Rechercher

Une importante redistribution budgétaire approuvée pour augmenter les enseignants

Le département du budget du ministère des Finances a mis en garde contre une réduction de 1,3 milliard de dollars des fonds de plusieurs ministères

Le Premier ministre Yair Lapid dirigeant une réunion du cabinet, au bureau du Premier ministre, à Jérusalem, le 27 octobre 2022. (Crédit : Yoav Dudkevitch/Pool)
Le Premier ministre Yair Lapid dirigeant une réunion du cabinet, au bureau du Premier ministre, à Jérusalem, le 27 octobre 2022. (Crédit : Yoav Dudkevitch/Pool)

Le cabinet a voté jeudi l’approbation d’une redistribution majeure du budget annuel du gouvernement afin de financer l’accord récemment conclu pour augmenter les salaires des enseignants.

Alors que la majorité des ministres ont voté en faveur de la proposition qui exigeait des coupes budgétaires dans les ministères de la Défense, de la Santé, des Affaires sociales et de la Sécurité intérieure pour un montant d’environ 4,5 milliards de shekels, le court débat qui s’est tenu sur la question a été très animé.

La ministre des Transports Merav Michaeli, et le ministre de la Santé, Nitzan Horowitz, ont quitté la réunion plus tôt que prévu pour éviter d’avoir à voter sur la redistribution, à laquelle ils étaient ostensiblement opposés, tandis que le ministre de la Sécurité intérieure, Omer Barlev, a voté contre.

L’accord salarial et les réductions qui en découlent ont également été critiqués par le département du budget du ministère des Finances, qui a publié jeudi une rare lettre ouverte dans laquelle il dénonce le « lourd fardeau » que la redistribution fera peser sur les dépenses publiques.

« À l’heure actuelle, il y a une difficulté fiscale importante pour faire face aux implications budgétaires de l’accord, en particulier à la lumière du plan proposé. Cela rendra difficile le bon fonctionnement des différents ministères et nuira même à leurs activités principales », peut-on lire dans la lettre.

De son côté, la ministre de l’Éducation, Yifat Shasha-Biton, s’est félicitée du financement de l’accord et a remercié le cabinet d’avoir approuvé le plan.

De gauche à droite : La secrétaire générale du Syndicat des enseignants Yaffa Ben David, la ministre de l’Éducation Yifat Shasha-Biton et le ministre des Finances Avigador Liberman tenant une conférence de presse suite au nouvel accord salarial avec les enseignants, le 31 août 2022. (Crédit : Tomer Neuberg/Flash90)

« C’est un jour émouvant pour moi. C’est pour des moments comme celui-ci que je suis entrée en politique et je suis reconnaissante du privilège de pouvoir changer et améliorer l’avenir de l’éducation en Israël », a-t-elle tweeté.

La redistribution du budget était nécessaire pour financer l’accord salarial conclu par le ministère des Finances et le Syndicat des enseignants en août et signé en début de semaine après un conflit de plusieurs mois. Sans accord, le Syndicat avait juré de faire grève et de retarder l’ouverture de l’année scolaire.

Selon l’accord, les nouveaux enseignants recevront un salaire de 9 000 shekels par mois à partir de septembre 2023, avec des primes pouvant atteindre 1 100 shekels. Les salaires passeront d’abord à 8 207 shekels, en janvier.

Après trois ans dans la profession, les enseignants recevront une subvention de 10 000 shekels pour les encourager à rester dans le secteur de l’éducation.

Les nouveaux directeurs d’école recevront un salaire de départ de 19 000 shekels.

Les directeurs d’école pourront offrir aux enseignants des primes de 400 à 1 000 shekels pour récompenser l’excellence et l’initiative. En outre, les directeurs d’école pourront embaucher des enseignants spécialisés qui travaillent en dehors du système éducatif, tels que des experts en éducation spécialisée, par exemple.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...