Une guerre entre Israël et le Hezbollah pourrait séduire l’Iran – Officiel US
Rechercher

Une guerre entre Israël et le Hezbollah pourrait séduire l’Iran – Officiel US

David Cattler affirme qu'un conflit militaire pourrait entraîner l'Amérique et d'autres alliés régionaux

Une photo prise le 16 novembre 2017 montre un soldat israélien marchant à côté d'un char dans une position de l'armée surplombant le sud du Liban dans la ville israélienne de Metula, au nord d'Israël, le long de la frontière israélienne avec le Liban. (AFP PHOTO / MENAHEM KAHANA)
Une photo prise le 16 novembre 2017 montre un soldat israélien marchant à côté d'un char dans une position de l'armée surplombant le sud du Liban dans la ville israélienne de Metula, au nord d'Israël, le long de la frontière israélienne avec le Liban. (AFP PHOTO / MENAHEM KAHANA)

WASHINGTON – Un haut responsable du renseignement de l’administration Trump a mis en garde contre le « véritable potentiel » de guerre entre Israël et le Hezbollah qui pourrait être provoqué par l’Iran et embraser la région.

« Je m’inquiète de la perspective d’une véritable guerre entre Etats importants au Proche-Orient », a déclaré mardi à un groupe de réflexion de Washington David Cattler, directeur national du renseignement pour le Proche-Orient au Bureau du directeur du renseignement national.

« Et si une guerre entre Israël et le Hezbollah libanais qui se dessine ne se limite pas à eux, mais devient une guerre du Nord qui entraîne le Levant ? » demanda Cattler. « Que se passe-t-il si l’Iran entre dans cette guerre plus directement et ouvertement que clandestinement ou secrètement, et que cela devient un conflit qui ne touche pas seulement Israël et nous par extension, mais aussi de nombreux autres alliés dans la région ? »

« C’est un vrai risque qui existe. »

M. Cattler, s’adressant au Washington Institute for Near East Policy, a souligné les succès de l’effort mené par les États-Unis pour vaincre le groupe terroriste islamique ISIS en Syrie et en Irak, mais aussi les dangers qu’il posait.

« La lutte contre ISIS n’est pas un conflit binaire traditionnel », a-t-il dit.

« Les États-Unis, l’Iran, le Hezbollah et la Russie combattent tous ISIS. Nous combattons le même ennemi que nos adversaires. En tant que tels, ils récolteront probablement eux aussi les fruits d’un « dividende de la paix ». L’Iran et son mandataire, le Hezbollah libanais, sont aussi des bénéficiaires potentiels qui peuvent maintenant diriger leurs ressources et leur regard ailleurs. »

M. Cattler a cité le président Donald Trump l’année dernière, identifiant l’Iran comme la principale source de déstabilisation dans la région.

Le régime iranien « reste le principal État du monde à parrainer le terrorisme et fournit de l’aide à Al-Qaïda, aux Taliban, au Hezbollah, au Hamas et à d’autres réseaux terroristes », a déclaré Trump en octobre. « L’Iran développe, déploie et fait proliférer des missiles qui menacent les troupes américaines et nos alliés. Il harcèle les navires américains et menace la liberté de navigation dans le Golfe persique et la mer Rouge. Il emprisonne les Américains sous de fausses accusations. Et il lance des cyberattaques contre nos infrastructures stratégiques, notre système financier et nos forces armées. »

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...