Une journaliste accuse Tommy Lapid de l’avoir agressée sexuellement à Londres en 1963
Rechercher

Une journaliste accuse Tommy Lapid de l’avoir agressée sexuellement à Londres en 1963

Sylvie Keshet affirme que l'ex-ministre l'a poussée au sol et a enlevé sa robe avant qu'elle ne "le frappe là où ça fait mal", lui envoyant une facture pour son vêtement déchiré

Tommy Lapid est greffier pour le procès Adolf Eichmann à Jérusalem en 1961. ( Crédit : Government Press Office/Israel National Photo Collection)
Tommy Lapid est greffier pour le procès Adolf Eichmann à Jérusalem en 1961. ( Crédit : Government Press Office/Israel National Photo Collection)

Une journaliste israélienne a raconté jeudi que l’ancien Premier ministre et journaliste Yosef (Tommy) Lapid aurait tenté de l’agresser sexuellement à Londres en 1963.

Dans un post paru sur Facebook, Sylvie Keshet, 87 ans, chroniqueuse pendant longtemps au Yedioth Ahronoth a déclaré qu’elle avait rencontré feu Lapid – qui écrivait alors pour le quotidien Maariv – à l’occasion d’une fête de l’ancien ambassadeur israélien au Royaume-Uni.

« J’ai commencé à m’ennuyer et j’ai dit à mon ami que je retournais chez moi. Tommy m’a demandé si nous pouvions partager un taxi. Certainement, lui ai-je dit, je vis à Kensington. Je ne suis pas loin de là, m’a-t-il répondu. Nous sommes arrivés à mon appartement et Tommy m’a dit : ‘Je viens de me souvenir qu’il faut que je passe un coup de fil, puis-je monter ?’ Certainement. Nous sommes montés, j’ai enlevé mon manteau et il a marmonné quelque chose dans le récepteur », a écrit Keshet.

La journaliste Sylvie Keshet en 1969 (Crédit : Fritz Cohen/Archive photo GPO)
La journaliste Sylvie Keshet en 1969 (Crédit : Fritz Cohen/Archive photo GPO)

« Tout à coup, il s’est tourné vers moi, il m’a poussée sur le tapis. Ma tête a frappé et il a déchiré ma robe courte »;, continue-t-elle. « Quand il a essayé d’ouvrir sa braguette, je l’ai frappé là où ça fait mal, et lorsqu’il a reculé, je lui ai donné un coup avec mes talons hauts ».

« Je ne sais pas où j’ai trouvé la force, j’étais petite et maigre, mais la colère donne beaucoup de force. Alors qu’il était au sol, je me suis levée, j’ai couru à la cuisine et je lui ai jeté une carafe d’eau au visage. J’ai pris son manteau et je l’ai jeté par la fenêtre. Il est parti rempli de honte », écrit Keshet.

« Le jour suivant, je lui ai écrit… Qu’il avait déchiré ma nouvelle robe pour tel montant, même si je n’avais pas de reçu. Et que s’il ne mettait pas l’argent correspondant dans la boîte aux lettres, je le dirais à sa nouvelle épouse. Il m’a rendu l’argent », ajoute-t-elle.

En réponse à ces accusations, une déclaration du chef de Yesh Atid, Yair Lapid, le fils de Tommy, a déclaré : « Malheureusement, il n’y a aucun moyen de répondre au sujet d’une histoire qui s’est passée il y a 54 ans ».

Ancien ministre du gouvernement, le chef du parti Shinui défunt, et journaliste vétéran, Lapid père est décédé d’un cancer en 2008.

Le post Facebook écrit par Keshet survient dans le sillage du scandale de Harvey Weinstein et de la campagne conséquente #Metoo, qui a également vu des femmes israéliennes s’aventurer à raconter leurs expériences d’agressions passées dans la presse.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...