Une femme de 62 ans extradée vers Israël pour avoir maltraité son fils handicapé
Rechercher

Une femme de 62 ans extradée vers Israël pour avoir maltraité son fils handicapé

La suspecte a perdu la garde de son fils adulte après l'avoir prétendument affamé et enchaîné puis retiré de son centre de soins et s'est enfui à Chypre

image illustrative d'un criminel menottes aux poignets. (YakobchukOlena / iStock, par Getty Images)
image illustrative d'un criminel menottes aux poignets. (YakobchukOlena / iStock, par Getty Images)

Une femme soupçonnée d’avoir gravement maltraité puis enlevé son fils adulte handicapé mental d’un établissement de soins a été extradée de Chypre vers Israël jeudi dernier.

Un tribunal israélien avait retiré le fils, âgé d’une vingtaine d’années, de la garde de la femme après que les autorités se sont rendu compte qu’elle l’avait affamé et attaché avec des chaînes dans leur maison depuis au moins deux ans.

Il a ensuite été placé dans un établissement de soins géré par Akim, un organisme à but non lucratif qui gère des centres d’hébergement pour les handicapés mentaux.

En avril 2016, la femme a enlevé son fils de l’établissement et s’est enfuie avec lui à Chypre, selon des responsables israéliens.

Le fils est décédé pendant leur séjour à Chypre de causes encore inconnues. La femme n’est pas suspectée de sa mort, ont déclaré les autorités.

Cette femme, âgée de 62 ans, a été reçue par les autorités israéliennes jeudi après une procédure qui a duré un an. Elle a d’abord été arrêtée à Chypre le 27 octobre 2017, en réponse à une demande d’extradition israélienne. En août, un tribunal chypriote a décidé qu’elle pouvait être extradée.

Les procureurs prévoient de l’inculper pour enlèvement sous garde légale, abus sur une personne sans défense, négligence d’une personne à charge, transfert illégal d’une personne et entrave aux procédures policières et judiciaires.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...