Un volontaire de la police est condamné pour avoir dépouillé des Erythréens
Rechercher

Un volontaire de la police est condamné pour avoir dépouillé des Erythréens

Le policier harcelait des migrants africains de Tel Aviv, fouillant leurs maisons sans autorisation et dérobant de l'argent liquide

Stuart Winer est journaliste au Times of Israël

Photo d'illustration de réfugiés soudanais et éritréens (Crédit : Nicky Kelvin/Flash90)
Photo d'illustration de réfugiés soudanais et éritréens (Crédit : Nicky Kelvin/Flash90)

Le tribunal de District de Tel Aviv a condamné mercredi un policier volontaire pour avoir volé des centaines de dollars à des migrants érythréens tout en procédant à des fouilles non autorisées dans leurs maisons.

Itamar Kadoshi a été déclaré coupable de deux chefs d’accusation de vol de travailleurs migrants, deux chefs d’accusation d’abus de position, d’un chef d’accusation de fraude et d’abus de confiance et d’un chef d’accusation de vol par un membre de la fonction publique.

D’après les documents du tribunal, Kadoshi faisait des rondes au volant de sa voiture de patrouille, en uniforme, et entrait dans les maisons des migrants alors qu’il n’y était pas autorisé en tant que policier volontaire, à moins d’être accompagné par un officier régulier en service ou en cas d’urgence.

De temps à autre, il était accompagné par un autre volontaire de la police.

Kadoshi entrait alors de façon répétée à une adresse particulière de la rue Yom Tov de Tel Aviv et en harcelait l’occupant, saccageant le contenu de l’habitation et menaçant le résident érythréen d’expulsion du pays ou de violence physique. En février dernier, il a dérobé 500 dollars (440 euros) d’un portefeuille trouvé dans cette maison, a mentionné le tribunal.

Plusieurs jours plus tard, Kadoshi est entré dans un immeuble d’appartements où résidaient des travailleurs érythréens au beau milieu de la nuit, en réveillant tous les résidents. Durant sa fouille, il a trouvé 3 000 NIS (690 euros) dans un sac et s’en est emparé.

Les chiffres officiels montrent que quelque 45 000 migrants illégaux et demandeurs d’asile se trouvent en Israël, presque tous venant d’Érythrée ou du Soudan.

La plupart de ceux qui ne se trouvent pas en détention dans les centres de rétention du sud d’Israël vivent dans la partie sud de Tel Aviv, où ont eu lieu de nombreuses manifestations concernant leur présence.

L’afflux de migrants a ralenti de façon drastique durant les dernières années, Israël ayant verrouillé sa frontière avec l’Egypte.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...