Rechercher

Une femme doit payer 42 000 NIS pour avoir menacé une médecin pro-vaccins

"Je suis heureuse que les gens comprennent que la violence a un prix", a déclaré la cheffe de l'unité des maladies infectieuses de l'hôpital Sheba

Le professeur Galia Rahav à Tel Aviv le 22 juin 2020 (Crédit : Yossi Aloni/Flash90)
Le professeur Galia Rahav à Tel Aviv le 22 juin 2020 (Crédit : Yossi Aloni/Flash90)

Une femme qui a écrit des articles diffamatoires sur la cheffe de l’unité des maladies infectieuses de l’hôpital Sheba, à propos de son soutien aux vaccins contre le coronavirus, a accepté de payer 42 000 shekels et a écrit une lettre d’excuses dans le cadre d’un règlement, a rapporté Ynet news.

La femme, dont le nom n’a pas été révélé, avait accusé la professeure Galia Rahav sur les réseaux sociaux d’avoir sciemment tenté de tuer des enfants en soutenant la campagne israélienne de vaccination des jeunes, et avait proféré des menaces à l’encontre de la professeure Rahav et d’autres professionnels de la santé.

Elle avait également publié des conspirations selon lesquelles les vaccins transformeraient les gens en zombies.

Mme Rahav, qui apparaît fréquemment dans les médias en tant qu’experte du coronavirus, a déclaré au site d’information, qu’elle prévoyait de faire don de l’argent à des groupes à but non lucratif promouvant la vaccination et l’éducation scientifique.

« Je suis heureuse que les gens comprennent que la violence a un prix », a déclaré Mme Rahav.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...