Une équipe de foot israélienne à Nice réclame plus de sécurité après l’attentat
Rechercher

Une équipe de foot israélienne à Nice réclame plus de sécurité après l’attentat

L'Hapoël Beer-Sheva, en France pour le match contre l'OGC Nice, aurait fait appel à la sécurité locale après l'agression mortelle à l'église

Les supporters de Hapoël Beer-Sheva agitent des drapeaux israéliens avant le match de football de barrage entre le Celtic et Hapoël Beer-Sheva au Turner Stadium dans la ville de Beer-Sheva, au sud d'Israël, le 23 août 2016. (Gil Cohen-Magen/AFP)
Les supporters de Hapoël Beer-Sheva agitent des drapeaux israéliens avant le match de football de barrage entre le Celtic et Hapoël Beer-Sheva au Turner Stadium dans la ville de Beer-Sheva, au sud d'Israël, le 23 août 2016. (Gil Cohen-Magen/AFP)

L’équipe de football israélienne Hapoël Beer-Sheva aurait demandé une protection supplémentaire aux autorités françaises après un attentat meurtrier commis par un terroriste islamiste présumé près de son hôtel dans la ville de Nice, au sud du pays.

L’équipe est à Nice pour un match prévu jeudi contre l’OGC Nice.

Jeudi matin, un agresseur armé d’un couteau est entré dans la basilique Notre Dame de Nice, tuant deux personnes à l’intérieur. Une troisième personne a été mortellement blessée et est décédée après s’être rendue dans un bar voisin. L’agresseur a été blessé par la police et hospitalisé, et une enquête pour terrorisme a été ouverte.

Il semblerait que l’agresseur de jeudi ait agi seul et que la police ne cherche pas d’autres agresseurs, ont déclaré deux fonctionnaires de police, qui n’ont pas été autorisés à être nommés publiquement.

Mais les tensions restent vives à propos de la réédition des caricatures du prophète Mahomet par le journal satirique Charlie Hebdo. Ces caricatures ont déclenché la colère des musulmans dans le monde entier.

Le Premier ministre Jean Castex a déclaré aux députés français que le pays allait relever son niveau d’alerte et portait « le plan Vigipirate au niveau urgence attentat sur l’ensemble du territoire national » en réponse à l’attentat.

L’équipe israélienne, qui séjournait dans un hôtel situé à environ un kilomètre du lieu de l’attaque, n’était pas accompagnée de la sécurité israélienne en permanence.

En revanche, lorsqu’ils se trouvaient à l’hôtel, ils se fiaient à la sécurité de l’hôtel, et lorsqu’ils se rendaient au stade ou à l’aéroport, ils s’en remettaient à la police locale, selon le site d’information Ynet.

Le RAID devant la basilique Notre-Dame de Nice après une attaque au couteau, le 29 octobre 2020. (Crédit : Valery HACHE / AFP)

L’équipe était confinée à l’hôtel au moment de l’attaque en raison du règlement de l’UEFA qui exige que les équipes restent dans leur hôtel afin de minimiser les infections au COVID-19 chez les joueurs, selon les médias israéliens.

Le match aura lieu comme prévu jeudi soir.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...