Une députée arabe dit que Fuld, victime d’un terroriste, a « exécuté » son tueur
Rechercher

Une députée arabe dit que Fuld, victime d’un terroriste, a « exécuté » son tueur

Le Comité d'éthique de la Knesset va enquêter sur Aida Touma-Sliman qui a accusé Ari Fuld d'avoir tiré sur le terroriste palestinien qui l'a poignardé à mort

Ari Fuld (Crédit : Facebook)
Ari Fuld (Crédit : Facebook)

Une députée d’arrière-ban du Likud a porté plainte jeudi devant le Comité d’éthique de la Knesset contre une députée arabe qui a accusé une victime du terrorisme israélo-américaine d’avoir « exécuté » un adolescent palestinien qui l’a poignardé à mort.

« Elle a qualifié [Ari] Fuld d’assassin, qui a exécuté un agresseur », a écrit la députée Sharren Haskel dans sa plainte contre la députée Aida Touma-Sliman (Liste arabe unie), selon la chaîne d’information Hadashot TV.

Fuld a été tué le mois dernier après avoir été poignardé par un adolescent palestinien à un carrefour important en Cisjordanie. Après l’attaque, Fuld a poursuivi Khalil Jabarin, 17 ans, et lui a tiré dessus, blessant le terroriste palestinien. Fuld est décédé peu de temps après des suites de ses blessures ; le terroriste a été légèrement blessé.

Les images filmées par les caméras de sécurité du centre commercial situé au carrefour du Gush Etzion, publiées le mois dernier, montrent Fuld, une plaie dans le dos, poursuivant et tirant sur Jabarin. Une employée d’un magasin de falafels voisin a dit que Fuld lui avait sauvé la vie alors que Jabarin courait vers elle avec son couteau à la main.

Aida Touma-Sliman, députée de la Liste arabe unie, à la Knesset, le 3 juin 2015. (Crédit : Hadas Parush/Flash90)

Lors d’une audition du Comité de la Knesset pour la promotion de la femme mercredi portant sur les récentes réformes qui visent à assouplir les restrictions sur les armes à feu pour les citoyens israéliens, Amir Ohana, président du comité du Likud, a déclaré : « Entre mi-2015 et mi-2016 seulement, dans la région de Jérusalem, 11 attaques terroristes ont été contrées par des personnes armées, comme dans le cas de Ari Fuld ».

Touma-Sliman a interrompu Ohana. « En d’autres termes, il y a eu une exécution, sans savoir exactement ce qui allait se passer », a-t-elle dit.

Khalil Jabarin, 17 ans, qui a mortellement poignardé l’Israélien Ari Fuld dans un attentat terroriste commis le 16 septembre 2018. (Capture d’écran /Twitter)

« Je regrette que les gens ordinaires paient le prix des politiques folles du gouvernement « , a-t-elle ajouté, bien qu’il ne soit pas clair d’après ses propos si elle faisait référence au meurtre de Fuld ou aux tirs qui ont touché le terroriste palestinien.

« J’ai été scandalisée par le soutien qu’elle a manifesté en faveur d’actes de terrorisme et d’incitation à la violence lors d’une réunion du comité de la Knesset », a déclaré Mme Haskel dans sa plainte. « De telles déclarations ne sont pas acceptables et ne devraient pas avoir leur place, et encore moins au sein de la Knesset. »

Plus tard dans la discussion de mercredi, Haskel a également fait l’éloge des actions de Fuld, auxquelles Touma-Sliman a répondu : « Savez-vous combien de vies de colons seraient sauvées s’ils partaient » de Cisjordanie.

Haskel a comparé les propos de Touma-Sliman à ceux qui disent à une femme : « Ne vous promenez pas en bikini parce que vous allez vous faire violer. »

Jeudi, Touma-Sliman a rejeté la plainte relative à l’éthique, affirmant qu’il s’agissait d’un geste politique de la part d’Haskel pour se faire valoir auprès du Likud.

La députée Sharren Haskel (Likud), au centre, et Nahman Shai, à côté d’elle, à l’assemblée de l’Union interparlementaire à Saint-Pétersbourg, le 18 octobre 2017 (Crédit : Porte-parole de la Knesset)

« Je n’ai pas l’intention de répondre aux dénaturations de Haskel », a-t-elle dit. « Je ne serai pas utilisée comme une carte de plus dans sa campagne du Likud au détriment des valeurs d’amour pour les autres et de respect de la vie humaine ».

Dans un tweet, la députée arabe a protesté contre l’armement des résidents juifs de Cisjordanie.

« Ce n’est un secret pour personne que je considère les colons comme un bras de l’occupation, et tant que celle-ci se poursuivra, des innocents des deux nations en paieront le prix avec leur vie », a-t-elle écrit. « Armer une partie de la population dans le contexte d’une incitation effrénée contre les Palestiniens est un permis de tuer, quand un Juif avec une arme dans sa poche n’aime pas le regard d’un Arabe. »

Fuld, 45 ans, était un résident de l’implantation d’Efrat en Cisjordanie. Il laisse derrière lui sa femme et leurs quatre enfants.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...