Une Gazaouie paralysée après un raid israélien rencontre la famille Tamano
Rechercher
'On a entendu ce qui s'était passé et on a voulu aider'

Une Gazaouie paralysée après un raid israélien rencontre la famille Tamano

Maria Aman et sa famille ont apporté des vêtements à la mère israélienne de trois enfants dont la famille a échappé de peu à un tir de roquette tiré sur Beer Sheva

De droite à gauche :  Hamdi Amar, Moamen Amar, Maria Amar, l'un des enfant sde Miri Tamano et Tamano se rencontrent dans un hôtel de Beer Sheva, le 20 octobre 2018 (Capture d'écran : Dixième chaîne)
De droite à gauche : Hamdi Amar, Moamen Amar, Maria Amar, l'un des enfant sde Miri Tamano et Tamano se rencontrent dans un hôtel de Beer Sheva, le 20 octobre 2018 (Capture d'écran : Dixième chaîne)

Une adolescente palestinienne, paralysée suite à des frappes israéliennes dans la bande de Gaza menées il y a plus de dix ans, s’est rendue la semaine dernière auprès d’une famille israélienne qui a failli mourir lorsqu’une roquette s’est directement abattue sur sa maison.

Maria Aman et son père Hamdi sont allés à Beer Sheva pour faire un don à la famille Tamano dont le domicile, à Beer Sheva, a été complètement détruit cette semaine par une roquette de type Grad.

« Nous avons entendu ce qui est arrivé et nous avons voulu aider parce que c’est une situation très difficile », a dit Aman à la Dixième chaîne alors qu’elle se trouvait sur la route menant à Beer Sheva.

« Les deux parties doivent cesser de faire ce qu’elles font parce qu’à chaque fois que ça arrive, cela me rappelle les moments où j’ai été blessée ».

Maria Aman quitte son domicile de Jérusalem pour se rendre à Beer Sheva, pour y rencontrer la famille Tamano, le 20 octobre 2018 (Capture d’écran : Dixième chaîne)

Aman avait été grièvement blessée en 2006 lorsque l’armée israélienne avait pris pour cible le véhicule d’un haut-responsable du groupe terroriste du Jihad islamique palestinien dans la bande. L’explosion et les éclats d’obus du missile israélien avaient touché la voiture de la famille Aman, tuant quatre de ses membres.

Maria, son frère Moamen et son père Hamdi vivent dorénavant à Jérusalem, où la jeune fille de 17 ans a subi des années de soins médicaux et de rééducation.

A l’hôtel de Beer Sheva où loge la famille Tamano, Hamdi Aman a chaleureusement embrassé Miri Tamano, disant que son acte de bravoure pour emmener ses trois enfants dans un abri anti-aérien, en plein milieu de la nuit, l’avait inspiré.

Une capture d’écran d’une vidéo de Miri Tamano, évoquant la roquette palestinienne qui s’est écrasée sur le domicile familial de Beer Sheva, le 18 octobre 2018 (Crédit : Hadashot)

« Je n’ai pas de mots pour qualifier ce que tu as fait. J’ai été si profondément ému que je suis venu pour te donner de la force », a-t-il dit à la mère célibataire de trois garçons en lui donnant des vêtements.

« Tu as touché mon coeur, et je te salue », a-t-il ajouté.

« Tu es une femme merveilleuse. « Je ne pense pas que j’aurais réussi à faire ce que tu as fait. Félicitations ».

Tamano, les larmes aux yeux, a dit à la famille Aman : « C’est vous tous qui m’avez émue ».

Elle a ajouté, en évoquant Hamdi Aman, qu’il était un être « très doux et très humain ».

« Je ne touche pas habituellement les hommes », a-t-elle poursuivi en se tournant vers lui, « mais il faut que je te prenne dans mes bras ».

Un sapeur israélien contrôle une maison touchée par une roquette lancée depuis la bande de Gaza, dirigée par le Hamas, vers la ville de Beer sheva, dans le sud d’Israël, le 17 octobre 2018 (Crédit : Jack GUEZ / AFP)

Selon l’armée israélienne, une roquette Grad chargée de 20 kilogrammes d’explosifs a touché la résidence de Tamano à environ 3 heures 40 du matin, mercredi dernier, après que les sirènes ont résonné dans la ville de Beer Sheva.

C’est la réactivité de Tamano de se lever, de sortir rapidement de son lit, de réveiller ses enfants (8, 9 et 12 ans) et de les amener dans un abri-antiaérien, le tout en moins d’une minute, qui leur aurait sauvé la vie – empêchant une dangereuse escalade des hostilités.

L’explosion a touché plusieurs murs de l’habitation, détruisant la plus grande partie de ce qu’elle contenait.

En tant que victimes de ce qu’Israël considère comme un attentat terroriste, la famille Tamano pourra réclamer les aides d’un fonds spécial géré par le département des biens au sein de l’Autorité fiscale israélienne.

Quelques heures après l’attaque, le département a fait savoir qu’il ferait transférer une première somme de 10 000 shekels à la famille, et qu’il couvrirait les coûts du séjour à l’hôtel jusqu’à ce qu’un nouveau logement soit trouvé.

Hamdi Aman et Miri Tamano durant une visite dans un hôtel de Beer Sheva, le 20 octobre 2018 (Capture d’écran : Dixième chaîne)

Selon les règles d’indemnisation concernant les victimes du terrorisme, le gouvernement financera la reconstruction de la maison de la famille Tamano, un processus qui devrait toutefois prendre plusieurs mois.

L’Agence juive en Israël a de son côté octroyé à la famille une aide d’urgence à hauteur de 4 000 shekels pour aider à couvrir les dépenses immédiates.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...