été au courant de la décision prise par le ministère de la Santé déterminant que le chef du gouvernement et ses conseillers étaient dans l’obligation de se placer à l’isolement, après que le bureau du Premier ministre a précisé qu’à la place, ils se contenteraient d’adhérer aux règles de confinement avant leur mise en vigueur, vendredi.

« Azar a été rappelé à l’ordre par ses supérieurs de manière à ce qu’aucun incident similaire ne puisse se répéter », a expliqué le bureau de Netanyahu dans une déclaration faite aux médias en hébreu.

Alors qu’il se trouvait à Washington, Azar avait contrevenu aux régulations émises dans le cadre de la lutte contre le coronavirus par le bureau du Premier ministre en quittant l’hôtel où séjournait la délégation israélienne à Washington.

Elle avait été placée sous des règles strictes qui avaient compris la mise en place de petits groupes – appelés des « capsules » – et il avait été interdit à ses membres de partir de l’hôtel, de manière à échapper à l’obligation de se placer à l’isolement au retour des Etats-Unis.

L’information sur la violation de la quarantaine d’Azar a été rendue publique quelques heures après que Luk, qui avait également été à Washington, a été accusé d’avoir contrevenu à sa mise à l’isolement alors qu’il était venu observer un mouvement de protestation contre le Premier ministre à Jérusalem, dimanche.

L’un des groupes à la tête des manifestations anti-Netanyahu a accusé Luk et Ofer Golan, porte-parole de la famille de Netanyahu, de s’être rendus au rassemblement pour y filmer un groupe de personnes niant la réalité du coronavirus pour discréditer le mouvement.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...